Aller au contenu principal

Fin du pacte de partage de renseignements Japon-Corée du Sud

La décision de la Corée du Sud de renoncer à un important pacte d’échange de renseignements avec le Japon a des implications géopolitiques profondes et montre que les deux voisins luttent encore pour faire face à une histoire sanglante.

Par Nora Jaafar, Publié le 23/08/2019 à 12:23, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Voici cinq choses à savoir au sujet de cette décision :

 

Que s’est-il passé ?

À la surprise générale, la Corée du Sud a annoncé jeudi soir qu’elle ne renouvellerait pas son pacte avec le Japon pour le partage du renseignement militaire, plus connu sous le nom de l’Accord général sur la sécurité des renseignements militaires (GSOMIA).

 

En vertu de ce pacte, signé à l’origine en 2016, les deux alliés américains partagent directement des secrets militaires, en particulier sur la capacité nucléaire et de missiles de la Corée du Nord.

 

Séoul a déclaré qu’il n’était plus dans son intérêt national de continuer à partager des informations confidentielles avec son voisin alors que leurs liens se sont fortement détériorés. Tokyo a déclaré qu’elle protesterait « fortement » contre cette décision et a exhorté la Corée du Sud à reconsidérer sa position.

 

Pourquoi est-ce important ?

Le ministre japonais de la Défense, Takeshi Iwaya, a déclaré que le pacte était vital pour la sécurité régionale, soulignant en particulier la menace nucléaire et les missiles de la Corée du Nord.

 

« Au cours de la série de tirs de missiles nord-coréens, il y a eu un échange d’informations approfondi et minutieux entre les deux parties », a déclaré Iwaya aux journalistes ce vendredi.

 

L’abandon du pacte ne ferait que rendre plus difficile la coopération bilatérale en matière de défense, a-t-il ajouté.

 

Sans cet accord, les deux armées pourraient avoir plus de mal à suivre les tirs de missiles du régime de Pyongyang.

 

La décision de Séoul a été prise « au moment même où la Corée du Nord a intensifié les essais de missiles balistiques à courte portée ».

 

Certains analystes ont toutefois minimisé cette décision, soulignant que les États-Unis avaient déjà coordonné le flux d’informations sensibles entre les deux pays et que cette pratique allait simplement reprendre.

 

Quel est l’impact régional et mondial ?

La décision de la Corée du Sud montre que la confiance entre les deux pays s’est « effondrée », a déclaré le journal japonais de gauche Asahi Shimbun, ajoutant que cela ne profiterait qu’aux rivaux régionaux de Washington.

 

« La discorde entre le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud pourrait être accueillie favorablement par la Chine, la Russie et la Corée du Nord », indique le journal.

 

« Ils pourraient saisir l’occasion et creuser davantage le fossé » entre les trois alliés.

 

Cette décision était « aussi un coup dur pour les États-Unis, qui se sont tournés vers leurs alliés pour les aider à consolider leur position dans une Asie en rapide mutation ».

 

Il s’agit d’une « étape significative dans la détérioration des relations de la Corée du Sud avec le Japon » et indique un « vaste changement » dans la façon dont les deux pays voient leur rôle régional.

 

Comment en sont-ils arrivés là ?

Les souvenirs amers de la colonisation brutale de la Corée par le Japon entre 1910 et 1945 ont longtemps assombri les relations bilatérales.

 

Le Japon affirme que le traité de 1965, qui a normalisé les relations avec une contribution financière importante, a effectivement réglé toutes les demandes de réparation.

 

Ces derniers mois, une série de décisions judiciaires sud-coréennes ordonnant aux entreprises japonaises d’indemniser les victimes du travail forcé a exaspéré le Japon.

 

De plus, les liens bilatéraux se sont effondrés en juillet après que Tokyo eut déclaré que Séoul ne gérait pas correctement les importations sensibles et avait retiré le pays d’une liste de pays qui bénéficiaient de procédures rationalisées de contrôle des exportations.

 

La Corée du Sud furieuse a riposté en prenant des mesures similaires contre le Japon, avant d’annuler le pacte de partage du renseignement.

 

Que s’est-il passé ensuite ?

Il est peu probable que les liens bilatéraux sortent du marasme dans un proche avenir, se préparant à « une baisse des niveaux de commerce, d’investissement et de tourisme et à une méfiance persistante à l’égard de l’histoire, de la sécurité nationale et des questions territoriales ».

 

Le sentiment anti-japonais continue de croître en Corée du Sud, avec des protestations et des boycotts de marchandises japonaises et le Premier ministre japonais Shinzo Abe pourrait subir des pressions internes pour contre-attaquer.

 

Les États-Unis semblaient avoir été surpris, le secrétaire d’État Mike Pompeo utilisant le terme exceptionnellement fort « déçu », a noté Choi Kang, vice-président de l’Asan Institute of Policy Studies, un think tank privé à Séoul.

 

« Mais il y a aussi le sentiment que l’administration de Trump n’en a pas fait assez en tant que médiateur pour aider les deux parties à trouver un terrain d’entente, » a déclaré Choi.

 

« Les États-Unis peuvent proposer des pourparlers tripartites pour trouver un compromis, mais cela prendra beaucoup de temps ».

Cinq ans de plus pour Antonio Guterres à la tête de l’ONU

Ce vendredi 18 juin, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU) depuis le 1ᵉʳ janvier 2017 a été nommé pour un second mandat à la tête de l’institution. Cette nomination a été confir...

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...

Vaccins : un député franco-marocain interpelle l’exécutif français

En France, seuls les personnes ayant reçu les vaccins contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johson&Johson) ont le droit d’accéder au pays. Cependant, plusieurs re...

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...