Aller au contenu principal

Le réchauffement climatique pourrait affecter le marché de l’emploi

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) révèle que le réchauffement climatique devrait se traduire par une augmentation du stress thermique au travail. Cela nuira à la productivité et causera des pertes économiques importantes. Le rapport dévoile également que les pays les plus affectés sont les plus pauvres.

Par Khansaa Bahra, Publié le 04/07/2019 à 14:38, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

D’ici 2030, l’augmentation du stress thermique lié au réchauffement climatique devrait causer des pertes de productivité équivalant à 80 millions d’emplois au niveau mondial.

 

Le stress thermique s’introduit quand la chaleur dépasse ce que le corps peut tolérer sans subir de dommage physiologique. Il intervient généralement quand les températures dépassent les 35 °C, avec un fort taux d’humidité.

 

Selon un rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT), à cause des températures élevées, 2,2 % du total des heures travaillées dans le monde seraient perdus, une perte équivalente à 2 400 milliards de dollars.

 

Il s’agit d’une estimation prudente parce qu’elle suppose que la hausse de la température moyenne mondiale ne dépasse pas 1,5 °C.

 

Le rapport, intitulé « Working on a warmer planet: The impact of heat stress on labor productivity and decent work » (Travailler dans une planète plus chaude : L’impacte du stress thermique sur les conditions de travail et la productivité professionnelle), qui s’appuie sur des données climatiques et physiologiques, part de l’hypothèse que le travail dans l’agriculture et la construction, deux des secteurs les plus affectés par le stress thermique, devra se faire à l’ombre.

 

Bien que l’impact du stress thermique soit relativement faible dans la plupart des pays d’Afrique du Nord, il devrait augmenter dans cette sous-région d’ici 2030. Le Soudan semble être le pays le plus touché, avec 5,9 % de pertes prévues en 2030.

 

Le Maroc, pour sa part, enregistre les pertes les plus faibles de la zone africaine, malgré leur augmentation entre 1995 et 2030. En effet, selon les estimations, 19 000 personnes ont perdu leur emploi, soit une perte de 0,16 % contre 0,07 % en 1995.

 

stress thermique afrique du nord

 

L’OIT appelle à « redoubler les efforts pour élaborer, financer et mettre en œuvre des politiques nationales pour combattre les risques de stress thermique et protéger les employés ».

Fête du trône : grâce royale et discours ce samedi

À l’occasion de la célébration du 22e anniversaire de l’accession au trône, le roi Mohammed VI adressera un discours à son peuple ce samedi 31 juillet 2021. Le discours sera retransmis sur les ondes d...

Covid-19 : vers une vaccination obligatoire ?

Le professeur Azeddine Ibrahimi, directeur du centre de recherche Bio-Inova, a souligné la hausse du taux de vaccination contre la Covid-19 au Maroc, déclarant que les autorités sanitaires ont réussi ...

Une femme à la tête du parquet d’un tribunal de première instance, une première au Maroc

Vendredi dernier, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a annoncé que le roi Mohammed VI, président de cette instance, a approuvé la nomination de nouveaux responsables judiciaires, au sein de di...

Burn-out, et après ?

De plus en plus de personnes dans le monde professionnel souffrent d’épuisement. Le burn-out, en lien avec un stress chronique et parfois aigu, se traduit par une grande fatigue émotionnelle, un cynis...

Covid-19 : hausse constante du nombre de contaminations

Le Maroc a enregistré 9.428 cas de contamination à la Covid-19 ce mercredi 28 juillet. Une nette au...

Orangina lance sa nouvelle campagne, "Malin Sayf"

Alors que le monde fait face à la crise sanitaire, le besoin impérieux d’aller voir ailleurs après une année compliquée s’accentue. Dans ce sens, Orangina a lancé une nouvelle campagne. À l’heure où i...