Aller au contenu principal

Délais de paiement : Les grandes entreprises sur le banc des accusés

Les mauvais payeurs sévissent toujours puisque les délais de paiement continuent de se dégrader. Aux bancs des accusés, il y a en premier les grandes entreprises. En moyenne, les délais de règlement se sont établis à 115 jours en 2018, en hausse de 10 jours alors que leurs clients s’acquittent de leurs factures en moyenne en 83 jours. Selon Bank Al-Maghrib la suppression de tous les retards de paiement, aussi bien des clients que des fournisseurs, entraînerait un gain de trésorerie de 30 milliards de DH pour les TPE et les PME. Il faudra des mesures courageuses pour dissuader les mauvais payeurs. Malheureusement, la loi ne protège pas suffisamment les PME. Au contraire, elle les accable puisqu’elles sont taxées sur les montants non recouvrés.

Par J.R.Y, Publié le 07/08/2019 à 11:41, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

En France, le groupe EDF a payé cher ses écarts en matière de paiement des fournisseurs. Au-delà des conséquences de la médiatisation du sujet sur l’image de l’entreprise, le ministère des Finances a envoyé un signal fort en lui infligeant une amende de 1,8 million d’euros pour 38,4 millions d’euros de factures payées en retard. En France, les délais de paiement sont plafonnés à 60 jours à compter de la date de facture ou 45 jours après la fin du mois de livraison. Il arrive pourtant que les entreprises dépassent ces délais de plusieurs jours.

 

Un modèle français mal appliqué

Sur plusieurs sujets, la réglementation marocaine s’inspire des règles françaises. En revanche, dans la pratique il existe d’importantes différences. Il y a quelque part un manque de courage politique. Sur les délais de paiement, la réglementation ne protège pas suffisamment les petites entreprises.

 

Aujourd’hui, payer très en retard est la règle. Dans certains secteurs, il faut compter jusqu’à douze mois. La dégradation des délais de paiement a créé un cercle vicieux. Lorsqu’une entreprise est payée très en retard, elle-même le répercute sur ces fournisseurs. Au même temps, certaines entreprises se font volontairement de la trésorerie sur de plus petites qu’elles. Le faible pouvoir de négociation des petites structures les soumet au dictat des plus grandes.

 

Des initiatives inefficaces

Les nombreuses alertes n’ont rien changé à la situation, surtout chez les grandes entreprises. Elles continuent à payer très en retard leurs fournisseurs. Les délais de paiement se sont dégradés de 10 jours pour atteindre 115 jours en moyenne. Par contre, elles encaissent en moyenne en 83 jours. Elles se font donc de la trésorerie sur leurs fournisseurs alors qu’elles sont celles qui ont le moins de problèmes de cash. Le problème est que les mauvais payeurs continuent d’agir en toute impunité. Pour les victimes, c’est une double sanction puisqu’elles sont taxées sur les montants non recouvrés. Si toutes les entreprises respectent la loi, c’est-à-dire 60 jours de délais de paiement, les TPE et PME gagneraient 30 milliards de DH de trésorerie. Pour l’instant, cela ressemble bien à de la science-fiction.

 

Il faudra des mesures courageuses pour dissuader les mauvais payeurs, mais depuis le temps que le problème est connu, aucune décision politique ou fiscale ne semble pouvoir enrayer le phénomène.

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...