Aller au contenu principal

Covid-19 : le Maroc, comme le reste du monde, craint une nouvelle vague

Malgré la récente recrudescence des cas de contamination à la Covid-19 et à son variant indien Delta, la situation épidémiologique au Maroc reste sous contrôle. Les autorités, qui ont prolongé l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 août, préviennent toutefois que le spectre d’une troisième vague plane sur le pays, appelant les citoyens à respecter les mesures préventives en vigueur. En Tunisie comme dans le reste de l’Afrique, le virus et ses nouvelles souches continuent de faire des ravages, saturant les systèmes de santé du continent. Le reste du monde n’est pas en reste, Delta obligeant les gouvernements étrangers à envisager le recours à de nouvelles restrictions.

Par Nora Jaafar, Publié le 09/07/2021 à 14:34, mis à jour le 09/07/2021 à 17:34
         Temps de lecture 8 min.
Teaser Media
La planète Terre portant un masque © DR

La situation épidémiologique au Maroc est sous contrôle, pour le moment. Ce jeudi 8 juillet, le Conseil de gouvernement a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 août 2021 à 18h. Cette mesure vise à assurer l’efficacité et l’efficience des dispositions mises en place pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19. Durant ces deux dernières semaines, le Royaume a enregistré une recrudescence des contaminations au coronavirus.

Après avoir atteint une moyenne de 500 infections par jour un mois auparavant, le pays a recensé 1.336 nouveaux cas durant les dernières 24 heures, portant ce total à 538.589 contaminés depuis mars 2020. Ces nouveaux cas ont été signalés dans les régions de Casablanca-Settat (511), Rabat-Salé-Kénitra (231), Souss-Massa et Marrakech-Safi (181), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (58), Fès-Meknès (49), Drâa-Tafilalet (34), Béni Mellal-Khénifra (27), Laâyoune-Sakia El Hamra (24), l’Oriental (22), Dakhla-Oued Eddahab (13) et Guelmim-Oued Noun (5).

Le pays totalise 522.377 rétablissements, dont 706 confirmés ce jeudi, et 9.346 décès, dont cinq nouveaux morts enregistrés dans les régions de Casablanca-Settat (1), Rabat-Salé-Kénitra (1), Souss-Massa (2) et l’Oriental (1). Les cas actifs sont pour leur part au nombre de 6.866, tandis que les cas sévères ou critiques ont atteint 282, dont 12 placés sous intubation et 148 sous ventilation non invasive.

Concernant l’état d’avancement de la vaccination, ils sont désormais 10.317.807 de Marocains à avoir reçu la première dose et 9.213.535 à avoir reçu les deux injections, selon les dernières données du ministère de la Santé.

 

Les appels de Tayeb Hamdi et de Moulay Said Afif

Bien que la pandémie de la Covid-19 n’ait pas encore atteint des dimensions critiques, les experts de la Santé estiment que la récente augmentation du nombre des cas d’infection annonce l’arrivée d’une troisième vague plus meurtrière. Tayeb Hamdi, médecin et professeur-chercheur en politiques et systèmes de santé, appelle ainsi les citoyens non vaccinés de plus de 40 ans et ceux qui souffrent de maladies chroniques à prendre des rendez-vous en urgence pour recevoir leurs injections. «Rattrapez-vous le plus vite possible, la vaccination vous sauve la vie, réduit le risque de transmettre le virus à votre entourage, et au reste de la population», martèle le professeur.

Ce dernier explique que le vaccin protège contre la maladie et ses formes graves et réduit le risque de décès. Aussi, il précise que cette mesure diminue la transmission du virus, notant que les personnes non vaccinées transmettent 12 fois plus le virus que celles vaccinées. 

De son côté, Moulay Said Afif, président du Collège syndical national des médecins spécialistes privés (CSNMSP) et membre du Comité scientifique de vaccination, assure que les vaccins Sinopharm et AstraZeneca utilisés au Maroc sont efficaces contre la Covid-19 et les nouveaux variants britannique et indien. Toutefois, poursuit-il, les Marocains doivent encore se conformer au protocole de prévention sanitaire en place pour éviter toute dégradation de la situation épidémiologique. Pour Afif, les citoyens comme les autorités compétentes doivent œuvrer ensemble pour accélérer l’opération de vaccination et parvenir dans les plus brefs délais à une immunité collective (vaccination de 80% de la population).

Moulay Said Afif tient aussi à rappeler que malgré la vaccination, tout relâchement risque d’aggraver la situation épidémiologique du pays, ajoutant que même les personnes complètement vaccinées ne sont pas à l’abri d’une réinfection. En effet, il souligne que les vaccins ne sont efficaces qu’à 78 à 80%, ce qui laisse une marge de contamination de près de 20 à 22%. «C’est pourquoi les familles doivent continuer à respecter les mesures préventives en vigueur, notamment en cette période de festivités de Aïd Al-Adha marquée par d’intenses déplacements et voyages», prévient-il.

 

L’Afrique est dans la tourmente

Parmi les pays africains les plus touchés par la pandémie de la Covid-19, on retrouve la Tunisie. La porte-parole du ministère tunisien de la Santé, Nissaf Ben Alya, a affirmé ce jeudi que le pays vit une situation épidémique «catastrophique». «Le taux des cas a augmenté et le système sanitaire s’est malheureusement “effondré”», a-t-elle regretté. Elle précise qu’«il est désormais difficile de trouver un lit disponible ou d’avoir la quantité nécessaire d’oxygène dans les hôpitaux du pays». Ben Alya s’est adressée à l’ensemble des Tunisiens et aux autorités sanitaires les exhortant à unir leurs forces afin d’éviter une détérioration de la crise sanitaire. Notons que selon les derniers chiffres publiés par le département de la Santé du pays, la Tunisie a atteint un record sinistre la journée du mardi 6 juillet en enregistrant 9.823 contaminations et 134 décès. Au total, le pays a connu 473.229 infections, dont 15.861 décès, pour environ 12 millions d’habitants. Et, sur plus trois millions de personnes inscrites pour se faire vacciner, seules 608.332 ont reçu les deux doses.

De plus, les établissements hospitaliers publics du pays affichent un taux d’occupation des lits de réanimation de l’ordre de 91,8%. Cette moyenne s’élève à 100% dans 11 gouvernorats. Afin de soutenir son système de santé et pallier la montée en flèche des contaminations, le gouvernement tunisien a reconfiné la population des six gouvernorats les plus touchés par le virus, dont Tunis et sa banlieue. Ce confinement restera en vigueur jusqu’au 31 juillet, et sera renforcé par un couvre-feu nocturne et une interdiction de déplacements entre les régions.

Par ailleurs, la situation épidémiologique dans le reste de l’Afrique ne fait qu’empirer. Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, a déclaré ce jeudi que «l’Afrique vient de vivre la semaine la plus désastreuse de l’histoire des pandémies sur le continent. Mais le pire reste à venir, car la troisième vague ne cesse de s’étendre de façon accélérée et gagne du terrain», principalement en raison du variant Delta. Elle a avancé que le nombre de cas double tous les 18 jours, contre 21 jours, il y a tout juste une semaine. Ainsi, depuis le 4 juillet, plus de 251.000 nouvelles contaminations ont été signalées sur le continent, soit une hausse de 20% par rapport à la semaine précédente.

Selon les chiffres de l’OMS, l’Afrique a recensé 5.876.212 infections à la Covid-19, avec 150.031 décès. L’agence onusienne explique la nouvelle flambée de la pandémie par la faiblesse des taux de vaccination dans le continent, où seulement 2% de la population a reçu les deux doses vaccinales, soit près de 16 millions de personnes sur plus 1,3 milliard. Cependant, Dr Matshidiso Moeti se dit optimiste quant à l’accélération de la distribution des vaccins par le mécanisme Covax, le programme qui vise à assurer un accès équitable aux vaccins à tous les pays du monde, et surtout à ceux à faibles revenus. À ce jour, Covax a fourni plus de 1,6 million de doses à l’Afrique. Les responsables de ce mécanisme indiquent en plus que près de 20 millions de doses des vaccins Johnson et Johnson/Janssen et de Pfizer-BioNTech, en provenance des États-Unis, sont attendues très prochainement sur le continent. 

 

Le reste du monde n’est pas en reste

Dans le reste du monde, c’est la menace Delta qui préoccupe de plus en plus des autorités sanitaires. En Europe, certains pays parlent déjà d’une quatrième vague de contaminations et se préparent au pire. La souche indienne est la plus dominante en Allemagne, selon le dernier rapport de l’Institut Robert Koch, qui souligne que les nouvelles infections à cette dernière sont passées de 37% à 59%. Delta, qui a progressé de façon exponentielle chaque semaine depuis début juin, représente désormais les deux tiers des nouveaux cas dans le pays.

En France, 40% des nouveaux porteurs de la Covid-19 souffrent du variant indien. Le gouvernement français a prévenu que «le variant Delta pourrait impacter les vacances d’été». «Le risque de la 4e vague est très élevé, la situation se détériore rapidement», préviennent les autorités du pays. La République compte annoncer de nouvelles mesures de prévention le lundi prochain, notamment des sanctions à l’égard des personnes qui refusent de se faire vacciner et une imposition de vaccination obligatoire pour certaines professions.

S’agissant de l’Espagne, le pays a dépassé ces quatre derniers jours les 32.000 contaminations. Le gouvernement a de ce fait décidé de fermer à partir de ce week-end toutes les discothèques couvertes et les lieux de divertissement du pays. Pour assister aux activités et événements en plein air, les Espagnols devront présenter un résultat négatif à la Covid-19 d’un test PCR ou un certificat attestant qu’ils sont complètement vaccinés. Le Portugal a annoncé pour sa part qu’à cause du variant Delta, les infections vont doubler la semaine prochaine dans le pays, où le nombre de cas quotidiens dépasse déjà les 2.000.

Enfin, le Royaume-Uni, premier pays d’Europe à avoir fait face à une reprise marquée de l’épidémie, a enregistré 401 nouveaux cas en moyenne chaque jour pour un million d’habitants. Ce chiffre a quasi doublé en onze jours, souligne Édouard Mathieu, responsables des données du site Our World in Data. Ce dernier souligne que les nouvelles infections quotidiennes affichent une hausse de 43% sur les sept derniers jours, atteignant une moyenne glissante de 27.238 cas.

Immobilier : les malheurs de la copropriété

Au Maroc, le statut de copropriétaire n’est pas toujours synonyme de bonheur. Après l’euphorie de l...

Mohamed Elfane : «Des restaurants ont été fermés à cause du pass vaccinal»

L’instauration hâtive du pass vaccinal a impacté plusieurs secteurs. Dans cet entretien, Mohamed El...

Pass vaccinal : une mise en application qui dérange

Le premier jour de la mise en œuvre du pass vaccinal a connu quelques réactions houleuses sur les r...

Le ministère de la Santé dément le décès d'une fille à cause du vaccin de Pfizer

Vendredi 22 octobre, le ministère de la Santé a fortement contesté des informations relayées sur les réseaux sociaux concernant le décès d’une jeune fille à Rabat, après l’injection d’une dose du vacc...

Les nouvelles saveurs de l’Oberoi Marrakech

Dans sa Newslettre d’octobre 2021, L’Oberoi Marrakech révèle ses nouveaux menus, qui s’inspirent de la nouvelle saison et qui utilisent des ingrédients locaux et des produits bio récoltés dans les jar...

Covid-19 : le pass vaccinal ne fait pas l'unanimité

Le Maroc passe un nouveau cap dans sa lutte contre la pandémie de la Covid-19. Le gouvernement a dé...