Aller au contenu principal

L'AFEM célèbre l’audace au féminin

Par Khansaa Bahra, Publié le 06/07/2021 à 11:38, mis à jour le 06/07/2021 à 18:10
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Photo d'illustration © DR

L’Association des femmes cheffes d’entreprises du Maroc (AFEM) a récemment organisé une rencontre à la Villa Roosevelt afin de célébrer l’audace au féminin. Un moment d’échange et de convivialité en présence des membres, des partenaires et des personnalités qui ont porté l’AFEM depuis ses débuts. Une occasion également pour toutes les femmes cheffes d’entreprise de se retrouver entre membres et de renouer des liens forts après plusieurs mois d’absence en raison de la Covid-19.

Oser entreprendre, faire preuve d’audace, c’est l’ADN de ces cheffes d’entreprises, de plus en plus nombreuses dans des secteurs et des métiers où elles étaient auparavant inexistantes, a indiqué l’association dans un communiqué. Selon Leila Doukali, «les femmes entrepreneures ont de l’audace, elles osent, elles rêvent, elles construisent… Elles se lèvent chaque matin pour agir, prendre des risques, affronter les non-dits et barrières encore existantes. Elles ont un don inné pour l’organisation. Elles sont multi-casquettes d’ailleurs. Elles osent s’investir dans des métiers difficiles, des métiers gardés par et pour les hommes, elles osent avancer et se représenter dans des secteurs complexes et surtout, surtout, elles osent réussir ! Nous tenions à leur dire un grand bravo ! et merci d’exister».

Lors de cet évènement, l’AFEM rend hommage à sa fondatrice, Saloua Karkri Belkeziz, à l’occasion de la parution de son autobiographie "Le chemin des possibles". Cet ouvrage est un témoignage vivant pour «tous et toutes». Ce livre est un appel aux générations à venir à prendre en mains leur destin, à le forcer, à le forger. «Souhaitons cette “alchimie” à toute femme lectrice de cette biographie, témoin de notre temps, témoin d’une génération, témoin des richesses immatérielles du Royaume. “Yes we Can” !», plaide l’auteure. Préfacé par Ahmed Réda Chami, soutien inconditionnel des initiatives entrepreneuriales, de nombreux autres témoignages enrichissent cet ouvrage, notamment de femmes actives, femmes dans l’ombre, ou hommes ayant croisé le parcours politique ou patronal de Saloua Karkri Belkeziz.   Ces derniers affirment leur admiration pour l’écrivaine, militante pour les droits des femmes leur émancipation à travers l’indépendance économique.

Par ailleurs, plusieurs témoignages vibrants ont été entendus lors de cette soirée. Hassan Chami était présent pour réaffirmer son amitié à l’AFEM. «Mon âge me permet aujourd’hui d’avoir une appréciation sur l’évolution de la femme marocaine au milieu de l’environnement de l’entrepreneuriat… Les femmes marocaines ont toujours été, même dans la tradition, des entrepreneures, dans le milieu rural surtout, elles avaient un rôle essentiel dans la famille», a-t-il souligné.

Souad Tarmidi, présidente de SRA, a déclaré : «entreprendre, c’est un combat magnifique. Et l’un de mes plus grands apprentissages : toujours avancer, ne pas s’attarder sur un échec ou autre, avoir une force de vite se ressaisir et de savoir trancher. Ne pas se compliquer la vie, déléguer les choses qui ne demandaient pas de valeur ajoutée. Et garder la rage d’entreprendre. Pour réussir».

Ihsane Benbel a pour sa part précisé : «j’ai personnellement lu votre livre et j’ai été très touchée par cette mise à nu au niveau de plusieurs extraits et je vais me permettre de lire un extrait : “je ne possédais au départ pas les prérequis que l’on associe généralement au succès, ni de fortune, ni de grande école, juste des compétences, des convictions, une expérience de terrain, une forte volonté et un besoin vital de m’engager. Pour moi, le chemin des possibles est message d’espoir aux femmes […]”».

De son côté, Nour Belkeziz, fille de Saloua Belkeziz, a adressé un vibrant hommage à sa mère. «Même si maman dit souvent qu’elle partage son temps en trois : la vie associative, la vie de travail et la vie familiale, nous on a toujours eu 100% de notre maman. Je pense que le principal atout qui lui a permis de réaliser plusieurs projets : c’est la gestion de son temps. Elle l’a encore prouvé avec l’écriture de ce livre qui était un rêve pour elle», affirme-t-elle. La rencontre a été clôturée par Selma Chakri, une jeune bachelière qui a décroché son baccalauréat sciences mathématiques avec mention très bien. Cette dernière interpellée l’ensemble des femmes présentes en soutenant : «les femmes d’aujourd’hui ne sont plus les femmes d’hier ! En étant solidaires, vous nous aiderez, nous, à devenir des femmes fortes et responsables. Des femmes pour un Maroc plus fort, un Maroc prospère».

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...