Aller au contenu principal

Abderrahim Bourkia : «les Marocains se sont toujours montrés solidaires avec l’Algérie»

Alors que la crise diplomatique entre l’Algérie et le Maroc bat son plein, la relation entre les deux peuples est mitigée. Pour en savoir plus sur les contours de cette relation, nous avons contacté Abderrahim Bourkia, écrivain, professeur de sociologie à l'Université Hassan 1er et chercheur associé au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire à Science Po Aix-Marseille.

Par Mohamed Laabi, Publié le 14/10/2021 à 17:00, mis à jour le 15/10/2021 à 07:10
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Abderrahim Bourkia

LeBrief : Quel regard portent aujourd’hui les sociétés marocaines et algériennes à ce conflit qui ne cesse de grandir ?

Abderrahim Bourkia : Le regard diffère selon les cas, le niveau intellectuel et l’esprit critique de celle et celui qui le porte. Que ce soit du côté algérien ou marocain d'ailleurs. Dans les deux territoires voisins, les composantes sociales élémentaires des deux peuples sont interdépendantes par l’histoire du grand Maghreb, sa géographie, sa culture, sa religion et son économie.

Dans le passé, les deux populations, surtout celles qui habitent le côté Ouest algérien : Tlemcen et Oran et l’Est marocain Oujda et ses régions, étaient des lieux de passage, de transit et d’échange entre les deux pays voisins. Aujourd’hui, le peuple algérien sait parfaitement que le régime opaque, clientéliste et totalitaire est à bout de souffle. La société et la rue algérienne, qui se sont exprimées avec lucidité par le biais des manifestations du "Hirak" contre le régime apathique, sont prises en otage par une junte militaire prédatrice et corrompue qui cherche à détourner l’opinion publique des vrais problèmes socio-économiques intérieurs tels que la crise économique, le chômage, et le manque d’infrastructures.

De l’autre côté, les Marocains se sont toujours montrés solidaires avec l’Algérie. Les événements historiques communs rapprochent davantage les deux peuples qui veulent que les frontières s’ouvrent et que le conflit prenne fin une bonne fois pour toutes.

 

Comment voyez-vous l’avenir de ces relations ?

C’est une question de géopolitique qui trouvera sa réponse quand les décideurs algériens auront compris que l’intérêt des deux pays, y compris les leurs, réside dans l’entente, l’échange et la coopération, ce dont les deux peuples rêvent et auxquels ils aspirent depuis les indépendances.

Le régime algérien cherche à entretenir un mythe porteur de risques de confrontation et une fiction artificielle qui veut que le Maroc soit l’ennemi de la Nation algérienne.

Lire aussi : Maroc-Algérie : Tebboune ne décolère pas, Hilale appelle l'Algérie à assumer ses responsabilités

Les sorties du gouvernement algérien et les accusations portées contre le Maroc, ainsi que la propagande systématique, ne sont que l’expression de l’essoufflement du régime qui se trouve en manque de solutions concrètes pour sortir de sa situation intenable, face à un peuple qui réclame du pain et de la liberté.

 

Le différend politique pourrait-il influencer le regard que portent ces deux peuples l'un sur l’autre ?

Dans une certaine mesure, oui. Et lorsqu’il s’agit d’une population facilement manipulable, peu instruite et docile au "suivisme", les raccourcis sont légion, mais quand on regarde de très près, il s'avère que les milliers d’Algériens qui ont choisi de vivre au Maroc se sentent chez eux. On constate alors que le discours manipulateur qui endoctrine ne fonctionne pas.

 

Qu’est-ce qui explique la marocophobie ambiante dans les arcanes du pouvoir algérien ?

La junte militaire a écrasé les manifestations de son peuple depuis le départ de la France et l’histoire post-coloniale est jalonnée de contestations socio-économiques et politiques : le printemps berbère en 1980, la révolte d’octobre et le printemps de la Kabylie en 2001. En tirant sur les ficelles nationalistes pour duper son peuple, le régime militaire voulait, comme je l'ai déjà évoqué, un semblant d'unité nationale face à un Maroc qui évolue et qui attire l’investisseur étranger malgré certains dysfonctionnements.

Privée d'arguments valables pour justifier son agressivité pathologique à l'égard du maroc, la junte militaire préfère monter sur des vagues "pseudopopulaires" entretenues par ses "services" pour taxer le Maroc de suivisme vis-à-vis des USA, oubliant que le Maroc entretient des relations politiques et commerciales avec les États-Unis depuis la fin du 18e siècle.

Aujourd'hui, le régime militaire totalitaire se nourrit de ce conflit. En désignant le Maroc comme ennemi, il cherche vainement à recréer un semblant d’unité nationale perdue tout au long des années de "pillage" et de "mépris" de toute une population privée des richesses naturelles du pays. À s’agiter de cette manière, les responsables algériens vont à contre sens des attentes d’une jeunesse qui déborde de créativité et qui se tourne vers la rive Nord de la Méditerranée.

Réseaux sociaux : le tberguig 2.0 prend le dessus

Il y a 10 jours, alors que le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, faisait les 100 pas en attenda...

Automobile : Opel pourrait délocaliser une partie de son activité au Maroc

Selon les supports médiatiques allemands Hessenschau et Ntv, la société mère du constructeur automobile Opel, Stellantis, a menacé de délocaliser ses activités au Maroc. Les mêmes sources rapportent :...

Don d’organes : le Maroc accuse un énorme retard

Dans le domaine du don d’organe, régi par un cadre légal, le Maroc accuse un énorme retard. En effe...

Air France prolonge les vols Tanger-Paris jusqu’à la saison d’hiver

Dans un communiqué de presse, datant du 8 octobre, Air France a annoncé qu’elle prolonge le programme de vols entre l’aéroport Ibn Battouta de Tanger et l’aéroport Charles de Gaulle en France pendant ...

Hamza mon bb : Soukaina Glamour sort de prison

Ce jeudi 14 octobre, la youtubeuse Soukaina Janah, alias Soukaina Glamour, est sortie de prison. Arrêtée en septembre 2019, elle avait été condamnée dans l’affaire Hamza mon bb. Selon les investiga...

Justice : pourquoi Maati Monjib n’est-il pas autorisé à quitter le Maroc ?

Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat a rejeté les allégations d’interdiction de voyage «arbitraire» de l’activiste marocain Maati Monjib, affirmant que ce dernier n’est p...