Aller au contenu principal

Plus de 87% des eaux des plages marocaines sont conformes

Par Khansaa Bahra, Publié le 18/06/2021 à 15:42, mis à jour le 18/06/2021 à 17:45
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Photo d'illustration © DR

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport national sur la surveillance de la qualité des eaux de baignade et du sable. Cette étude a été réalisée dans le cadre du programme national de surveillance de la qualité des eaux de baignade et du sable. Le département de l’Environnement assure annuellement cette surveillance en partenariat avec plusieurs acteurs, notamment la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’environnement, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Équipement, le ministère de la Santé ainsi que la Protection civile et la Gendarmerie. Les résultats annuels de cette campagne, dont 175 plages font l’objet, sont publiés et présentés à la presse et aux mass-médias au début de chaque saison estivale.

Pour l’année 2021, le département a révélé que sur la base des résultats de surveillance, 87,06% des stations sont conformes avec l’enregistrement d’une augmentation de la catégorie Excellente. Ceci reflète les efforts déployés notamment en matière d’assainissement liquide et d'infrastructures sanitaires par les acteurs, les opérateurs et les gestionnaires des plages pour l’amélioration de la qualité des eaux de baignade.

12,94% des stations sont quant à elle non conformes, ce qui représente 55 stations, réparties sur 29 plages, dont la majorité est située au niveau des régions : Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra. Les principales causes de dégradation sont généralement dues à l’influence des rejets d’eaux usées et les apports des Oueds et des cours d’eau, conjugués à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène au niveau des plages.

Par ailleurs, 161 profils des eaux de baignade ont été réalisés jusqu’à 2020, dont 26 ont fait l’objet d’une actualisation selon les exigences de la nouvelle norme. Notons que l’évaluation et la classification de la qualité des eaux de baignade des plages se fait conformément à la norme marocaine (NM.03.7.199). Cette dernière, qui vise à instaurer une gestion proactive de la qualité des eaux de baignade, est fondée sur une classification des eaux en se basant sur le traitement statistique des résultats des quatre dernières années à savoir 2017 – 2020 et suivant quatre catégories de qualité : excellente, bonne et suffisante, qui sont conformes à la baignade et la catégorie insuffisante, non conforme à la baignade. Les seuils de conformité sont plus sévères que l’ancienne norme avec l’ajout de l’élaboration de profils de gestion des eaux de baignade.

S’agissant de la qualité du sable des plages, 60 plages ont fait l’objet de surveillance de leur qualité, qui a porté sur la réalisation de campagnes de prélèvement du sable pour analyses physico-chimiques et mycologiques (différents dermatophytes) et la réalisation de campagnes de typologie des déchets marins des plages. Les résultats des analyses chimiques ont montré des traces de certains éléments qui ne dépassent pas les seuils de référence. La qualité mycologique a révélé la présence de quelques champignons au niveau de certaines plages, mis qui ne présentent pas en général de risque pour la santé. En ce qui concerne les déchets marins des plages, ils se caractérisent par la prépondérance de la catégorie "Plastique/polystyrène". Cette dernière représente à elle seule un taux d’environ 86% de la totalité des déchets marins au niveau national. Pour les sous-catégories : mégots et filtres de cigarettes, Bouchons et couvercles en plastique et Emballages de chips/de friandises/baguettes de bonbons, elles se positionnent en tête du classement des top 10 et représentant à elles seules 61% de la totalité des déchets collectés au niveau national.

Covid-19 : interdiction des festivals et manifestations culturelles

Après avoir limité mercredi la présence aux obsèques et funérailles à 10 personnes, le gouvernement vient de décider d'instaurer une nouvelle restriction. Il s'agit de l'interdiction de tous les festi...

ONDH-PNUD : les attentes des jeunes en termes de politiques publiques

L’Observatoire national du développement humain (ONDH) et le Programme des Nations unies pour le dé...

Troisième dose : plus de 4 millions de pass sanitaires désactivés

Dans le cadre d’une campagne visant à pousser les Marocains à recevoir leurs troisièmes doses du vaccin anti-Covid, le ministère de la Santé envoie des SMS via le numéro 1717 à de nombreux citoyens af...

RAM : la Turquie désormais concernée par les vols spéciaux

Ce jeudi 2 décembre, Royal air Maroc (RAM) a annoncé qu’elle organisera des vols spéciaux au départ du Maroc vers la Turquie. Ainsi, ce pays s’ajoute aux destinations de cette opération de rapatriemen...

Pourquoi "les hommes des cavernes" n'ont jamais existé

On imagine volontiers l'homme préhistorique vivant au fond de grottes obscures. C'est pourquoi on l'a baptisé "l'homme des cavernes". En fait, il semble qu'il ait préféré l'air libre pour établir son ...

La Newsletter du 2 Décembre 2021

Le tourisme en péril | Variant Omicron : nouvelles mesures | Voyage en France : nouvelles condition...