Aller au contenu principal

L’impacte du festival Gnaoua sur le commerce d’Essaouira

Par Nora Jaafar, Publié le 27/06/2019 à 11:30, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Selon une étude publiée sur le site officiel du Festival Gnaoua, chaque 1 dirham investi dans le festival génère à son tour 17 dirhams pour la ville d’Essaouira.

 

L’étude, menée en partenariat avec une société de conseil marocaine appelée The Valyans Foundation, a également montré que les nuitées ont augmenté de 30 % entre 2001 et 2013.

 

En effet, chaque été, des milliers de visiteurs se rendent dans la ville côtière d’Essaouira pour le Festival de musique Gnaoua. Malheureusement, la foule n’est pas nécessairement une source de revenus pour les commerçants locaux.

 

À la fin des années 1960, Essaouira est passée d’une ville de pêcheurs marocains paisibles à un aimant pour les hippies et les nomades. Des musiciens comme Jimi Hendrix et Cat Stevens ont passé du temps dans la ville, attirant les visiteurs dans leur sillage pour marcher sur les traces de leurs icônes.

 

Mais la musique faisait partie de l’histoire de la région bien avant qu’une rockstar étrangère ne franchisse les portes de la médina séculaire d’Essaouira.

 

La musique gnaoua locale trouve ses racines chez les esclaves amenés dans la région il y a des centaines d’années. Ils pratiquaient une forme mystique et syncrétique de l’islam en jouant de la musique pour mettre l’auditeur dans une transe dévotionnelle.

 

Popularisée par des groupes comme Nass El Ghiwane dans les années 1970, la musique gnaoua reste aujourd’hui vénérée dans tout le Maroc.

 

Le Festival Gnaoua et musiques du monde, qui en est à sa 22e édition, attire jusqu’à un demi-million de personnes à Essaouira à la fin du mois de juin, dont les hippies aux poils longs qui se sont rassemblés dans cette ville depuis des décennies. Les visiteurs viennent de près et de loin pour voir des musiciens gnaouas locaux se produire aux côtés de superstars internationaux pendant les quatre jours du festival.

 

Les rues sont bondées, les embouteillages piétons se multiplient, et la place principale est pleine de fans de musique qui se promènent, dansent et dégustent du thé.

 

Toutefois, les commerces locaux ne considèrent pas ce festival comme une aubaine, mais plutôt comme une malédiction. Le sponsoring étranger, les soirées privées, l’interdiction d’accès à certaines ruelles de l’ancienne médina font que les commerçants souffrent en cette période de l’année et voient leurs revenus sévèrement impactés.

Le sexisme dans les jeux vidéos

Le sexisme dans les jeux vidéos est omniprésent. Ce phénomène est constaté tant dans les jeux eux-mêmes que dans les interactions entre joueurs. Insulte, drague, voire menaces de viol, polluent le quo...

Laâyoune, nouveau hub sanitaire au Maroc

La ville de Laâyoune se dotera dès septembre prochain d’une faculté de médecine et de pharmacie, qu...

Quelles sont les conditions pour se rendre aux Pays-Bas depuis le Maroc ?

Il est actuellement déconseillé de se rendre aux Pays-Bas pour y passer les vacances, et pour certains pays, il est même interdit de s’y rendre. En effet, en raison de la pandémie, une interdiction d’...

ONCF : un dispositif spécial pour accueillir les MRE

Afin de faciliter le retour chez eux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé à partir de ce mardi 15 juin un plan spécial "MRE", et ce, conformém...

Qu’est-ce que l’auto-sabotage et comment l’éviter ?

Si vous vous posez fréquemment la question “mais qu’est-ce qui m’a pris de faire ça ?”, c’est que vous avez tendance à vous auto-sabotez dans tous vos projets. Dans cet épisode du podcast Change ma Vi...

Des averses orageuses localement fortes attendues mercredi et jeudi au Maroc

Ces mercredi et jeudi, des averses orageuses localement fortes sont attendues dans plusieurs provinces du Royaume. Dans un bulletin publié ce mercredi 16 juin, la Direction générale de la météorologie...