Aller au contenu principal

Investissements étrangers directs : Pourquoi le Maroc s’en sort mieux

Certes, le flux net des investissements directs étrangers a reculé de 17 % à fin mai. Mais, cette baisse de régime ne donne pas forcément une idée du comportement des IDE en fin d’année. Malgré le décrochage de 33 % du flux net à la même période en 2018, l’année s’était achevée sur une hausse de 29 % !

Par J.R.Y, Publié le 12/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le Maroc a retenu 14 milliards d’investissements directs étrangers sur les premiers mois de cette année. En tenant compte des sorties, le flux net s’est établi à 8,1 milliards de DH, soit une baisse de 17 % à fin mai. Malgré cette baisse de régime, le Royaume s’en tire relativement mieux pour plusieurs raisons. D’abord, la baisse de 2019 est moins importante comparée à la même période en 2018 où le flux net avait dévissé de 33 %. Ensuite, il ne faut pas tirer de conclusions définitives sur la base des performances en milieu d’année. Une grosse transaction peut rapidement faire bouger les lignes. Malgré la contre-performance de 33 % des IDE (investissements directs étrangers) au premier semestre en 2018, le Maroc a terminé l’année en hausse de 29 %.

 

Par ailleurs, le Maroc se comporte très bien dans un contexte mondial où les investissements directs étrangers ont reculé sur les trois dernières années. Sur le continent, le Maroc figure toujours en tête des pays les plus attractifs. Sur les dix dernières années, les IDE n’ont baissé qu’une seule fois. Cela témoigne de l’attractivité de la destination Maroc, malgré le printemps arabe qui a exacerbé le risque dans la région.

 

Les opérations automobiles, aéronautiques et européennes soutiennent les IDE

De grandes opérations dans les secteurs automobile et aéronautique ont soutenu les IDE ces dernières années. Les cessions du groupe SNI ont aussi participé au dynamisme des investissements directs étrangers. Pour le reste, la conjoncture particulièrement en Europe, principal partenaire économique du Royaume impacte les investissements en direction du Maroc.

 

Les opérations en provenance de l’Union européenne sont sur une tendance baissière. En revanche, les pays arabes renforcent leurs positions dans le Royaume. Il reste que pour l’économie, les retombées ne sont pas les mêmes. L’investissement à forte valeur ajoutée notamment dans l’industrie émane surtout des pays européens. Les pays du Golfe sont plus présents dans l’Immobilier. Aujourd’hui, ce secteur pèse lourd dans les IDE que reçoit le Maroc. Le challenge est d’arriver à retenir plus d’investissement dans l’industrie. Les stratégies sectorielles, notamment le plan d’accélération industrielle ont permis d’améliorer l’attractivité du Maroc dans ce domaine. Il reste à assurer une cohérence entre les différentes stratégies et aussi à renforcer la formation des profils qualifiés pour attirer davantage de donneurs d’ordres étrangers.

Lois électorales : ça avance au Parlement

Ce mercredi, la Commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la p...

Amnistie fiscale : ce que les contribuables doivent savoir

Ce jeudi 25 février, la Trésorerie générale du Royaume (TGR) a publié un communiqué informant l’ensemble des contribuables que la loi de finances 2021 et la loi n°07-20 ont introduit des mesures d’enc...

HCP : la crise sanitaire a fragilisé davantage les femmes que les hommes

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a rendu public un rapport sur l’impact du coronavirus sur la sit...

Légalisation du cannabis : une démarche qui rapporterait gros

Un projet de loi portant usage légal du cannabis sera discuté ce jeudi au Conseil du gouvernement. ...

Urbanisme : 12 contrats-objectifs régionaux signés

Ce mardi 23 février à Rabat, lors d’une cérémonie présidée par Nouzha Bouchareb, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, 12 contr...

M’diq-Fnideq : lutte contre le chômage et dynamisation de l’entrepreneuriat

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme intégré de développement économique et social de la préfecture de M’diq-Fnideq et de la province de Tétouan, les autorités provinciales et l’Agence ...