Aller au contenu principal

Les tensions avec les USA offrent à Xi une couverture politique

Par Nora Jaafar, Publié le 16/08/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Pour le monde extérieur, le Parti communiste chinois au pouvoir — confronté à une guerre commerciale grandissante, à une économie déjà ralentie et à des protestations de plus en plus vives à Hong Kong — se heurte à des obstacles politiques et économiques qui comptent parmi ses plus féroces depuis des décennies.

 

Mais au niveau national, où les dirigeants de l’élite chinoise se préparent à célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de la Chine en octobre prochain, rien n’indique que le président Xi Jinping soit politiquement en difficulté.

 

À Pékin, nombreux sont ceux qui croient que l’approche du président américain Donald Trump à l’égard de la guerre commerciale et les efforts du gouvernement chinois pour utiliser Washington comme bouc émissaire des troubles à Hong Kong offrent à Xi une couverture politique à court terme pratique et efficace.

 

L’année dernière, à la même époque, alors que Xi et d’autres hauts responsables ont tenu des entretiens secrets dans la station balnéaire de Beidaihe, une vague inhabituelle a fait surface dans les milieux officiels critiquant la politique économique et la façon dont le gouvernement avait mené la guerre commerciale avec les États-Unis, avaient indiqué alors des sources à Reuters.

 

Avec ce même rassemblement annuel sur la plage qui se terminera probablement cette semaine en Chine au milieu des deux crises qui s’aggravent, il n’y a pas de voix dissidentes évidentes.

 

La source, qui suit de près les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, a déclaré que la menace de Trump, au début du mois d’août, d’imposer 10 % sur les importations chinoises de 300 milliards de dollars supplémentaires le 1er septembre, prouvait à de nombreuses personnes en Chine qu’il ne voulait pas sincèrement conclure un accord.

 

Le mardi 13 août, Trump a repoussé l’échéance des tarifs sur les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et autres biens de consommation, dans l’espoir d’atténuer leur impact sur les ventes estivales des États-Unis. Mais il a également qualifié la Chine de manipulateur de devises, malgré l’affirmation du Fonds monétaire international selon laquelle la valeur du yuan de la Chine était largement conforme aux fondamentaux économiques.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...