Prix des denrées alimentaires : le ministère de l’Agriculture rassure, mais la FMDC reste sceptique

Temps de lecture : 3 minutes


Le Maroc face à une pénurie de personnel médical

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé et de la protection sociale a rappelé récemment le manque cruel en personnel médical dont souffre le Royaume. Afin de remédier à ce problème, le département de la Santé a autorisé les médecins titulaires d’un permis d’exercer à l’étranger à s’installer au Maroc. Les obstacles juridiques à l’investissement des entreprises étrangères ont également été supprimés. Ces mesures sont-elles suffisantes pour répondre au besoin actuel ? Le point avec Abdellah Alaoui El Mountadar, secrétaire général du Syndicat indépendant des médecins du public (SIMSP).

Temps de lecture : 3 minutes

Le secteur de la Santé au Maroc fait face à une grande pénurie de médecins et d’infirmiers. Dans un entretien accordé à l’agence de presse Reuters, le ministre Khalid Ait Taleb a rappelé que le pays a un besoin de 32.000 médecins et 65.000 infirmiers. Un manque très difficile à rattraper d’autant plus que 1.200 médecins seulement sont diplômés chaque année des différentes universités du Royaume.



Afin de palier à ce manque d’effectif, Ait Taleb a souligné que le ministère envisage de mettre en place différentes incitations fiscales afin d’attirer des investisseurs et encourager les médecins étrangers à participer au système de Santé marocain.




Lire aussi : Les syndicats de la santé haussent le ton contre le gouvernement




Contacté par LeBrief, Abdellah Alaoui El Mountadar, secrétaire général du Syndicat indépendant des médecins du public (SIMSP), estime que ces mesures ne seront probablement pas suffisantes et ne régleront pas le problème en question. «Est ce que vous pensez qu’un médecin qui travaille au Canada, en Allemagne ou en Belgique va tout laisser tomber pour venir travailler au Maroc ? Pourquoi il ferait ça ? Qu’est-ce qui lui a été réservé pour le motiver à venir ? Sera-t-il rémunéré aussi bien que dans son pays ?», s’interroge Abdellah Alaoui.



Ce dernier émet des doutes sur la volonté des étrangers à se rendre dans les zones enclavées et dont les conditions de travail sont difficiles : «Je ne pense pas qu’ils pourraient franchir le pas. Même les Marocains ont du mal à s’y rendre, car ils ne bénéficient d’aucune motivation, qu’elle soit salariale ou autres pour relever le challenge».



 



Une préférence pour le privé 



Abdellah Alaoui souligne également que la seule motivation pour qu’un médecin étranger se rende au Maroc est de gagner de l’argent dans le cadre d’un investissement privé. «S’ils viennent, ils s’installeront dans les grandes villes telles que Casablanca, Rabat et Marrakech, des villes qui ne souffrent pas spécialement de pénurie. Finalement, cela ne va engendrer que de la concurrence dans le secteur privé et je ne pense pas que ce soit l’objectif du ministère», déclare Abdellah Alaoui.



Le secrétaire général de la SIMSP explique que la pénurie de personnel est une conséquence des politiques des précédents gouvernements. «C’est sûr qu’il y a eu des efforts qui ont été déployés notamment dans la création d’universités. En 1986, il n’y avait que deux universités au Maroc, à Casablanca et Rabat. Aujourd’hui, il y en a près d’une dizaine. Néanmoins, cela reste nettement insuffisant, car le nombre de médecins diplômés ne dépasse finalement pas les 1.000 personnes par an», souligne le docteur Alaoui.




Lire aussi : Pass vaccinal, immunité collective, réforme de la Santé… les précisions d’Aït Taleb




Enfin, notre intervenant alerte sur les abandons de poste des médecins et infirmiers. «La cadence de travail est très importante et difficile à tenir d’autant plus qu’il y a un manque de reconnaissance et de motivations salariales. Le ministère devrait remédier à cette fuite des cerveaux et de capital humain qui ne profite qu’aux pays étrangers».



Khalid Ait Taleb a mentionné lors de sa récente interview que son département souhaite encourager les médecins marocains à rester dans le secteur public, et ce, en augmentant les salaires des travailleurs de la santé. Reste à savoir s’il va tenir sa promesse d’ici la fin de son mandat à la tête du secteur de la Santé.



Recommandé pour vous

Les réserves de sang toujours au plus bas

Temps de lecture : 3 minutes

À l’image d’autres domaines impactés par la crise de la Covid-19, la mobilisation pour le don du sang a affiché un recul important. Cela a con…

Variole du singe : y a-t-il un danger pour les animaux de compagnie?

Temps de lecture : 2 minutes

La variole du singe est une zoonose (maladie se transmettant des animaux vers l’Homme). Elle se transmet aux humains principalement via des ro…

Covid-19 : doit-on s’inquiéter du rebond de l’épidémie au Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Plusieurs pays à travers le monde font de nouveau face à une augmentation quotidienne des cas de contaminations à la Covid-19. À l’heure où le…

Couverture médicale des agriculteurs : le coup d’accélérateur

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts a élaboré, dans le cadre de la stratégie Gén…

Variole du singe : comment contrer cette nouvelle crise sanitaire ?

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début du mois de mai, plusieurs cas de variole du singe ont été détectés dans plusieurs pays, dont l’Espagne, la France, la Grande-B…

Tayssir 2020-2021 : 2.467.123 élèves bénéficiaires

Temps de lecture : 3 minutes

Le nombre de bénéficiaires du programme « Tayssir » est en constante augmentation. Cette initiative a pour but de limiter la déperdition scola…

Stress hydrique : entre élaboration d’un plan national et gaspillage excessif de l’eau

Temps de lecture : 3 minutes

Les réserves en eau du Maroc se détériorent, accentuant le stress hydrique du pays. Cette année, les précipitations enregistrées lors des mois…

Chirurgie esthétique : fort potentiel et haut risque

Temps de lecture : 4 minutes

Éclat de jeunesse, correction de défauts ou remodelage de la silhouette…la chirurgie esthétique permet de corriger toutes les imperfections. C…

Éducation nationale : entre examens et retard de cours

Temps de lecture : 3 minutes

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a, finalement, rendu public les détails concernant les dates et horaires d…

Labello Challenge : le nouveau défi mortel sur TikTok

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis quelques semaines, le « jeu du Labello » ou « Labello Challenge » inquiète. Au départ, le Labello Challenge n’était qu’un jeu invitant …

Environnement : action estivale en faveur des océans

Temps de lecture : 4 minutes

La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, présidée par la princesse Lalla Hasnaa, prépare son action estivale en faveur …

La variole du singe ou « Monkeypox » : faut-il s’inquiéter d’une nouvelle pandémie ?

Temps de lecture : 3 minutes

La variole du singe ou « Monkeypox » est une maladie qui a été détectée pour la première fois, chez l’être humain, en 1970. Depuis son apparit…