Aller au contenu principal

Projet de budget 2020 : Les paris du gouvernement

L’économie marocaine progresse vers 3,7 % en 2020. C’est l’hypothèse sur laquelle a été bâti le projet de loi de finances dont les grandes lignes ont été présentées ce jeudi aux parlementaires. Si cette croissance est un peu plus consistante que celle de 2019, il n’y a pas réellement de raison de s’extasier puisque la valeur ajoutée non agricole devrait stagner.

Par J.R.Y, Publié le 26/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le gouvernement va donner, comme l’année dernière, une orientation sociale au Budget en accordant la priorité aux secteurs de l’Éducation ou encore de la santé. Le dialogue social devrait coûter 5,2 milliards de DH en 2020. Par ailleurs, les investissements du budget général sont fixés à 55 milliards de DH. Ceci dit, l’objectif affiché est de ramener le déficit budgétaire à 3 % du PIB. Pour y arriver, il va falloir dégager des économies sur les dépenses. Le ministre des Finances promet entre autres des économies sur le train de vie de l’État.

 

C’est reparti pour un marathon de plusieurs mois. Mohamed Benchaaboun, ministre des Finances a présenté ce jeudi devant les parlementaires, la feuille de route pour l’année prochaine. Le gouvernement table sur une croissance de 3,7 % et un déficit budgétaire de 3 % sous l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne de 70 millions de quintaux, un cours moyen de la tonne de gaz butane à 350 dollars et une parité dollar/dirham à 9,65.

 

Une croissance en demi-teinte

La croissance devrait accélérer de 0,9 point par rapport au score attendu en 2019. La prévision sur laquelle a été bâti le projet de loi de finances 2020 est légèrement plus prudente que les anticipations de Bank Al-Maghrib (4 %) et du FMI (3,8 %). Cependant, le rebond espéré de l’économie n’efface pas la critique sur la faiblesse de la croissance. Les fluctuations du PIB sont encore très dépendantes de la performance du secteur agricole. Une fois encore, l’ajustement viendra principalement du comportement de ce secteur puisque sa valeur ajoutée devrait progresser de 4,1 % en 2020 contre une baisse de 3,8 % prévue en 2019. En revanche, le recul de la valeur ajoutée des activités non agricole n’est pas un bon signal. Elle passerait de 3,7 % à 3,6 %.

 

Le difficile équilibre du budget

Le niveau de la croissance sert aussi de baromètre pour dessiner la trajectoire budgétaire. Et, une croissance non agricole qui stagne pourrait ralentir la performance des recettes. D’autant plus qu’en face, les demandes sociales sont de plus en plus importantes et il faudra donc mobiliser davantage de ressources pour les financer. Autrement, l’État continuera à vendre ses bijoux de famille ou bien à creuser la dette pour financer le déficit.

 

Comme l’année dernière, le gouvernement va donner une orientation sociale au Budget avec donnant la priorité aux secteurs de l’Éducation ou encore de la santé. Le dialogue social devrait coûter 5,2 milliards de DH en 2020. Par ailleurs, les investissements du budget général sont fixés à 55 milliards de DH. Pour tenir son objectif de déficit budgétaire à 3 %, il va falloir dégager des économies sur les dépenses. Le ministre des Finances promet des économies sur le train de vie de l’État. Cela devrait permettre d’économiser plus de 1 milliard de DH en 2020. Il faudra bien plus que cela et le courage politique pour raboter certaines niches fiscales par exemple pour gagner un peu plus de marge de manœuvre.

Tourisme : l'ONMT table sur une forte reprise cet été

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) vient de diffuser son premier bulletin bimensuel flash relance. Ce document d’analyse a pour principal objectif de mobiliser les professionnels du tourism...

Douane : baisse des trafics illicites en raison de la pandémie

Publié ce mardi 11 mai, le rapport d’activité de l’année 2020 de l’Administration des douanes et des impôts indirects (ADII) révèle que les trafics illicites, de drogues notamment, ont baissé durant l...

Bank Of Africa clôture la 3e édition de SMART Bank

Dans un communiqué publié ce lundi 10 mai, Bank Of Africa a annoncé avoir clôturé la troisième édition du programme national d’Open Innovation territoriale SMART Bank. Ce dispositif terrain réunit l’e...

TPME : hausse des taux d'intérêts

Dans son édition de ce mardi 11 mai, L’Économiste a révélé que les banques ont relevé les tarifs qu’elles appliquent aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME). Cette hausse du taux d'in...

Investissements publicitaires : forte hausse à mi-ramadan

Du 1er au 15 ramadan, les investissements publicitaires réalisés ont couté plus de 536,5 millions DH (MDH), soit une hausse de 45%, en glissement annuel. C’est ce qu’a appris la MAP auprès du spéciali...

Bilan de l'observatoire des délais de paiement

Ce dimanche 9 mai, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration a publié le premier rapport annuel de l’Observatoire des Délais de Paiement. Ce document présente un di...