Aller au contenu principal

Le Maroc refuse l’entrée sur son territoire à l’avocat belge d'Omar Radi, Christophe Marchand

Par Nora Jaafar, Publié le 30/06/2021 à 11:25, mis à jour le 30/06/2021 à 16:53
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Le Maroc refuse l’entrée sur son territoire à l’avocat belge Christophe Marchand

La Délégation interministérielle aux droits de l’Homme (DIDH) a publié ce mardi un communiqué de presse clarifiant la décision du Maroc de refuser l’accès sur son territoire à l’avocat belge Christophe Marchand. Elle a déclaré que c’est une «décision souveraine» qui est conforme aux dispositions de la loi n°02.03 relative à l’entrée et au séjour des étrangers au Maroc, et à la migration irrégulière.

Marchand est arrivé lundi au Royaume pour assister au procès du journaliste Omar Radi, qui est accusé de "viol" et de réception de "fonds d’agents étrangers", et pour le défendre. Retenu à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, il a publié une vidéo sur son compte Facebook pour contester la décision marocaine. «Passé la nuit sur un banc au Maroc, ma toge d’avocat en guise de couverture», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, la DIDH a souligné que les autorités publiques permettent aux observateurs étrangers de différentes nationalités d’entrer sur le territoire national pour suivre les développements de l’affaire. Elle ajoute que le Maroc garantit ce droit à ces derniers ainsi qu’aux représentants de certains corps diplomatiques, car il «s’inscrit dans son souci d’assurer un suivi impartial et indépendant du procès».

Toutefois, Christophe Marchand est «connu pour ses attitudes hostiles envers le Maroc, portant notamment atteinte à son intégrité territoriale», affirme la même source. Ainsi, pour les autorités publiques, l’arrivée du Belge dans le Royaume «n’est rien d’autre qu’une tentative de sa part d’exploiter sa présence au Maroc pour perturber une affaire en cours devant le tribunal».

Enfin, le communiqué affirme que Marchand savait depuis le 24 février qu’il était interdit d’entrer dans le pays, mais qu’il a tout de même tenté «d’imposer un fait accompli et de profiter de cette interdiction» pour nuire à la réputation du Maroc et diffuser «des informations impartiales et subjectives» à son encontre.

DGSN : suspension de quatre responsables pour manquements dans l’exercice de leurs fonctions

Ce jeudi 16 septembre, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a publié un communiqué annonçant avoir suspendu quatre responsables de leurs postes de responsabilité et provisoirement de le...

Formation du gouvernement : la semaine prochaine sera décisive

Le Chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a conclu mercredi le premier round des consultati...

Les dépouilles des deux Marocains tués au Mali vont être rapatriées

Les proches des deux chauffeurs routiers marocains tués au Mali auront enfin la possibilité d’enterrer leurs morts. Hassan Naciri, l’ambassadeur du Maroc au Mali, a publié une déclaration sur Twitter ...

MEN : de nouvelles mesures concernant le système du contrôle continu

Ce jeudi 16 septembre, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur a annoncé avoir publié une note relative aux nouveautés du système du contr...

Le jeûne intermittent est-il bon pour la santé ?

Le jeûne intermittent, une pratique très tendance de nos jours, consiste à se priver de nourriture pendant 12 à 16 heures maximum. De nombreuses personnes essaient ce régime afin de perdre du poids. R...

Covid-19 : une situation épidémiologique qui s’améliore

La baisse des cas de contamination à la Covid-19 se poursuit. 2.642 cas ont été enregistrés entre m...