Aller au contenu principal

Légalisation du cannabis : une étude présentée au Parlement

Ce mardi, le ministre de l’Intérieur a présenté au Parlement un exposé sur le développement national du cannabis à des fins médicales, cosmétiques et industrielles et ses perspectives économiques pour le Royaume. Après cette présentation, il sera procédé ce mercredi à la discussion du texte de loi, article par article, avant de passer au dépôt des amendements.

Par Mohamed Laabi, Publié le 05/05/2021 à 11:55, mis à jour le 05/05/2021 à 13:00          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur au Parlement © DR

Malgré les réticences du Parti de la justice et du développement (PJD), le projet de loi sur l’usage légal du cannabis poursuit son processus législatif au Parlement. Une étude de faisabilité liée au développement du cannabis au Maroc a été présentée ce mardi par le ministère de l’Intérieur devant les membres de la commission de l’Intérieur de la Chambre des représentants.

Lors de son exposé, le ministre de l’Intérieur a rappelé l’intérêt de la légalisation de cette plante pour des fins thérapeutiques ainsi que le grand potentiel économique que cela implique.

Lire aussi : Légalisation du cannabis : le PJD cherche à gagner du temps

Parmi les points cités dans cet exposé dont LeBrief a reçu une copie, la superficie totale de la plantation du cannabis au Maroc. Cette dernière équivaut environ à 50.000 hectares actuellement, contre 130.000 hectares au début des années 2000. C'est en 2003 que le Maroc avait réalisé une enquête avec l’Office des Nations Unies chargé de la lutte contre la drogue et la criminalité (ONUDC) pour connaître les contours de la culture du cannabis et son impact social sur la population. Aujourd’hui, près de la moitié des terrains (46%) sont inférieurs à 1 hectare.

 

60.000 familles marocaines vivent de la culture du cannabis

Par ailleurs, le nombre de personnes qui s’adonnent à la pratique de la culture illégale du cannabis est d'environ 400.000, soit 60.000 familles. Le ministère estime les bénéfices annuels par hectare entre 16.000 et 75.000 DH, selon les types de terres. Il en ressort également que les sommes sont en baisse depuis les années 2000. Les revenus agricoles sont passés d’environ 500 millions d’euros au début des années 2000 à environ 325 millions d’euros aujourd’hui.

Le ministère estime que l’agriculteur traditionnel est exploité par les réseaux de contrebande, puisque ce dernier ne prend que 3 % du chiffre d’affaires final. Le département de Laftit assure que le projet de loi en cours de discussion promet un chiffre d’affaires final de 12 % dans le marché légal pour l’agriculteur.

 

L’Europe en ligne de mire

Dans ces prévisions pour l’année 2028, le ministère juge que le marché européen connaîtra une forte croissance. Ainsi, le marché du cannabis thérapeutique passera de 563,7 millions d’euros (chiffres de 2018) à 58 milliards d’euros en 2028, soit un taux de croissance annuel de 60% (contre 30% dans le monde).

Le Maroc estime que l’Espagne, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont les 4 pays cibles du cannabis médicinal marocain. Les estimations de revenus pour le Royaume atteindraient 25 milliards de dollars en 2028. Une valeur qui risque d’augmenter à 42 milliards de dollars en cas de pénétration des marchés français et italien, souligne l’étude.

Lire aussi : Usage licite du cannabis : le débat est lancé

Pour ce qui est des autres pays hors Europe tels que les États-Unis et le Canada, l’étude souligne que l’interdiction fédérale aux États-Unis rend le commerce international illégal et réduit l’attractivité de ce marché (moins de vingt États américains sur 52 ont adopté à ce jour des législations autorisant l'usage du cannabis à usage médical). Le marché canadien quant à lui est jugé mature et fermé en termes d’importations.

 

Le Maroc cible entre 10 et 15% de la part du marché européen

Le ministère de l’Intérieur étudie actuellement deux options pour la part de marché ciblée par la production marocaine en Europe. La première représente 10% du marché européen qui représente 42 milliards de dollars (soit 4,2 milliards de dollars). Cela représente un revenu agricole annuel d’environ 420 millions de dollars.

La seconde option représente 15% du marché européen et équivaut à 6,3 milliards de dollars et représente un revenu agricole annuel d’environ 630 millions de dollars. Le ministère de l’Intérieur a estimé que dans les deux cas, les revenus attendus dépasseront les revenus agricoles totaux actuels du cannabis (environ 400 millions de dollars par an).

Rappelons enfin que le Parlement connaîtra ce mercredi des discussions autour du texte de loi article par article, avant de passer à l’étape fatidique du dépôt des amendements et des votes.

AIVAM : 107.383 ventes de voitures neuves à fin juillet

L’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM) vient de publier ses statistiques mensuelles. Ces derniers ont révélé que durant les sept premiers mois de cette année, les ven...

Croissance économique : les prévisions du FMI pour le Maroc et le monde

Selon le dernier rapport de Perspectives de l’économie mondiale (PEM) du Fonds monétaire internatio...

Marché du travail : légère hausse du taux de chômage au Maroc

Dans sa récente note portant sur la situation du marché du travail au deuxième trimestre 2021, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé que le taux de chômage a connu une légère hausse pendant cett...

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...