Aller au contenu principal

Plusieurs personnes manifestent en Algérie malgré les arrestations

Par H.L.B, Publié le 21/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les manifestants se rassemblent dans la capitale Alger au milieu d’une vague d’enquêtes anticorruptions lancées par l’armée après les manifestations qui ont mis fin au règne de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

 

Des centaines de manifestants algériens se sont rassemblés ce vendredi dans la capitale en dépit de la vague d’arrestations qui a précédé le dernier rassemblement hebdomadaire, depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril dernier, qui était resté longtemps en fonction.

 

Les militants dans le centre d’Alger ont brandi le drapeau algérien qui a été l’un des piliers des protestations, mais certains ont aussi porté les couleurs berbères malgré l’interdiction du drapeau de la minorité imposée cette semaine par le général Ahmed Gaid Salah, le chef de l’armée et homme fort du pays depuis la chute de Bouteflika.

 

« Non au régionalisme, nous sommes tous frères », scandaient les manifestants.

 

Des dizaines de personnes ont été arrêtées

 

La police avait déjà arrêté des dizaines de personnes, en particulier celles qui portaient les couleurs berbères, dans le bureau de poste principal de la capitale, qui a été l’épicentre des protestations depuis leur début, en février dernier.

 

Lors des vendredis qui ont précédé la chute de Bouteflika, plusieurs détenus ont été libérés à la fin de la journée.

 

Les Algériens manifestent massivement depuis que Bouteflika a annoncé son intention de briguer un cinquième mandat.

 

Le leader vétéran a démissionné alors que les pressions exercées de toutes parts contre lui pour qu’il démissionne s’intensifiaient, quelques heures seulement après que Gaid Salah, un proche allié, a réclamé des poursuites contre lui pour des accusations de destitution.

 

Enquête sur la corruption

 

Bien que le chef de l’armée a ordonné une vague d’investigations anticorruption, les manifestants ont maintenu les appels pour son départ ainsi que tout le régime qui a entouré Bouteflika.

 

La semaine dernière, deux anciens premiers ministres se sont joints à une longue liste d’hommes politiques et d’hommes d’affaires éminents qui ont été arrêtés dans le cadre de ces enquêtes sur la corruption.


  • Partagez

Plusieurs pays excluent le Maroc de la liste des pays sûrs de l’UE

Ce vendredi 3 juillet, l’Espagne a annoncé qu’elle ne rouvrirait pas ses frontières aux voyageurs venant d’Algérie, du Maroc et de Chine tant que ces pays n’admettent pas sur leurs sols les visiteurs ...

Covid-19 : record de cas quotidiens aux États-Unis

Alors que le port du masque continue de faire débat, la pandémie du nouveau coronavirus ne cesse de se propager aux États-Unis. Ce jeudi 2 juillet, un nouveau record de contaminations a été enregistré...

Assassinat de Khashoggi : ouverture d’un procès par contumace en Turquie

Ce vendredi 3 juillet, le procès par contumace de 20 Saoudiens accusés par la Turquie d’avoir assassiné le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite ...

Arrestation de Ghislaine Maxwell, ex-collaboratrice de Jeffrey Epstein

Ce jeudi 2 juillet, une porte-parole du FBI a affirmé que Ghislaine Maxwell, l’ex-collaboratrice du défunt Jeffrey Epstein, a été arrêtée aux États-Unis. Maxwell inculpée de trafic de mineures es...

France : Jean Castex remplace Édouard Philippe au poste de Premier ministre

Ce vendredi 3 juillet, Édouard Philippe, Premier ministre français, a présenté sa démission au président Emmanuel Macron. Ce dernier l’a acceptée, annonce l’Élysée. E. Philippe «assurera, avec le...

Le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario et l’Algérie dénoncé au Parlement de l’UE

Ce jeudi 2 juillet, l’eurodéputée française Dominique Bilde a dénoncé le détournement de l’aide humanitaire européenne par le Polisario et l’Algérie devant la Commission du développement (DEVE) du Par...