tebboune mohammed VI

Temps de lecture : 5 minutes


Rupture Maroc-Algérie : quel impact économique ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Après la France, plusieurs pays ont tenté une médiation entre l’Algérie et le Maroc. Parmi ces pays, la Mauritanie, l’Arabie Saoudite, l’Égypte et plus récemment le Koweït. L’Algérie a laissé entendre il y a quelques semaines qu’elle renoncerait au gazoduc Maghreb-Europe qui passe par le Maroc. Le contrat de ce grand projet qui relie le Portugal, l’Espagne, le Maroc et l’Algérie arrive à expiration fin octobre prochain. Quels sont les autres impacts économiques ?

Temps de lecture : 5 minutes

Dix jours après l’annonce de la rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie, le sujet est plus que jamais d’actualité. En effet, des pays arabes et étrangers tentent de jouer le rôle d’intermédiaire et convaincre l’Algérie à renoncer à cette décision. C’est le cas du Koweït, le Cheikh Ahmed Nasser Al-Mohammed Al-Sabah, ministre koweïtien des Affaires étrangères, a eu mardi deux entretiens téléphoniques avec Nasser Bourita, et son homologue algérien, Ramtane Lamamra. L’objet de ces appels est la discussion «des solides relations bilatérales et des derniers développements sur les scènes régionales et internationales», rapporte l’agence de presse officielle koweïtienne. Cet appel du Koweït avait été précédé la semaine dernière par ceux du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry et de son homologue saoudien, Faisal bin Farhan. Lundi, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed, avait également fait de même contactant les deux ministres des Affaires étrangères marocain et algérien.




Lire aussi : Rupture des relations Algérie-Maroc : et maintenant ?




 



Le Gazoduc Maghreb-Europe, l’unique véritable victime de la rupture



S’il y a bien un projet qui risque d’être réduit à néant après l’annonce de cette rupture des relations diplomatiques maroco-algériennes, c’est bien le gazoduc Maghreb-Europe. Mohamed Arkab, ministre algérien de l’Énergie et des Mines a fait part de sa volonté de ne pas renouveler le contrat qui arrive à expiration en octobre prochain.



L’Algérie a affirmé la semaine dernière que l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien seraient désormais assurés via son gazoduc (Medgaz) reliant directement les deux pays, sans passer par le Maroc. Même si le Royaume s’est dit pour le maintien du Gazoduc Maghreb-Europe, puisqu’il reçoit des revenus financiers sous forme de droits de transit en plus de prélèvements annuels de gaz naturel (7 % des quantités acheminées selon Middle East Eye), il a d’autres pistes à explorer.




Lire aussi : Maroc-Algérie : la scission est actée




Grâce à sa vision à moyen et long terme, Le Royaume a pu anticiper le manque qu’il pourrait y avoir en termes d’approvisionnement en énergie en mettant en place des centrales thermiques à charbon, notamment à Jorf Lasfar et Safi. À cela s’ajoutent les centrales solaires et éoliennes (dont la grande centrale Noor de Ouarzazate) et une possibilité d’échange d’électricité avec certains pays européens. Par ailleurs, le Royaume est en train d’investir sur un gazoduc reliant le Maroc au Nigeria en passant par plusieurs pays africains, un réseau de transport permettant de relier l’ensemble des composantes du futur plan gazier africain qui reliera plusieurs pays du continent (Nigeria-Sénégal-Mauritanie-Maroc).



L‘étude de faisabilité est achevée au Nigeria et la décision finale de financement est en cours de validation. Le projet devrait coûter entre 25 et 50 milliards de dollars et permettra de favoriser l’intégration économique de la région.




Lire aussi : Gazoduc Nigeria-Maroc : pleins gaz sur un projet géostratégique




 



Des échanges commerciaux qui se dégradent de plus en plus



Les relations maroco-algériennes n’ont jamais été au top niveau que ce soit sur le plan politique ou commercial. L’Algérie est le 26e client et le 21e fournisseur du Maroc. Sur les dix dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays ont enregistré une très forte baisse. Le montant de ces échanges commerciaux a été divisé par trois depuis 2014.

 


Graph

 



Aujourd’hui, face à l’escalade de la tension politique, nul ne peut prévoir si les deux pays réussiront à retrouver un climat de paix. Une chose est sûre, en refusant la main tendue du roi Mohammed VI et compte tenu de la situation économique et surtout sociale que vit l’Algérie, Abdelmajid Tebboune risque de regretter sa position. Affaire à suivre.



Recommandé pour vous

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le…

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transpor…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice…

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air po…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’év…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas …

Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes

Instauré principalement dans le but de réaliser des économies d’énergie, le changement d’heure…

Apprentissage et développement humain : les chiffres inquiètent

Temps de lecture : 5 minutes

Bien que l’apprentissage soit la clé du développement humain, le Maroc a encore du mal à s&rsq…

Statut des enseignants-chercheurs : une réunion attendue avec le chef du gouvernement

Temps de lecture : 4 minutes

Les enseignants-chercheurs ne sont pas encore parvenus à un accord définitif sur la nouvelle r…

Pénurie d’eau : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 4 minutes

Le stress hydrique touche plusieurs régions du monde, dont le Maroc. Cette crise est due à plu…

CCME : 95% des jeunes marocains résidant en Europe visitent le Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un sondage qui vient confirmer l’attachement inébranlable que vouent les jeunes ressorti…