Aller au contenu principal

Gouvernement Akhannouch : les tractations se poursuivront ce mercredi

Après le PAM, le PI, l'USFP, l'UC et le MP, le Chef du gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, devrait recevoir les leaders du PPS et du PJD ce mercredi 15 septembre 2021. Le RNI cherche à travers cette série de rencontres, des alliés capables d’adhérer à son programme. En effet, Aziz Akhannouch avait rappelé que le programme du RNI constituerait la base des négociations avec les autres partis politiques. Rappel des grandes promesses de ce programme.

Par Mohamed Laabi, Publié le 14/09/2021 à 17:04, mis à jour le 14/09/2021 à 17:48
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Akhannouch rencontrera les dirigeants du PPS et du PJD ce mercredi © DR

Après un lundi chargé en termes de rencontres avec cinq leaders politiques, le chef du gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, devrait enchaîner ce mercredi avec de nouvelles consultations. Au programme, une rencontre avec le leader du PPS Mohamed Nabil Benabdellah et l'un des dirigeants PJDistes (l'identité de la personne qui sera présente n’est pas encore connue). Akhannouch souhaite accélérer ces tractations et former son gouvernement avant le 8 octobre, date de la rentrée parlementaire.

D’ailleurs, le PI, troisième force politique du pays a décidé d’avancer la date de son Conseil national. Cette dernière a été avancée au samedi 18 septembre au lieu du 25 septembre afin de discuter de l’offre du RNI. Nizar Baraka, secrétaire général de l’Istiqlal avait indiqué à la suite de sa rencontre lundi avec Akhannouch que «l’offre présentée par le Chef du gouvernement sera examinée par les organes décisionnels du parti de l’Istiqlal».

Lire aussi : Gouvernement Akhannouch : des défis sociaux et économiques à relever

Le RNI cherche à mettre toutes les chances de son côté pour construire une majorité puissante et capable d’adhérer sans problèmes à son programme. Une chose est sûre, quels que soient les partis choisis, ces derniers devront suivre le programme RNIste. D’ailleurs, Aziz Akhannouch l’avait lui-même mentionné : «le programme du RNI constituera la base de la négociation avec les partis nationaux afin de construire un cadre fort et une majorité harmonieuse, une majorité qui rompt avec le passé, et une majorité unie par une vision unifiée et un programme de gouvernement ambitieux en phase avec la vision de Sa Majesté et les attentes des Marocains», avait souligné Akhannouch.

Le moins que l’on puisse dire est que le programme RNIste ne manque pas d’ambitions. Le parti prévoit de dépenser 55 milliards de DH (MMDH) par an pour mettre en place les 25 mesures que compte sa stratégie. Cette dernière se décline en cinq engagements principaux : protéger les citoyens contre les aléas de la vie, fournir des soins de santé de qualité, assurer la création d'un million d’emplois, offrir une école publique de l’égalité pour les enfants ainsi qu’une administration responsable au service de l’intérêt général.

Lire aussi : Qui est Aziz Akhannouch, nommé chef du gouvernement ?

Ainsi, sur le plan de l’éducation nationale, le RNI souhaite augmenter le salaire minimum du métier d’enseignant offrant ainsi aux éducateurs un salaire de base de 7.500 DH net mensuel au début de leur carrière au lieu de 5.000 DH actuellement. En termes d’emploi, le RNI annonce qu’il compte assurer la création d’un million de postes directs pour relancer l’économie. Il veut aussi remplacer 30% des importations par des produits “Made in Morocco” afin de préserver l’emploi.

Sur le plan de la Santé, Aziz Akhannouch prévoit d’augmenter le salaire minimum pour les médecins en début de carrière à 12.000 DH au lieu de 8.000 DH actuellement et fournir des allocations de 1000 DH par mois pour les personnes en situation de précarité âgées de 65 ou plus.

Lire aussi : 1re déclaration d'Akhannouch après sa nomination par le roi

Le budget de la santé publique devrait pour sa part doubler sur les 5 prochaines années, cela devrait permettre au ministère de la Santé de recruter davantage de médecins et d’infirmiers. L’objectif est de passer de 26 médecins généralistes pour 100.000 habitants à 60 médecins généralistes d’ici l’année 2026. Le RNI prévoit aussi d’offrir des examens gratuits pour suivre la grossesse et l’état de santé des nouveau-nés ainsi que de mettre en place le tiers payant pour les consultations, les soins et les médicaments.

Akhannouch voit grand et nul doute qu’il sera très attendu sur la réalisation de ces projets. En cas de réalisation de ces derniers, cela donnera indéniablement un nouvel élan au développement social et économique du pays.

Covid-19 : où et comment peuvent voyager les Marocains ?

Avec l’amélioration de la situation épidémiologique liée à la pandémie de la Covid-19, plusieurs pa...

Affaires Raissouni et Radi : le gouvernement marocain saisi par des responsables onusiens

Avant de soumettre leur rapport final au sujet des affaires des journalistes Soulaïman Raissouni et Omar Radi, quatre rapporteuses spéciales des Nations Unies (ONU) ont saisi ce dimanche le gouverneme...

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc

Très mauvaise nouvelle pour les Marocains résidant au Canada. La suspension des vols directs commerciaux et privés de passagers en provenance du Maroc, en vigueur depuis le 29 août dernier, a été prol...

Enseignement supérieur : une énième réforme

Alors que la réforme de l’enseignement supérieur prévoyait l’application du nouveau système Bachelo...

Traitements anti-cancer : des manifestations contre la pénurie

Ce vendredi 24 septembre, des dizaines de personnes ont organisé une manifestation à Casablanca pour exiger un accès rapide aux médicaments contre le cancer. Des patients et leurs familles ont scandé ...

Développement énergétique durable : l’ONEE, le GSEP et l’UM6P s’associent pour la promotion de l’excellence académique

Dans un communiqué publié ce jeudi 23 septembre, l’Office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE) a annoncé avoir conclu un partenariat avec le Partenariat mondial pour l’électricité dura...