Aller au contenu principal

ONDH : 45% des Marocains se considèrent subjectivement pauvres

Par J.R.Y, Publié le 08/06/2021 à 17:20, mis à jour le 08/06/2021 à 17:58          Temps de lecture 1 min.
Teaser Media
ONDH

Le niveau de vie des Marocains, notamment en milieu urbain, s'est amélioré pendant les deux dernières décennies. Une étude réalisée par l'Observatoire national du développement humain (ONDH) dont les résultats ont été présentés mardi à Rabat, révèlent que le taux de pauvreté absolue (déterminée par un niveau de revenu en dessous duquel les besoins fondamentaux de l'individu ne sont pas satisfaits : nourriture, logement, habillement,...) a nettement reculé depuis 2001 pour ne représenter que 1,2% en 2019.

Pour sa part, le taux de pauvreté relative (partie des individus qui ne peuvent consommer "normalement" dans une société qui a un modèle de consommation considéré comme "normal") a enregistré une baisse entre 2001 et 2019, puisqu'il est passé de 20,4% à 17,7%, fait savoir l'ONDH.

Le taux de pauvreté relative se maintient à un niveau encore élevé, surtout en milieu rural où il a atteint 36,8% en 2019. Durant la même période, l’incidence de la pauvreté relative a reculé en milieu urbain de 9% à 6,4%.

L'étude révèle également qu'en 2019, près de 45% des Marocains se considèrent subjectivement pauvres (38,6% dans le milieu urbain et 58,4% dans le milieu rural), notant que la pauvreté subjective (pourcentage des chefs de ménages qui se considèrent en situation de pauvreté) affecte l’ensemble des classes sociales mais à des niveaux différents.

Le SIAM 2019 en chiffre

14ème Salon international de l’agriculture au Maroc, qui a fermé ses portes ce dimanche 21 Avril, s...

Journée de la Terre 2019 : "protéger nos espèces"

Le 22 Avril, plusieurs militants écologiques se réunissent pour célébrer la Terre. Le Jour de la Te...

Google ouvre un centre IA pour les africains au ghana

Google ouvre à Accra, la capitale du Ghana, le premier laboratoire d’intelligence artificielle (IA)...

Dubaï : «Paradis» des évadés fiscaux marocains

Dubaï, la capitale financière des Emirats Arabes Unis, est qualifiée de «paradis» des évadés fiscaux marocains. Les «nouveaux riches» marocains exploitent des failles juridiques de la loi pour détourn...

Accouchement par césarienne: les médecins boycottent la CNOPS

Les gynécologues obstétriciens privés annoncent qu'ils ne vont plus accepter les prises en charge d...

Manifestations à Rabat pour la libération des détenus du Hirak

Des centaines de personnes ont défilé dimanche 21 avril dans la capitale marocaine pour réclamer la libération des détenus du Hirak et dénoncer le verdict en appel prononcé le 4 avril dernier. ...