Aller au contenu principal

Les tensions avec les USA offrent à Xi une couverture politique

Par Nora Jaafar, Publié le 16/08/2019 à 10:55, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Pour le monde extérieur, le Parti communiste chinois au pouvoir — confronté à une guerre commerciale grandissante, à une économie déjà ralentie et à des protestations de plus en plus vives à Hong Kong — se heurte à des obstacles politiques et économiques qui comptent parmi ses plus féroces depuis des décennies.

 

Mais au niveau national, où les dirigeants de l’élite chinoise se préparent à célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de la Chine en octobre prochain, rien n’indique que le président Xi Jinping soit politiquement en difficulté.

 

À Pékin, nombreux sont ceux qui croient que l’approche du président américain Donald Trump à l’égard de la guerre commerciale et les efforts du gouvernement chinois pour utiliser Washington comme bouc émissaire des troubles à Hong Kong offrent à Xi une couverture politique à court terme pratique et efficace.

 

L’année dernière, à la même époque, alors que Xi et d’autres hauts responsables ont tenu des entretiens secrets dans la station balnéaire de Beidaihe, une vague inhabituelle a fait surface dans les milieux officiels critiquant la politique économique et la façon dont le gouvernement avait mené la guerre commerciale avec les États-Unis, avaient indiqué alors des sources à Reuters.

 

Avec ce même rassemblement annuel sur la plage qui se terminera probablement cette semaine en Chine au milieu des deux crises qui s’aggravent, il n’y a pas de voix dissidentes évidentes.

 

La source, qui suit de près les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, a déclaré que la menace de Trump, au début du mois d’août, d’imposer 10 % sur les importations chinoises de 300 milliards de dollars supplémentaires le 1er septembre, prouvait à de nombreuses personnes en Chine qu’il ne voulait pas sincèrement conclure un accord.

 

Le mardi 13 août, Trump a repoussé l’échéance des tarifs sur les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et autres biens de consommation, dans l’espoir d’atténuer leur impact sur les ventes estivales des États-Unis. Mais il a également qualifié la Chine de manipulateur de devises, malgré l’affirmation du Fonds monétaire international selon laquelle la valeur du yuan de la Chine était largement conforme aux fondamentaux économiques.

Sahara : l'Espagne appelle à parvenir à une solution «mutuellement acceptable»

Lors d'un discours prononcé ce mercredi 22 septembre devant l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez, a défendu la nécessité de parvenir à une solut...

Crise des sous-marins : tout ce qu’il faut savoir

Dans ce podcast, Elise Vincent, journaliste chargée de la défense au Monde, revient sur les détails de l’affaire actuelle des sous-marins. Elle explique ainsi pourquoi la rupture du contrat entre la F...

Qui sont les grands perdants de la crise des sous-marins ?

Voilà une semaine que la crise des sous-marins a explosé entre la France, l'Australie et les États-Unis. Depuis, l'hexagone a rappelé ses ambassadeurs des deux pays et le président américain Joe Biden...

Quelle Allemagne après Merkel ?

Après 16 ans de pouvoir, la chancelière allemande Angela Merkel quitte sa fonction. L’Allemagne va voter ce 26 septembre pour renouveler ses députés et désigner qui succèdera à la chancelière inoxydab...

Le Maroc candidat pour la présidence de la 6e Assemblée de l'ONU pour l’Environnement

Le 16 septembre dernier, Aziz Rabbah, ministre sortant de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, a pris part à la 18e Conférence ministérielle africaine sur l’Environnement. Tenue virtuellement s...

AG de l’ONU : la nouvelle doctrine de politique étrangère de Joe Biden

Le président américain Joe Biden a prononcé ce mardi son premier discours devant l’Assemblée générale des Nations unies. Cette allocution intervient alors que les États-Unis connaissent une escalade d...