Aller au contenu principal

Amazon fera payer la « taxe GAFA » à ses vendeurs français

Après l'approbation par le Sénat de la proposition du gouvernement d’imposer une taxe de 3 % aux géants de l’internet dans le but de récolter quelques millions d’euros, Amazon envisage de transférer les coûts de cette nouvelle taxe aux entreprises françaises qui utilisent sa plateforme Marketplace, plateforme de mise en relation entre des commerçants tiers et consommateurs.

Par Khansaa Bahra, Publié le 02/08/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La taxe, approuvée le mois dernier et appliquée rétroactivement à compter du 1er janvier, place la France à l’avant-garde des pays cherchant à forcer les grandes entreprises technologiques à payer davantage sur les marchés où elles opèrent.

 

« Étant donné que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires », a déclaré la société dans un communiqué.

 

« Cette taxe visant directement les services de la Marketplace que nous mettons à disposition des entreprises avec lesquelles nous travaillons, nous n’avons pas d’autre choix que de la leur répercuter. »

 

Le gouvernement du président français Emmanuel Macron a adopté la soi-disant taxe GAFA, un acronyme de Google, Apple, Facebook et Amazon, après avoir échoué à obtenir un accord de l’UE sur la manière de combler ce qu’il considère comme une échappatoire fiscale. Le ministère français de l’Économie a déclaré que le problème « était avant tout une question de justice fiscale », les géants de l'internet ayant leur siège fiscal dans des pays leur procurant un impôt très faible. « Amazon a choisi de répercuter les coûts de cette taxe sur les petites et moyennes entreprises qui utilisent ses services. Rien ne les oblige à le faire », a déclaré le ministère.

 

Contactés par l’AFP, ni Facebook ni Google n’ont eu de commentaire immédiat sur cette nouvelle taxe.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...