Aller au contenu principal

ONU : les catastrophes météorologiques et climatiques ont quintuplé en 50 ans

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a averti ce mercredi que les catastrophes météorologiques se sont exacerbées au cours du dernier demi-siècle, entrainant des dommages et des dégâts matériels importants. Cette détérioration est survenue malgré l’utilisation de meilleurs systèmes de prévention et d’alertes, qui n’ont réussi qu’à réduire le nombre de décès. Au total, plus de 11.000 catastrophes attribuées à ces aléas ont eu lieu dans le monde depuis 1970, provoquant plus de deux millions de décès et quelque 3.640 milliards de dollars de dégâts.

Par Nora Jaafar, Publié le 01/09/2021 à 17:04, mis à jour le 01/09/2021 à 17:21
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
ONU : les catastrophes météorologiques et climatiques ont quintuplé en 50 ans

Un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations Unies a examiné la mortalité et les pertes économiques dues à des phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes entre 1970 et 2019. Il en ressort que ces catastrophes ont été multipliées par cinq au cours de cette période, en grande partie en raison du réchauffement, et qu’elles risquent de s’intensifier davantage dans l’avenir. Au total, plus de 11.000 catastrophes attribuées à ces aléas ont eu lieu dans le monde depuis 1970, provoquant plus de deux millions de décès et quelque 3.640 milliards de dollars de dégâts.

 

15 morts et 202 millions de dollars de pertes quotidiennes

En moyenne, une catastrophe liée aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes s’est ainsi produite chaque jour au cours des 50 dernières années, faisant 115 morts et causant 202 millions de dollars de pertes quotidiennes, a constaté l’OMM. Plus de 91% de ces décès sont survenus dans des pays en développement, précise l’Organisation. Les sécheresses ont été à l’origine des plus grandes pertes de vies humaines durant ces années, puisqu’elles sont responsables à elles seules de quelque 650.000 décès, tandis que les tempêtes ont fait plus de 577.000 morts. Les inondations ont quant à elles tué près de 59.000 personnes au cours des 50 dernières années et les températures extrêmes ont fait près de 56.000 victimes, selon le rapport.

Sur une note positive, les auteurs de l’étude ont constaté que, même si le nombre de catastrophes liées au changement climatique a augmenté considérablement, les décès causés par ces catastrophes ont été divisés par trois. Le bilan est ainsi passé de plus de 50.000 décès par an dans les années 1970 à moins de 20.000 dans les années 2010, affirme l’OMM. Et alors que les années 1970 et 1980 enregistraient une moyenne de 170 décès par jour, la moyenne quotidienne dans les années 1990 est tombée à 90, puis à 40 dans les années 2010.

 

L'importance des systèmes d’alerte précoce multirisques

L’OMM a toutefois souligné qu’il reste beaucoup à faire pour contrer ces phénomènes, la moitié seulement des 193 États membres de l’Organisation étant actuellement dotés de systèmes d’alerte précoce multirisques qui permettent de sauver des vies. Elle a également mis en garde contre les graves lacunes des réseaux d’observation météorologique et hydrologique en Afrique et dans certaines régions d’Amérique latine, ainsi que dans les États insulaires du Pacifique et des Caraïbes.

Mami Mizutori, qui dirige le bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, a pour sa part salué l’impact de l’amélioration des systèmes d’alerte précoce sur la réduction des décès. Mais elle a prévenu que «le nombre de personnes exposées aux risques de catastrophe augmente en raison de la croissance démographique dans les zones exposées aux menaces climatiques et de l’intensité et de la fréquence croissantes des phénomènes météorologiques». Si les systèmes d’alerte sauvent des vies, ils n’ont guère contribué à protéger les régions exposées aux catastrophes contre les répercussions économiques croissantes de ces phénomènes. En effet, les pertes signalées entre 2010 et 2019 s’élevaient à 383 millions de dollars par jour, soit sept fois plus que les quelque 49 millions de dollars de pertes quotidiennes moyennes des années 1970.

Enfin, il faut noter que sept des dix catastrophes les plus coûteuses des 50 dernières années se sont produites depuis 2005, dont trois rien qu’en 2017 : l’ouragan Harvey, qui a causé près de 97 milliards de dollars de dégâts, suivi de Maria, avec près de 70 milliards de dollars, et d’Irma, avec près de 60 milliards de dollars.

Stratégie "Zéro Covid" : le vaccin chinois à ARN messager, seule solution viable ?

Dans sa revue de presse internationale, le journaliste Adrien Toffolet, souligne que les opérations de testing et de confinement extrêmes commencent à montrer leurs limites en Chine face au variant Om...

Pourquoi l'immigration a fortement augmenté en France en 2021 ?

Dans Europe midi, Patrick Stéfanini, conseiller d’État honoraire, ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration, directeur de campagne de Valérie Pécresse, est l’invité de Romain Desarbres p...

Covid-19 : ces pays qui ont décidé d'assouplir les restrictions sanitaires

Fin des restrictions anti-Covid en Angleterre, début de l’allègement en France, et l’Espagne qui ne veut plus considérer le coronavirus comme une pandémie, mais comme une maladie endémique. Est-ce le ...

Plusieurs missions spatiales incontournables en 2022

L'année 2022 promet d'être spectaculaire pour ceux qui s'intéresse à l'actualité de la conquête spatiale. En effet, plusieurs fusées doivent effectuer leur vol inaugural. Il s'agit, entre autres, d'Ar...

USA : itinéraire de la mouvance conspirationniste QAnon

L’une des thèses de la mouvance conspirationniste QAnon est que Donald Trump serait chargé de sauver les États-Unis d’un réseau pédophile et sataniste qui serait organisé par les démocrates. Que devie...

Oxfam International : la fortune des 10 hommes les plus riches du monde a doublé pendant la pandémie

Depuis le début de la pandémie, le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que les inégalités contribuent à la mort d’une personne toutes les quatre secondes. C’est le constat...