Aller au contenu principal

Éducation nationale : entre Covid-19 et manifestations des contractuels, le secteur est dans la tourmente

Entre les mesures adoptées pour lutter contre la Covid-19 et la multiplication des sit-in et des grèves des enseignants contractuels, le système éducatif marocain est à l’agonie. Interdits de manifester, les contractuels ont décidé d’adopter d’autres formes de protestation pour dénoncer les violences qu’ils subissent et exiger leurs droits. De son côté la Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Maroc (FNAPEM) condamne le mutisme de la tutelle face à la détérioration de l’éducation nationale et liste plusieurs préoccupations, tout en réclamant des interventions urgentes de Saïd Amzazi et du gouvernement.

Par Nora Jaafar, Publié le 13/04/2021, mis à jour le 13/04/2021          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
L'Éducation nationale est dans la tourmente

En raison des mesures de lutte contre la Covid-19 et la multiplication des sit-in et des grèves des enseignants contractuels, le sort des apprenants reste incertain alors que l’année scolaire 2020-2021 approche de sa fin. En effet, en raison de la pandémie, plusieurs solutions ont été adoptées pour assurer la scolarisation des jeunes Marocains, notamment l’enseignement à distance, en présentiel partiel ou encore en mode hybride (50% présentiel, 50% distanciel). Ces solutions n’ont toutefois pas donné les résultats escomptés et ont au contraire aggravé les inégalités entre les secteurs public et privé de l’éducation.

Lire aussi : Éducation : le ras-le-bol des contractuels et le mutisme de la tutelle

De plus, la poursuite, voire même l’exacerbation, de la grogne des enseignants recrutés par contrat auprès des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF) contre le ministère de l’Éducation nationale empire la situation du secteur. Ce lundi 12 avril, ces enseignants contractuels ont annoncé que suite à la décision du gouvernement d’interdire leurs manifestations, ils ont décidé de protester autrement. Ainsi, par le biais d’un communiqué de presse, ils ont déclaré qu’ils observent ce mardi 13 avril une nouvelle grève nationale, afin de condamner l’arrestation de plusieurs de leurs confrères ainsi que le silence prolongé et pesant de la tutelle face à leurs revendications. Selon le communiqué de la Coordination nationale des contractuels, les éducateurs concernés porteront ce mardi des brassards noirs, tiendront diverses formes de contestation et boycotteront la formation professionnelle. La même source souligne de plus que tant que leurs doléances et requêtes restent sans réponses, les grèves vont se poursuivre.

Lire aussi : Grogne sociale : contractuels et infirmiers interdits de manifester

 

La FNAPEM de plus en plus préoccupée par le sort des apprenants

Face au chaos que connait le secteur de l’éducation nationale, la Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Maroc (FNAPEM) a émis un communiqué réclamant des éclaircissements au gouvernement et à Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, sur plusieurs points. Dans cette missive rendue publique, la FNAPEM dénonce l’absence d’une évaluation des modèles éducatifs adoptés durant ce premier semestre 2020/2021, sur la base duquel la tutelle avait promis qu’elle gérerait le reste de cette année scolaire. La Fédération souligne aussi la non-application des cadres référentiels, notamment pour les niveaux de certification. Elle déplore en outre que les multiples grèves des contractuels épuisent les parents d’élèves et favorisent la perte du temps scolaire. Dans son communiqué, la FNAPEM a également précisé que les apprenants du public sont largement désavantagés en comparaison avec ceux du privé, notant que ces derniers ne sont pas confrontés aux grèves de leurs éducateurs et qu’ils suivent généralement les cours en présentiel.

Lire aussi : Contractuels : nouvelle manifestation à Rabat

Selon la Fédération, la détérioration du secteur éducatif survient aussi en raison de l’absence d’une vision claire et globale de la manière dont les programmes scolaires seront achevés. «Est-ce par le biais du soutien scolaire ou de l’extension de la saison scolaire ou encore en diminuant le nombre de manuels à étudier pour cette année ?», s’interroge-t-elle. Tout en exhortant la tutelle d’accélérer la mise en œuvre des cadres référentiels, la FNAPEM exige : une intervention urgente pour sauver cette année scolaire, l’adoption des mesures nécessaires pour soutenir les apprenants et placer leur intérêt au-dessus de toute considération, et l’ouverture du dialogue avec l’ensemble des parties concernées pour mettre fin aux gaspillages scolaires. Et de conclure que le département de Saïd Amzazi doit mettre en place un nouveau programme de soutien scolaire et de lui octroyer un budget conséquent, ainsi qu’annoncer les dates des examens de certification.

Arrivée au Caire de l’aide humanitaire d’urgence envoyée par le Maroc aux Palestiniens

Ce mardi matin, deux avions des Forces armées royales (FAR) ont atterri à l’aéroport de la Base aérienne Est du Caire, en Égypte. Ces appareils transportaient 20 tonnes d’aides humanitaires d’urgence ...

De nombreuses attentes autour de l’allégement des restrictions

Après la fin du mois sacré de ramadan et l’amélioration de la situation épidémiologique du Royaume,...

Les médecins annoncent une grève, des boycotts et un sit-in

Las des tergiversations du gouvernement face à leurs revendications, les médecins menacent d'observer une grève. Malgré leurs conditions de travail intenables, «les médecins, les pharmaciens et l...

Sebta : 1.500 migrants renvoyés au Maroc

Ce lundi 17 mai, quelque 6.000 personnes sont entrées à Sebta, un record. Face à cette situation exceptionnelle, l’Espagne a déployé «200 agents (supplémentaires)», dont 150 policiers nationaux et 50 ...

86 migrants ont forcé la barrière de Melilia

Après Sebta, c’est Melilia qui connaît un nouvel afflux massif de migrants. En effet, la préfecture du préside a signalé dans un communiqué, publié ce mardi 18 mai, que plus de 300 personnes orig...

Vaccin chinois : un 2e Dreamliner vient de décoller pour Pékin

Un second Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a décollé à 8h45 de l'aéroport Mohammed V de Casablanca pour Pékin. Le vol AT3886 arrivera en Chine dans environ 12 heures. Il ramè...