Temps de lecture : 5 minutes


2022 : une année à oublier pour les concessionnaires

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Malgré les offres promotionnelles et les financements à 0%, les ventes de véhicules neufs n’ont pas été à la hauteur des ambitions des concessionnaires en 2022. Plusieurs facteurs ont pénalisé le commerce de l’automobile durant l’année écoulée. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Ce sont des chiffres officiels et définitifs pour le secteur du commerce automobile au Maroc. En 2022, les ventes globales de voitures neuves au Maroc se sont établies à 161.410 unités contre 175.360 véhicules en 2021. Ce repli de 8% a été causé par plusieurs facteurs qui ont pénalisé les concessionnaires et distributeurs des différentes marques.

Lire aussi : Automobile : Faurecia va créer une nouvelle usine à Salé

Délais de livraison à rallonge et pénurie de certains composants

Le président de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), Adil Bennani, n’y est pas allé par quatre chemins ce vendredi matin. Animant une conférence de presse à Casablanca, le directeur général d’Auto Nejma, a reconnu que les concessionnaires ont souffert pour atteindre leurs objectifs en 2022. Et pour cause, la complexité du contexte de l’année écoulée, marqué par de profondes mutations au niveau mondial. Selon Bennani, la tendance baissière est notamment due à la pénurie des semi-conducteurs. C’est que les constructeurs automobiles de par le monde opèrent une transition grandissante entre les voitures thermiques et les voitures électriques. Ces puces en carbure de silicium (SiC) sont largement utilisées dans la production des véhicules électriques et de ce fait, les voitures à moteur essence ou diesel sont reléguées au second plan en matière de fourniture de semi-conducteurs. Aussi, les perturbations des chaînes logistiques et finalement les retards de livraison des voitures neuves, ont beaucoup éprouvé les concessionnaires incapables de répondre aux demandes de leurs clients. «Face à l’indisponibilité des véhicules, nous avons repoussé les commandes de nos clients. Certains ont attendu six longs mois pour être livrés et sans possibilité de choisir la couleur du véhicule sans parler de certaines options manquantes», nous confie le responsable marketing d’un concessionnaire ayant un large réseau de distribution au Maroc. Notre interlocuteur avoue que son entreprise a même suspendu des campagnes publicitaires faute de stock suffisant de voitures à commercialiser.

Lire aussi : Automobile : un groupe japonais veut investir 1,96 MMDH au Maroc

Inflation et contraction de la demande locale

Le 2e trimestre de l’année 2022 connaîtra deux nouveaux éléments qui ont porté le coup de grâce au secteur. L’inflation galopante a entraîné une hausse générale des prix, dont ceux des hydrocarbures, remettant en question les intentions d’achat de véhicules neufs aussi bien chez les primo-acquéreurs que chez ceux qui souhaitaient renouveler leur voiture. La demande locale a naturellement chuté. Si le segment des véhicules particuliers (VP) a fléchi de 7% comparativement à 2021, celui des véhicules utilitaires légers (VUL) a connu une baisse plus prononcée de 14% vu le manque de visibilité des opérateurs économiques sur la conjoncture. En chiffres, 143.186 VP ont été vendues en 2022 contre 154.123 en 2021. Du côté des utilitaires, 18.224 unités ont été écoulées en 2022 contre 21.237 unités en 2021. Par villes, Casablanca occupe la première place des ventes de VP en 2022 avec 41,5% de part de marché (PDM,) suivie de Rabat avec une forte régression de 15% à 10,7% de PDM et d’Agadir (7,8%) qui conforte sa troisième position devant Marrakech.

Lire aussi : Automobile : la pénurie de véhicules neufs profite au marché de l’occasion

La motorisation alternative progresse

L’hybride a tiré vers le haut les ventes de véhicules essence qui ont grimpé de 14,3% en 2022, contre 10,8% en 2021. Même si le marché reste très dieselisé (85,7% de PDM), le patron de l’AIVAM a souligné que la dynamique des ventes de véhicules à motorisation alternative se confirme avec une progression de 17% et une représentation de 3,5% du marché. Selon lui, il y a davantage d’opérateurs dans le marché des véhicules à moteur non-thermique sous l’effet d’une offre de plus en plus fournie et compétitive. Ainsi, 18 marques et 71 modèles étaient commercialisés sur le marché marocain en 2022 contre 16 marques et 57 modèles en 2021.

Lire aussi : Coty Morocco 2022 : la nouvelle Citroën C4 élue voiture de l’année au Maroc

Dacia et Renault, leaders incontestés

Pas de changement majeur au niveau du Top 3 des marques les plus vendues au Maroc. La marque Dacia est toujours numéro 1 du segment VP avec 38.885 unités vendues soit 27,2% de PDM. Renault pointe en 2e position avec 15% de PDM suivie de Hyundai (9,2%). Pour ce qui est des VUL, la quasi-totalité des marques ont connu une régression. La marque au losange a été la seule à tirer son épingle du jeu. Renault a repris la tête du classement des utilitaires avec 26,6% de PDM grâce au modèle Express qui remplace le Dacia Dokker. Enfin, DFSK et Ford se placent en deuxième et troisième position du Top 10 des VUL les plus vendus en 2022 avec respectivement 15% et 10% de PDM.

Soutien à l’investissement : quel dispositif mis en place ?

Soutien à l’investissement : quid du dispositif mis en place

Améliorer l’impact des investissements, les orienter vers les secteurs productifs à haute valeur ajoutée, améliorer le climat des affaires et assurer un développement durable. Tels…
Entrepreneuriat : l’ANAPEC relève le défi !

Entrepreneuriat : l’ANAPEC relève le défi !

"Accompagner plus de 100.000 entrepreneurs potentiels". C'est l’un des objectifs majeurs de l'Agence nationale de promotion des emplois et des compétences (ANAPEC). Quelques jours …
Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Le rideau est tombé, dimanche, sur la sixième édition du Salon international Halieutis, tenue à Agadir du 1er au 5 février, sous le thème : "Pêche et aquaculture durables : leviers…
Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…