TGR

Temps de lecture : 4 minutes


Finances publiques : le déficit budgétaire s’élève à 3,7 MMDH à fin janvier 2022

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Dans son bulletin de statistiques des finances publiques du mois de janvier 2022, la Trésorerie générale du Royaume (TGR) fait état d’un déficit budgétaire s’élevant à 3,7 milliards de DH (MMDH) à fin janvier 2022, contre un excédent de 3 MMDH à la même période l’an passé. Une hausse qui s’inscrit dans le contexte mondial actuel, selon l’économiste Abdelgani Youmni.

Temps de lecture : 4 minutes

La situation provisoire des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 3,7 milliards de DH (MMDH) à fin janvier 2022, contre un excédent de 3 MMDH à fin janvier 2021, selon le bulletin de statistiques mensuel de la Trésorerie générale du Royaume (TGR).



«Le mois de janvier 2021 a été un mois de reprise économique et d’activité intense après plusieurs mois de confinement», rappelle l’économiste et spécialiste des politiques publiques Abdelgani Youmni, qui estime que cette hausse du déficit budgétaire n’est pas spécifique au Maroc. «Janvier 2022 cadre avec un scénario international de hausse sans précédent des cours des matières premières, des coûts de la logistique et des tensions politiques, mais également d’une baisse sérieuse de l’activité économique, liée à la fermeture des frontières et à des signes de sécheresse qui impactera la consommation et les revenus du monde rural, donc les recettes fiscales», a-t-il précisé.



L’économiste explique en outre qu’il est préférable de calculer le déficit sur l’année fiscale, et non de manière mensuelle ou saisonnière. «N’oublions pas qu’une croissance économique vigoureuse peut absorber une partie du déficit, de même qu’une faible inflation permet de la réduire, surtout si le pays est souverain économiquement et travaille à réduire sa dette extérieure et ses importations des biens et services de première nécessité », avance-t-il, notant qu’«un déficit budgétaire de 3 à 5% est raisonnable».



À l’inverse, un déficit budgétaire excessif peut «alourdir la dette et forcer notre économie à s’endetter sur les marchés internationaux, et cela pourrait conduire à déprécier le dirham et rendre notre facture énergétique, le remboursement de la dette et les importations plus coûteux», souligne notre intervenant, qui pronostique une diminution progressive du déficit budgétaire avec la sortie de la crise et la reprise économique. 



 



Une hausse des recettes fiscales



Le bulletin de la TGR de fin janvier 2022 fait également état d’une hausse des recettes ordinaires brutes de 2,5% à 21,6 MMDH, qui s’explique notamment par l’augmentation des impôts directs (+3,2%), des impôts indirects (+21,1%) et des droits de douane (+13,8%) conjuguée à la baisse des droits d’enregistrement et de timbre de 7,2% et des recettes non fiscales (72,5%).



«C’est le résultat des projets des lois des Finances 2021 et 2022 qui ont consacré un large chapitre à la réforme fiscale et au recouvrement des impôts pour améliorer les recettes et encourager les entreprises à faire acte de pare-crise pour réduire les effets socioéconomiques de la crise de la Covid-19, précise Abdelgani Youmni. Et de noter que «l’impôt sur les sociétés a augmenté pour plusieurs entreprises, surtout celles travaillant dans le secteur des services».



«Concernant les droits de douane, le Maroc sort progressivement du désert fiscal en matière de commerce extérieur, en luttant contre la contrebande dans le Nord et l’Ouest du Royaume tout en créant une vraie alternative avec la substitution aux importations qui crée de l’emploi, de la TVA et de l’impôt sur le revenu et qui permet une économie annuelle de réserves de devises de plus de cinq milliards de dollars», estime L’économiste. «La révision de certaines dispositions dans les accords de libre-échange avec la Turquie et la Tunisie, ainsi que des coûts de plus en plus élevé du fret venant de Chine et de pays lointains, vont permettre d’améliorer les recettes fiscales pour l’économie intérieure».


TGR, Trésor, Trésorerie générale du Royaume, déficit budgétaire, finances publiques

Recommandé pour vous

Monétique : reprise remarquable durant le 1er trimestre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

C’est une tendance lourde qui se confirme de trimestre en trimestre. Les Marocains se tournent de plus en plus vers les moyens de paiement éle…

World Power-to-X Summit : hydrogène vert, un positionnement d’avenir pour le Maroc

Temps de lecture : 8 minutes

Plus de 500 experts venus des quatre coins du monde ont participé à la deuxième édition du « World Power-to-X Summit », qui s’est tenue du 22 …

Cryptomonnaies : le Maroc veut mettre fin au vide juridique

Temps de lecture : 3 minutes

Les cryptomonnaies enregistrent une croissance effrénée. L’investissement dans ce marché plein d’avenir est pour les initiés, comme, pour les …

Bank Al-Maghrib opte pour une politique monétaire accommodante

Temps de lecture : 4 minutes

Réunion sous pression ce mardi au siège de Bank Al-Maghrib (BAM) à Rabat. Les membres du Conseil de la Banque centrale ont tenu la deuxième se…

Forum d’investissement Maroc-Espagne : quel enjeu pour le Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

Favorisés par leur proximité géographique, la coopération économique et les échanges commerciaux entre Madrid et Rabat sont inéluctables. Le f…

Achat en ligne : ce qu’il faut savoir sur les nouvelles réglementations douanières

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc comme partout ailleurs, l’activité du e-commerce est en croissance constante.  La crise sanitaire a été d’ailleurs perçue comme un ac…

Politique monétaire : faut-il augmenter les taux directeurs ?

Temps de lecture : 4 minutes

Les marchés internationaux du crédit montrent des signes de tensions. Après la dernière crise de la dette qui a eu lieu en 2011, le spectre d’…

Prix des carburants : le ras le bol des citoyens marocains

Temps de lecture : 5 minutes

L’onde de choc de la guerre en Ukraine a touché le monde entier. Depuis le début du conflit russo-ukrainien, les prix des carburants ont attei…

Les influenceurs sous les radars du fisc

Temps de lecture : 5 minutes

Le nombre d’influenceurs en ligne augmente au Maroc. Ils sont des « créateurs de contenu » qui usent de leur notoriété pour gagner de l’argent…

Compensation : une charge à rallonge

Temps de lecture : 4 minutes

Drôle de procédé choisi par le gouvernement Akhannouch pour injecter plus d’argent dans la Caisse de compensation pour faire face à l’augmenta…

2022 : la croissance en panne

Temps de lecture : 4 minutes

Les chiffres s’accumulent et se ressemblent. 2022 est une année à oublier pour la croissance de l’économie nationale. Annus horribilis, tel es…

Prix des carburants : aucune mesure supplémentaire n’est envisagée par le gouvernement

Temps de lecture : 5 minutes

La hausse des prix des carburants continue de préoccuper l’opinion publique. La ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, a…