Aller au contenu principal

El Mundo accuse des fonctionnaires marocains de détournement d'argent

Par Nora Jaafar, Publié le 13/06/2019 à 12:03, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

El Mundo a dévoilé les détails d'une enquête, sur une affaire devant la justice espagnole, où des fonctionnaires marocains sont accusés d'avoir transféré sur leurs comptes bancaires des fonds octroyés par le Maroc pour lutter contre l'extrémisme en Europe.

 

Le journal espagnol a indiqué dans un article, partiellement traduit par Arabi21, que le tribunal Egovalda de Barcelone a enquêté sur l'affaire du transfert de fonds de la Direction générale des études et de la documentation (DGED) sur les comptes personnels des fonctionnaires marocains.

 

Selon le journal, "les services de sécurité marocains ont transféré de l'argent à des fonctionnaires marocains situés en Espagne pour récompenser les informateurs qui leur communiquent des renseignements.  Cependant, les fonctionnaires marocains ont détourné l'argent en transférant les fonds sur les comptes bancaires de leurs épouses."

 

El Mundo a publié des photos et les noms des épouses des fonctionnaires, qui ont reçu les fonds en question, reprenant leurs déclarations devant la justice espagnole pour justifier les montants importants transférés sur leurs comptes.

 

Le journal a cité un fonctionnaire espagnol proche de l'enquête en cours, selon lequel "les fonds envoyés par la DGED ont été déposés sur le compte d'une agence de voyages appartenant à trois épouses de fonctionnaires marocains, puis transférés sur un autre compte, situé à Rabat et dont le propriétaire est un agent de voyages marocain".

 

El Mundo a également évoqué les propos du responsable d'une des associations interrogées dans le cadre de l'enquête : "Les fonctionnaires marocains jouissent d'un mode de vie extrêmement sophistiqué en Espagne grâce aux fonds que Rabat envoie pour combattre l'extrémisme en Europe."

 

Le quotidien a également révélé le témoignage de l'épouse de l'un des fonctionnaires marocains devant le tribunal espagnol, au cours duquel "elle a présenté des documents dans le but de vérifier ses sources de revenus. Par conséquent, les documents indiquent que la suspecte donnait une leçon d'arabe le 31 février, un jour qui n'existe pas dans le calendrier annuel". Le juge a maintenu l'accusation d'avoir fourni à la cour de fausses pièces contre la prévenue.

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...

Campagne céréalière 2020-2021 : une très bonne récolte de 103,2 millions de quintaux

La campagne agricole 2020-2021 s’est distinguée par une bonne répartition temporelle de pluviométrie et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplis...

Tourisme : quelles perspectives pour le deuxième semestre 2021 ?

L’Office national des aéroports (ONDA) a souligné dans un communiqué que le nombre de passagers enr...

lebief.ma - banniere-covid