Aller au contenu principal

Droits de tirage spéciaux : une allocation qui arrive à point nommé

Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds Monétaire international (FMI), a annoncé que l’allocation de Droit de tirage spécial (DTS) octroyé aux pays membres du FMI prend effet ce lundi 23 août. Le montant total de l’allocation de droits de tirage spéciaux (DTS) est de 650 milliards de dollars soit l’allocation la plus élevée de l’histoire. Le Maroc bénéficiera lui de 1,2 milliard de dollars qu’il injectera dans ses réserves de change. Dans ce contexte particulier, cette aide financière se présente comme une occasion en or pour surmonter les répercussions économiques chaotiques de la pandémie.

Par Mohamed Laabi, Publié le 24/08/2021 à 17:08, mis à jour le 24/08/2021 à 18:22
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Kristalina Georgieva, présidente du FMI aux côtés de Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale et Mohamed Benchaâboun, l'argentier du royaume © DR

Bonne nouvelle pour un nombre important de pays à travers le monde. Ce lundi, le Fonds monétaire international (FMI) a mis à disposition de ses pays membres la somme de 650 milliards de dollars au titre des droits de tirage spéciaux (DTS). C’est la plus grosse somme de l’histoire des allocations de DTS du FMI. Avant de se pencher sur le sujet, il est important d’expliquer ce que c’est que le droit de tirage spécial et son utilité.

 

Le DTS, c’est quoi?

Le droit de tirage spécial est un avoir mis en place par le FMI pour compléter les réserves officielles existantes de ses pays membres. L’objectif étant d’aider les pays à faire face aux conséquences de la pandémie de la Covid-19. Les pays ont la possibilité de tirer jusqu’à un certain plafond des liquidités, c’est-à-dire obtenir de l'argent disponible immédiatement pour pouvoir financer leurs balances des paiements. Chaque pays reçoit son allocation selon son quote-part au FMI (position relative dans l’économie mondiale). Naturellement, les pays les plus riches reçoivent beaucoup plus d’argent que les pays les plus pauvres.

Ainsi, avec respectivement 118 milliards de dollars et 43 milliards de dollars, les États-Unis et la Chine sont les principaux bénéficiaires de cette émission. Pour ce qui est du continent africain, l’ensemble du continent disposera de 33 milliards de dollars. Le trio de tête est composé de l’Afrique du Sud (4,3 MM de dollars), du Nigeria (3,5 milliards de dollars) et de l'Égypte (2,9 milliards de dollars). Le Maroc bénéficiera lui de 1,2 milliard de dollars et la Tunisie de 775,8 millions de dollars.

Lire aussi : FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

«Il s'agit d'une décision historique : la plus importante allocation de DTS de l'histoire du FMI et une bouffée d'oxygène pour l'économie mondiale en cette période de crise sans précédent», souligne Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.

En effet, c’est la plus grande allocation DTS de l’histoire du FMI. D’ailleurs, ce n’est seulement que la 5e fois depuis 1969 que le FMI lance cette opération. Elle avait été délivrée avant cela en 1970-1972 (9,3 milliards de DTS), 1979-1981 (12,1 milliards de DTS), 2009 (21,5 milliards de DTS, allocation générale avant crise mondiale) et (161,2 milliards de DTS, allocation spéciale après crise mondiale).

DTS

La priorité, redresser les réserves de change

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI a conseillé aux pays bénéficiaires de cette allocation d'utiliser ces DTS pour répondre aux besoins urgents et au redressement des réserves de change.

Lire aussi : Croissance économique : les prévisions du FMI pour le Maroc et le monde

C’est exactement ce que compte faire le Maroc. Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale avait mentionné en juin 2021 lors de la dernière réunion trimestrielle du conseil de la Banque centrale que cette allocation serait affectée au niveau des avoirs de la Banque centrale. Elle permettra à cette dernière «de renforcer ses réserves, les arbitrer contre des devises et les utiliser pour financer ses dépenses», souligne-t-il. Les réserves du Royaume pourraient ainsi être portées d'ici à la fin de l'année 2021 à plus de… 310 milliards de dirhams. 

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...

Des entreprises marocaines victimes des tensions entre Alger et Rabat

Encore une fois, les relations entre Alger et Rabat passent par la case rouge des tensions et des querelles diplomatiques. Dernier épisode en date de cette série noire, une affaire de résiliation des ...

Un record de transferts des MRE prévu à fin 2021

À la suite des travaux de la troisième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre de 2021, tenue ce mercredi 13 octobre, la banque centrale a souligné dans un communiqué que le...

IRES : le monde post-Covid-19

Dans son rapport stratégique 2021, intitulé “vers un nouveau monde post-Covid-19 ?”, l’Institut royal des Études stratégiques (IRES) s’est penché sur l’après-crise sanitaire. Soulignant une "quasi-imp...

FMI : malgré la baisse des perspectives de croissance mondiale, le Maroc affiche des prévisions à la hausse

Les perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement et les pressions inflationnistes entravent la reprise de l’économie mondiale au sortir de la pandémie de la Covid-19, a déclaré ce mardi...

Ce qu'il faut retenir du conseil de BAM

Ce mercredi 13 octobre, le conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a tenu sa troisième session de l’année 2021. Lors de cette réunion, il a été décidé de maintenir le taux directeur à 1,5%. «Le Conseil a est...