Aller au contenu principal

Maroc-Allemagne : vers un rétablissement des liens diplomatiques ?

Bien que la crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne ait été priorisée ces dernières semaines, les relations entre Rabat et Berlin restent également une question de la plus haute importance pour le Royaume. Dans une tentative de calmer les tensions avec le Maroc, l’Allemagne a invité ce dernier à participer à la Conférence internationale sur la Libye qui se tiendra à la fin de ce mois.

Par Nora Jaafar, Publié le 04/06/2021 à 14:34, mis à jour le 04/06/2021 à 15:24
         Temps de lecture 6 min.
Teaser Media
Maroc-Allemagne : vers un rétablissement des liens diplomatiques ?

Après l’Espagne, c’est au tour de l’Allemagne de tenter d’apaiser les tensions avec le Maroc. Le gouvernement marocain avait rappelé son ambassadrice sur place le mois dernier en raison de plusieurs problèmes politiques entre les deux pays. Aussi, il a suspendu toute communication et tout lien avec l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne en avançant de «profonds malentendus» avec Rabat. Ces tensions ont même mis un coup de frein au projet de neutralité énergétique allemand qui, conformément à un accord signé le 10 juin 2020 avec l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), porte sur la production d’hydrogène vert et la réalisation de recherches et d’investissements dans l’utilisation de cette matière.

Lire aussi : Sahara : le Maroc gèle son accord sur l’hydrogène vert avec l’Allemagne

Il y a plusieurs questions qui sont au centre du problème entre le Maroc et l’Allemagne, notamment la position de cette dernière concernant le Sahara ainsi que son accueil de Mohamed Hajib, un ancien condamné pour terrorisme. D’ailleurs, peu de temps après la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara par l’ancien président américain Donald Trump, Berlin avait rapidement réfuté cette décision, appelant les États-Unis à agir dans «le cadre du droit international» afin de trouver une solution à ce problème.

Lire aussi : L’Allemagne bloque la délivrance de visas Schengen aux marocains

S’agissant de l’affaire de Mohamed Hajib, l’Allemagne a refusé d’extrader cet ancien condamné pour terrorisme, qui se cache depuis 2017 sur son territoire. Ce dernier a publié une série de vidéos sur YouTube accusant les forces marocaines de l’avoir torturé pendant les sept ans qu’il a passé en prison. Ces accusations ont été rejetées par les autorités du Royaume, ainsi que par d’anciens détenus qui étaient emprisonnés en même temps que Hajib. À ce jour, le Maroc continue en vain de demander à l’Allemagne d’extrader l’individu en question pour qu’il réponde aux nouvelles plaintes qui ont été déposées contre lui.      

Lire aussi : Maroc-Allemagne : quelle est la stratégie du Royaume ?

 

L’Allemagne utilise la crise libyenne pour se rapprocher du Maroc

Malgré le froid qui caractérise ses relations avec Rabat depuis plusieurs semaines, l’Allemagne a invité le Maroc à participer à la Conférence internationale sur la Libye qu’elle organise à Berlin le 23 juin. Un geste qui a été interprété par plusieurs observateurs «comme une main tendue de Berlin envers le Royaume». Selon une source de nos confrères de Le360, «l’invitation a été adressée et la réponse du Maroc n’est pas encore parvenue» au gouvernement allemand.

Il faut rappeler que l’Allemagne avait organisé en janvier 2020 un sommet sur la Libye, auquel le Maroc n’avait pas été convié. Cette conférence a connu la participation de plusieurs pays, dont la Chine, la Russie et l’Algérie, ainsi qu’un grand groupe de nations européennes. La diplomatie marocaine n’a pas apprécié de ne pas être invité à cette rencontre, alors que le Royaume a joué un rôle important dans le processus de paix qui a calmé l’intensité du conflit libyen. En effet, le Maroc a organisé une table ronde avec plusieurs factions impliquées dans ce conflit, ce qui a ensuite permis à ces derniers de tenir des pourparlers menés sous l’égide des Nations Unies et de conclure les accords de Skhirat de 2015.

Lire aussi : Conférence internationale d’urgence à Berlin sur le conflit libyen

 

Nouveau round de négociations entre représentants rivaux libyens

L’invitation de l’Allemagne intervient alors que le Maroc accueille, dans les environs de Rabat à partir de ce vendredi 4 juin, de nouveaux pourparlers entre les représentants rivaux libyens. Ce nouveau round concerne la désignation de hauts responsables en Libye, souligne le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué. Ainsi, Khaled El-Mechri, président du Haut Conseil d’État basé à Tripoli (ouest), et Aguila Saleh, président du Parlement élu siégeant à Tobrouk (est), sont actuellement dans le Royaume pour des discussions dont «le format reste à déterminer». Ces derniers échangeront sur les candidats à nommer à la tête de certaines hautes instances du pays, à savoir aux postes de gouverneur de la Banque centrale, de Procureur général et de présidents de l’Autorité de contrôle administratif, de l’Instance nationale de lutte contre la corruption, de la Haute commission électorale ainsi que de la Cour suprême.

Lire aussi : Libye : vers la formation d’un nouveau gouvernement

Selon le communiqué de la diplomatie marocaine, la collecte des candidatures pour ces postes clés, objets de divisions profondes dans ce pays, avait été lancée en janvier dernier à la suite de plusieurs rounds de discussions au Maroc. L’objectif de la médiation marocaine et de ce processus de négociation est de soutenir les préparatifs pour les élections libyennes prévues le 24 décembre prochain et d’assurer le retrait des troupes étrangères et des mercenaires du pays, conformément aux termes du cessez-le-feu en vigueur.

Lire aussi : Le Maroc salue la nomination d'une autorité exécutive temporaire en Libye

À son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, Aguila Salah a déclaré que «la Libye a toujours besoin du soutien constant du Maroc pour la réalisation» de sa sécurité et de sa stabilité, «au vu de la place de choix dont jouit le Royaume au sein de la communauté internationale et de l’intérêt qu’accorde le roi Mohammed VI à la question libyenne». Et de préciser que «la Libye a réussi, grâce aux efforts des pays frères, et à leur tête le Maroc, à mettre en place un seul pouvoir exécutif, composé d’un conseil présidentiel et d’un gouvernement d’union nationale, qui a entamé sa mission».

 

Enfin, d’après le président du Parlement élu siégeant à Tobrouk, sa visite, qui intervient après l’invitation de son homologue Habib El Malki, vise à confirmer «la profondeur et la solidité des relations fraternelles liant les peuples frères marocain et libyen». Elle traduit aussi la volonté des deux nations de consolider les contacts entre les Chambres des représentants libyenne et marocaine pour la discussion des questions d’intérêt commun. Pour sa part, El Malki a indiqué que ces nouvelles discussions entre les représentants rivaux libyens permettront d’améliorer la qualité du dialogue inter-libyen loin de toute ingérence internationale.

Enseignants contractuels : première rencontre avec la tutelle

En présence des syndicats les plus représentatifs du secteur de l’éducation nationale, plusieurs membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels (CNEC) ont rencontré ce mercredi des ...

Service militaire obligatoire : le recensement démarre le 13 décembre

Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce jeudi, que la procédure de recensement pour le service militaire obligatoire débutera le 13 décembre 2021 et prendra fin le 10 février 2022. Conformément aux i...

Grève des professionnels de la santé : le gouvernement temporise

Quatre syndicats de la santé ont observé ce jeudi 2 décembre une grève nationale dans les hôpitaux et les centres de vaccination. En réponse, Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations ave...

La 2e Chambre adopte le PLF 2022

Le Projet de loi de finances (PLF) 2022 a été adopté dans son intégralité, vendredi en séance plénière, à la majorité par les élus de la 2e Chambre. Le PLF 2022 a reçu l'aval de 64 conseillers, alo...

Adultère : l’ex-ministre Mohamed Ziane poursuivi en justice

Mohamed Ziane, ex-avocat et ministre des Droits de l’Homme, sera jugé à partir du 9 décembre pour outrage à la justice et adultère, rapporte H24Info. Ses déboires avec la justice font suite à une plai...

AMO pour les indépendants : la CNSS se mobilise

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) est étendue depuis ce 1er décembre aux travailleurs non-salar...