Aller au contenu principal

La SAMIR va fermer ses portes, ses employés luttent pour la sauver

Par Nora Jaafar, Publié le 24/06/2019, mis à jour le 06/01/2021          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media

Autrefois un fleuron de l’économie, la raffinerie de pétrole du Maroc est en déclin depuis 2015 et devra fermer définitivement ses portes dans moins d’un mois.

 

En 1959, le gouvernement marocain a créé la société de raffinage SAMIR à Mohammedia. Elle a été vendue au groupe Corral, une entreprise saoudienne suédoise, en 1997.

 

Incapable d’honorer un emprunt de 4,5 milliards de dollars, l’entreprise a ensuite été liquidée par un tribunal de Casablanca en 2016.

 

Le tribunal a prolongé le délai pour garder la raffinerie ouverte une douzaine de fois, et la prolongation finale expire le 18 juillet.

 

La raffinerie avait autrefois une capacité de production de plus de 150 000 barils par jour, mais les travaux à l’usine ont ralenti pour s’arrêter en 2015.

 

Depuis lors, un « front national » éponyme d’employés, d’économistes et de dirigeants syndicaux a fait pression sur le gouvernement en organisant des sit-in et des conférences de presse pour relancer la SAMIR.

 

Le représentant du personnel Houcine El-Yamani a dirigé les efforts du « front national » pour sauver l’usine. En 2018, son équipe a remis aux autorités marocaines un rapport dénonçant la privatisation et la vente de la raffinerie en 1997, qui manquait « totalement de transparence ».

 

Le rapport accusait le groupe Corral d’avoir manqué de respect à son contrat et d’avoir provoqué la disparition de la SAMIR.

 

Le rapport affirme également que le gouvernement n’a aucun intérêt à sauver la seule raffinerie nationale du pays. Le ministre de l’Énergie et des Mines, Aziz Rebbah, a rejeté ces allégations.

 

Entre-temps, un tribunal de commerce est activement à la recherche d’un nouveau propriétaire. Une trentaine de groupes internationaux ont manifesté leur intérêt pour la SAMIR au fil des ans, mais rien ne s’est concrétisé. 

 

Pas plus tard que juin 2019, Exol Lubricants Morocco a offert 8,23 millions de dollars pour obtenir les actifs de la SAMIR. Cependant, l’offre n’a pas été bien reçue par les actionnaires de la raffinerie ni par ses salariés, qui considèrent que le prix est « inférieur aux normes du marché ».

 

Parmi les autres concurrents figurent Swiss-British Glencore et Trafigura, basée à Genève, qui ont offert respectivement 14,99 millions et 11,70 millions de dollars.

 

Plus tôt en 2019, un rapport de l’Agence internationale de l’énergie a souligné la dépendance du Maroc aux importations de charbon, de pétrole et de gaz pour satisfaire la plupart de ses besoins énergétiques. « La fermeture de la seule raffinerie du pays... a des conséquences évidentes sur la sécurité de l’approvisionnement en pétrole [du Maroc] », peut-on lire sur le rapport, qui recommande le développement des ressources énergétiques intérieures.

 

Environ 800 personnes sont toujours employées par l’entreprise, et sa fermeture prochaine menace sévèrement leurs sources de revenus.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...