Aller au contenu principal

Les risques de l'avortement, un sujet encore très tabou au Maroc

Par H.L.B, Publié le 14/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Au Maroc, l'avortement est un crime passible de prison et de lourdes amendes, sauf pour les femmes mariées dont les rapports médicaux prouvent que sa grossesse constitue une menace pour sa santé physique. Toutefois, même dans ce genre de cas, le consentement signé du mari est obligatoire.

 

Selon une étude réalisée par l'INSAF ( Institution Nationale de Solidarité avec les Femmes en détresse), une ONG de défense des droits des femmes, 27 000 mères célibataires se retrouvent avec un enfant non désiré dans le royaume chaque année.

 

Théa Ollivier, une correspondante du journal "Le Monde", s'est penchée sur le sujet et a présenté une analyse choquante et exhaustive de ce phénomène encore tabou au Maroc. Nous vous invitons à consulter son article pour plus de précisions.

Journée internationale des droits des femmes : le combat continue

Comme chaque année, le 8 mars est célébrée la journée internationale des droits des femmes. Au Maro...

Indemnités CNSS : entre espoir et désespoir

La Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) a annoncé, ce dimanche 7 mars, que les employés d...

Vaccination : et si on se tournait vers d’autres fournisseurs ?

Le Maroc a reçu samedi 500.000 nouvelles doses du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, ce qui p...

Observatoires des télécommunications : le secteur est en pleine croissance

Ce dimanche 7 mars, l’Agence nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) a publié les observatoires du secteur des télécommunications au Maroc. Dans ce rapport de sept pages, l'agence a ...

Le Maroc réceptionne 500.000 doses du vaccin de Sinopharm

Comme nous vous l'annoncions hier, le Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) est revenu de Pékin ce dimanche avec un nouveau lot de vaccins anti-Covid-19 du laboratoire chinois Sin...

Femme marocaine : qui est-elle vraiment ?

Histoire, nom féminin. L’histoire s’est longtemps écrite au masculin chez nous. Nous vivons dans un...