Aller au contenu principal

Bourita met en avant la contribution majeure du Pacte de Marrakech sur la migration

Par Khansaa Bahra, Publié le 23/07/2021 à 12:19, mis à jour le 23/07/2021 à 17:45
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères © DR

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a prononcé un discours au nom des pays champions de la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM), approuvé par plus de 160 pays. Ce programme a été mis en place dans le cadre du Forum politique de haut niveau sur le développement durable du Conseil économique et social des Nations-Unies (ONU).

Lors de son allocution, le chef de la diplomatie marocaine a rappelé que l’ONU a pris des mesures importantes pour renforcer la sensibilisation au pacte au sein de l’organisation et auprès de la communauté internationale depuis son adoption en décembre 2018 à Marrakech. Ce pacte représente une contribution majeure au multilatéralisme pour relever les défis et exploiter les opportunités des migrations internationales et de la mobilité humaine, grâce à une approche globale et coopérative, a-t-il souligné. Ainsi, il a exhorté d’autres États à participer à l’initiative afin d’élargir la plateforme et de refléter la grande variété des réalités migratoires.

Citant les contributions positives des migrants et de la migration pour faire progresser la croissance inclusive et le développement durable, il a déclaré que le pacte de Marrakech est un instrument fondé sur le droit international, qui appelle au plein respect des droits de l’homme et au traitement humain des migrants quel que soit leur statut migratoire et est fermement ancré dans l’Agenda 2030. «Si des progrès significatifs ont été accomplis à ce jour, davantage d’efforts sont nécessaires pour accélérer à la fois la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations et la réalisation du Programme 2030», a déclaré Bourita. Et d’ajouter que «les effets positifs de la migration doivent être exploités pour faire avancer les progrès vers les ODD, en particulier dans le contexte de la pandémie de la Covid-19, qui démontre à la fois l’importante contribution des migrants à nos sociétés et les situations aigües de vulnérabilité auxquelles beaucoup d’entre eux sont confrontés».

Affaire Brahim Ghali : l’ex-cheffe de la diplomatie espagnole sera auditionnée le 4 octobre

L’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, sera auditionnée le 4 octobre prochain à 13h par le juge d’instruction du tribunal de Saragosse. Cette audience s’inscrit dans l...

Les frontières du Maroc avec Sebta et Melilia resteront fermées jusqu’au 31 octobre

L’Espagne a décidé de prolonger d’un mois la fermeture des frontières de Sebta et Melilia avec le Maroc. Cette décision a été signée par Fernando Grande-Marlaska, ministre de tutelle, qui a prolongé l...

Nouveau gouvernement : quelle est la prochaine étape ?

L’identité des profils éligibles aux postes ministériels dans le prochain gouvernement sera bientôt...

Coalition RNI-PAM-PI : quelles sont les chances de briller ?

Dans ce podcast, TelQuel s’intéresse à la coalition gouvernementale 2021-2026 et ses perspectives de réussite. Le journal reçoit Nabil Abdel, enseignant chercheur, membre du mouvement Maan, et Mehdi L...

Guelmim : le parquet classe l'affaire du décès de Abdelouahab Belfquih

Abdelouahab Belfquih s'est bel et bien suicidé. C'est la conclusion de l'enquête menée par le parquet à Guelmim. Le Procureur général du Roi près la Cour d'appel de Guelmim a annoncé, vendredi, que...

Quelle place pour l'opposition dans la nouvelle Chambre des représentants ?

Maintenant que la majorité est formée, les autres partis politiques marocains passent automatiqueme...