Aller au contenu principal

Affaire Brahim Ghali : la diplomatie espagnole tente de se rattraper

Par Nora Jaafar, Publié le 05/05/2021 à 10:06, mis à jour le 05/05/2021 à 17:02          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Brahim Ghali : la diplomatie espagnole tente de calmer la situation

Lors de sa conférence de presse du mardi 4 mai, Arancha Gonzalez Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères, a affirmé que les relations entre le Maroc et son pays n’ont pas changé, et ce, malgré la décision controversée de ce dernier d’admettre Brahim Ghali, chef du Front Polisario, dans l’un de ses hôpitaux. La responsable a avancé que son gouvernement a livré à Rabat «des explications opportunes» quant à sa décision.

«Nous avons donné les explications opportunes au Maroc sur les circonstances qui nous ont conduits à accueillir pour des raisons strictement humanitaires M. (Brahim) Ghali en Espagne», a-t-elle souligné. Et d’assurer : «Quand ces raisons humanitaires prendront fin, M. Ghali quittera évidemment l’Espagne». De plus, elle a précisé que «si la justice entend faire comparaître M. Ghali, M. Ghali comparaîtra devant la justice. Ce n’est pas au gouvernement espagnol de s’interposer dans le fonctionnement indépendant de la justice».

Selon une dépêche de l’agence officielle algérienne APS, Abdelkader Taleb Omar, ambassadeur de la pseudo "République arabe sahraouie démocratique (RASD)" à Alger, a déclaré le mardi 4 mai que le chef du groupe séparatiste est en convalescence en Espagne après s’être rétabli de la Covid-19. Ainsi, ce dernier est le premier "responsable" du Polisario à reconnaitre la présence de Ghali en Espagne. 

Notons que des sources judiciaires, citées par les médias espagnols, ont rapporté que le juge d’instruction Santiago Pedraz Gomez auprès de l’Audiencia Nacional (tribunal espagnol à compétence nationale) a convoqué Brahim Ghali à comparaître ce mercredi 5 mai. Pour cause, son entrée sur le sol espagnol sous une fausse identité, celle de Mohamed Benbatouch.

Cependant, le haut tribunal espagnol a démenti avoir convoqué le chef du Front Polisario, qui fait également l’objet de plaintes pour viols, torture, organisation de kidnapping et génocide. L’instance a affirmé aujourd’hui à l’AFP que Ghali n’est pas attendu aujourd’hui par le juge. «Il a seulement été demandé à la police de le localiser et de vérifier s’il était en Espagne», a ajouté le porte-parole du tribunal. La même source indique que «le juge a demandé à la police qu’elle fasse les vérifications nécessaires pour certifier que cette personne que l’on dit hospitalisée à Logroño (nord de l’Espagne) est bien lui». De plus, «Le magistrat a également été informé que Brahim Ghali est dans l’incapacité de comparaître devant la justice pour interrogatoire, étant toujours sous respiration artificielle».

Par ailleurs, Arancha Gonzalez Laya a réitéré l’importance des liens de partenariats et d’amitié qui lie Madrid à Rabat, notant que le Maroc est un allié essentiel dans la lutte contre l’immigration clandestine. Brahim Ghali, qui fait l’objet d’une plainte en Espagne pour « tortures » déposée par un dissident naturalisé espagnol du Front Polisario, a été convoqué mercredi devant la justice à Madrid.

Enseignants contractuels : prochaine affiliation à la CMR

Bonne nouvelle pour les enseignants contractuels. Le gouvernement a répondu favorablement à l'une de leurs revendications, à savoir l'affiliation à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Le Conse...

Diplomatie : le Maroc toujours en froid avec l’Espagne et l’Allemagne

Bien qu’invité par Joe Biden, président américain, au deuxième sommet de Berlin sur la Libye, le Ma...

Élections 2021 : comment expliquer le nomadisme des députés ?

À l’approche de l’échéance électorale, certains députés choisissent de changer de formation politiq...

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc pourrait participer ce mercredi 23 juin au d...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...