Aller au contenu principal

PLF 2022 : les recommandations de la CGEM

Par Nora Jaafar, Publié le 12/10/2021 à 17:09, mis à jour le 12/10/2021 à 17:59
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Loi de finances 2022 : les recommandations de la CGEM

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a dévoilé ces nouvelles recommandations pour le Projet de loi de Finances 2022 (PLF 2022). Ces propositions, soumises au ministère de l’Économie et des Finances, s’inscrivent dans le cadre d’une démarche constructive et participative. 

Cette année, la CGEM a concentré ses recommandations sur la relance économique post-Covid et aux ambitions du Nouveau modèle de développement (NMD), dont l’implémentation requiert la mobilisation d’importantes recettes pour le financement des politiques et des investissements publics, mais également pour l’orientation de la fiscalité en faveur de la solidarité, de l’innovation, de la compétitivité et de la durabilité.

Pour la CGEM, la récente publication de la loi-cadre sur la fiscalité, dont les termes ont été approuvés par l’ensemble des parties prenantes lors des troisièmes assises de la fiscalité, représente un signal positif donné par l’Administration pour poursuivre les réformes économiques et sociales majeures du pays. Ainsi, le patronat appelle à «la préservation de la compétitivité des entreprises soumises à la concurrence mondiale, à travers, entre autres, l’allègement de la pression fiscale, la revue de la taxation des intrants à l’import, la mise en place d’une fiscalité verte pour favoriser une transition écologique responsable et la réduction des charges sociales». 

La CGEM souligne aussi qu’il faut garantir l’équilibre dans les trésoreries des entreprises tout en maintenant leurs capacités de financement, et ce, à travers l’accélération de la réforme de la TVA, qui représente l’épine dorsale de l’équilibre financier des entreprises. En outre, elle recommande de renforcer les mécanismes de confiance entre le contribuable et l’Administration «pour démocratiser la participation à l’impôt dans la transparence exigée des deux parties, en encadrant le contrôle et les sanctions».

De plus, il est également question de soutenir davantage l’investissement du tissu productif grâce à une consolidation de la commande publique «en maintenant les budgets alloués, l’encouragement de la préférence nationale et l’orientation d’une quote-part significative aux TPME». Enfin, la CGEM se dit engagée dans une démarche concertée avec les pouvoirs publics, pour concrétiser l’ensemble de ces propositions en vue d’accélérer la croissance économique du pays.

Ces décisions qui mettront le tourisme à genoux

La suspension des vols en provenance et à destination de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Royaume-Un...

Hausse de 223,3% des recettes touristiques à fin août

La reprise du secteur touristique se confirme. Selon la dernière note de conjoncture d’octobre 2021 de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), le troisième trimestre de l’année a...

Le PLF 2022 présenté au Parlement lundi prochain

Conformément aux dispositions de l’article 68 de la Constitution, les Chambres des représentants et des conseillers vont tenir une séance plénière conjointe le lundi 25 octobre à partir de 18h. Les de...

Le HCP lance une plateforme de collecte de données à distance

Le Haut-commissariat au Plan (HCP) modernise ses outils de collecte de données et met en place une nouvelle plateforme dédiée aux enquêtes de conjoncture auprès des entreprises. Cette solution s’inscr...

WTM : l’ONMT déterminé à promouvoir le tourisme marocain

Afin de rassurer les professionnels du tourisme ainsi que ses partenaires à la suite de la suspension des vols directs avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas, l’Office national marocain du t...

Culture du cannabis : les recommandations du CESE

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a rendu public son rapport annuel 2020 cons...