Aller au contenu principal

Une nouvelle attaque meurtrière au Mali

Par Nora Jaafar, Publié le 20/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les assaillants à l'origine de la dernière attaque qui a frappé le centre du Mali ont identifié les victimes une à une avant de les exécuter, ont déclaré les survivants.

 

L'attaque du lundi 17 juin contre les villages de Gangafani et Yoro dans la région de Mopti a été la dernière d'un cycle de violence apparente entre les communautés Dogon et Fulani.

 

Au moins 38 personnes ont été tuées dans les villages où des survivants et des officiels affirment que des tireurs peuls sont arrivés en moto avant d'attaquer les habitants du village pour "se venger" en raison de leurs soupçons quant à leur collaboration avec l'armée malienne.

 

Abdoulaye Goro, un agent de sécurité, se rendait en camion aux funérailles de son père près des deux villages, lorsque 40 hommes armés ont intercepté le véhicule et ont forcé les passagers à entrer dans la brousse.

 

"Ils ont fait des contrôles d'identité et n'ont cherché que les habitants de Yoro et de Gangafani, et tous ceux qui étaient originaires de ces deux villages ont été mis à part", a dit Goro.

 

"Ils les ont tués devant nous, avec des fusils, et nous ont relâchés après".

 

Ces raids ont fait suite au massacre de dizaines de personnes au début du mois dans un autre village Dogon, Sobane Da.

 

Cette attaque est survenue quelques mois après que des présumés miliciens Dogon ont tué fin mars dernier plus de 150 Fulanis dans deux villages du centre du Mali, une des pires effusions de sang de l'histoire du pays.

 

Le gouvernement malien a déclaré mercredi que l'armée avait envoyé un contingent pour renforcer la sécurité et protéger les biens dans les villages de Gangafani et Yoro, près de la frontière avec le Burkina Faso.

 

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé à la retenue pour mettre fin au "cercle vicieux de la violence".

 

"Alors que nos équipes se préparent à apporter une aide d'urgence aux survivants de Sobane Da, nous avons appris que d'autres villages de la région de Mopti ont également subi des attaques, faisant de nombreuses victimes", a déclaré Jean-Nicolas Marti, chef de la délégation du CICR au Mali, dans un communiqué à Al Jazeera.

 

"Nous avons vu quatre attaques majeures depuis le début de l'année, en plus de la violence quotidienne. Nos collègues sur le terrain constatent que les besoins sont immenses et restent déterminés à soutenir les victimes de ces actes criminels, d'abord et avant tout en leur fournissant des soins médicaux".

 

Les tensions ethniques dans le centre du Mali ont fait un bond en avant après l'émergence en 2015 d'un groupe armé dirigé par le prédicateur Amadou Koufa et recruté principalement par les Fulanis. Les affrontements se sont intensifiés avec les Dogons et les Bambaras qui ont formé leurs propres milices d'autodéfense.

 

Le président Ibrahim Boubacar Keita a appelé à mettre fin aux attaques de vengeance après avoir visité le site du massacre de Sobane Da.

 

En dépit de l'aide militaire de la France et des Nations Unies, le gouvernement malien lutte toujours pour calmer la violence qui a commencé dans le nord du pays en 2012, déclenchée par les combattants rebelles et les milices touaregs, tandis que des groupes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique d'Irak ont utilisé le centre et le nord du Mali comme base de lancement des attaques dans la région du Sahel afin d'attiser les tensions entre différentes communautés.

 

Arrivée massacrante en moto

 

Au cours de l'attaque du lundi, a déclaré le témoin Goro, les hommes armés ont reproché aux habitants d'avoir "coopéré" avec l'armée malienne et burkinabé il y a environ 15 jours lors d'un raid dans la ville voisine de Dinagourou.

 

Au niveau local, "il y a un différend entre les peuples de Gangafani et de Yoro contre les Peuls", ajoute Goro.

 

"Nos ravisseurs se vengeaient de nous", a affirmé l'agent de sécurité.

 

Les autorités locales ont déclaré que la situation s'était calmée, mais les habitants ont été choqués de voir comment les tireurs ont pu arriver en masse en moto, même après que le gouvernement leur a imposé un embargo afin de durcir la surveillance des véhicules.

 

"Nous devons renforcer la sécurité", a déclaré Amidou Maiga, un fonctionnaire local à la retraite. "Les gens ont peur".

 

La MINUSMA, la mission de maintien de la paix de l'ONU au Mali, a déclaré en mai dernier avoir recensé près de 500 morts dans des attaques contre des Fulanis dans les régions centrales de Mopti et Ségou, depuis janvier 2018.

 

Les Fulanis armés ont fait 63 morts parmi les civils de la région de Mopti au cours de la même période.

 

Les Fulanis sont principalement des éleveurs et des commerçants de bétail, tandis que les Dogons et les Bambara sont traditionnellement des agriculteurs sédentaires.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...