Aller au contenu principal

Climat : 216 millions de personnes risquent d’être déplacées d’ici 2050

Par Nora Jaafar, Publié le 17/09/2021 à 17:06, mis à jour le 17/09/2021 à 18:12
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Climat : 216 millions de personnes risquent d’être déplacées d’ici 2050

La Banque mondiale (BM) tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme au sujet de la crise climatique mondiale. Dans un rapport publié le lundi 13 septembre, l’institution financière internationale a exhorté les gouvernements à réduire leurs émissions à effet de serre afin de diminuer l’ampleur des répercussions du changement climatique à évolution lente, notamment la pénurie d’eau et la baisse de la productivité des cultures. «Toutes ces questions sont fondamentalement liées, c’est pourquoi notre soutien aux pays permet d’atteindre simultanément les objectifs en matière de climat et de développement tout en construisant un avenir plus durable, plus sûr et plus résilient», explique le vice-président du développement durable de la BM, Juergen Voegele.

Dans le pire des scénarios, le rapport Groundswell de l’organisme estime que d’ici 2050, plus de 216 millions de personnes pourraient être amenées à se déplacer dans six régions. Cet exode pourrait ainsi créer à horizon 2030 des «points chauds de la migration climatique interne» qui continueront à s’étendre dans les années à venir. L’Afrique subsaharienne est considérée comme la région la plus vulnérable en raison de la désertification, de la fragilité des côtes et de la prédominance de l’agriculture dans ses pays. Si le pire scénario se produisait, 86 millions de personnes traverseraient les frontières à l’intérieur des frontières nationales. Ces migrants climatiques pourraient atteindre 19 millions en Afrique du Nord, soit 9% de la population de la région. De plus, le monde risque de subir le déplacement de 44 millions de personnes, et ce, en dépit de l’adoption de stratégie plus respectueuse de l’environnement, avec de faibles émissions et un développement durable.

D’ailleurs, le Maroc fait déjà face aux conséquences de cette migration climatique. Le Royaume a été vigilant dans sa lutte contre les tentatives de migration clandestine de l’Afrique vers l’Europe, notamment vers les présides occupés de Sebta et de Melilia. Il existe une collaboration régulière entre différents services marocains pour endiguer ce fléau, comme la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), la Gendarmerie royale et la Marine royale. Il faut noter qu’au cours des quatre dernières années, les autorités du pays ont secouru plus de 80.500 migrants en mer. Depuis 2017, le Maroc a également avorté plus de 14.000 tentatives de migration illégales.

Le gaz renouvelable expliqué

Le biogaz est une source d’énergie verte obtenue par la fermentation de la matière organique dans un environnement anoxique. Pour fabriquer le gaz renouvelable qui remplacera le gaz d'origine fossile ...

France : les écoles ont rendu hommage à Samuel Paty, un an après sa mort

Les élèves des écoles françaises ont rendu hommage ce vendredi à Samuel Paty, un an après que l’enseignant a été décapité par un extrémiste pour avoir montré à sa classe les caricatures de Charlie Heb...

Liban : vers une nouvelle guerre confessionnelle ?

Une nouvelle guérilla urbaine au Liban a fait six morts et une trentaine de blessés. Des échanges de tirs ont éclaté en marge d’une manifestation des mouvements chiites Amal et Hezbollah, venus protes...

Liban : une escalade meurtrière entre chiites et chrétiens

Six personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées ce jeudi 14 octobre à Beyrouth, lorsque des violences ont éclaté après un rassemblement de manifestants chiites exigeant le retrait du jug...

Qui sont ces hackeurs qui nous attaquent ?

Qui se cache derrière les attaques informatiques ? Outre l’assouvissement de la curiosité, la réponse à cette question est très utile, car elle permet de comprendre les méthodes, procédures et intenti...

OMS : un nouveau groupe a été chargé d’enquêter sur l’origine de la Covid-19

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a formé ce jeudi un nouveau groupe consultatif scientifique chargé de déterminer les origines du virus SRAS-CoV-2. Ce dernier comprendra des experts des États...