Aller au contenu principal

Grogne sociale : contractuels et infirmiers interdits de manifester

Depuis fin mars, les autorités ont interdit plusieurs manifestations et rassemblements pacifiques en justifiant leurs décisions par la nécessité d’adhérer aux mesures sanitaires en vigueur pour contrer la propagation de la Covid-19 et de ses nouveaux variants. Une interdiction qui ne semble pas concerner les manifestants de tous les secteurs, puisque contrairement aux enseignants contractuels et aux infirmiers, dont les requêtes d’organisation de sit-in ont été rejetées, les supporters du Raja de Casablanca ont bien été autorisés à protester (par milliers) devant le siège de leur club à Casablanca.

Par Nora Jaafar, Publié le 06/04/2021 à 15:26, mis à jour le 06/04/2021 à 17:39          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Grogne sociale : contractuels et infirmiers interdits de manifester

Si en raison de la pandémie de la Covid-19 et des restrictions mises en place pour la contrer toutes les manifestations sont interdites, alors pourquoi certains manifestants sont autorisés à protester et d’autres non ? C’est en tout cas la question que se posent les infirmiers et les enseignants contractuels, qui ont vu leurs requêtes d’organisation de sit-in rejetées par les autorités. En effet, les éducateurs en colère contre leur tutelle ont prévu cette semaine d’observer une grève de quatre jours à partir du 5 avril et de tenir deux manifestations les 6 et 7 du mois courant. Selon un communiqué de presse publié par la coordination tripartite de l’enseignement, à savoir le Syndicat national de l’enseignement, la Fédération libre de l’enseignement et la Fédération nationale de l’enseignement, la démarche des contractuels vise à réaffirmer que la dignité des professeurs prévaut, exiger l’application des accords conclus, et réclamer l’ouverture du dialogue avec le ministère de l’Éducation nationale.

Bien que la wilaya de Rabat ait interdit les deux marches prévues les 6 et 7 dans la capitale, Latifa El Makhloufi, membre de la coordination, a assuré à TelQuel : «nous ne renoncerons pas à nos libertés et à notre droit de manifester. Nous serons donc à Rabat les 6 et 7 avril pour porter nos revendications, même dans les conditions les plus extrêmes. Les autorités seront pleinement responsables de la répression et des arrestations qu’elles commettent et qu’elles continuent de commettre».

Ainsi, malgré l’interdiction de se rassembler, les enseignants contractuels et leurs représentants estiment que protester pour revendiquer leurs droits reste légitime, même en ces temps de crise sanitaire. La coordination tripartite avance dans son communiqué que c’est le seul moyen de faire entendre les voix de ses membres et de contester le silence prolongé de la tutelle face à leurs souffrances.

 

Quid des infirmiers ?

À l’instar des enseignants contractuels, les membres de la Coordination nationale des infirmières et infirmiers diplômés de l’État (IDE) avec deux ans de formation ont également été interdits de marcher le samedi 27 mars depuis le Parlement vers le siège du ministère de la Santé. Aussi, la wilaya de Rabat leur a souligné l’interdiction de «tout attroupement ou rassemblement sur la voie publique pour éviter toute violation des mesures de l’état d’urgence sanitaire». Le rassemblement avorté de ces infirmiers avait pour objectif de dénoncer l’injustice que subissent les IDE avec deux ans de formation. Contrairement à leurs collègues qui accusent une formation de trois ans, ces derniers ne disposent plus du statut d' "Infirmier diplômé de l’État" depuis l’adoption en 2017 du décret 2-17-535 relatif au système Licence-Master-Doctorat (LMD) et ne bénéficient plus aussi des mêmes avantages et promotions que leurs confrères.

Pire encore, le 22 mars dernier, le ministère de l’Économie et des Finances a débloqué un budget de 238 millions de DH pour les infirmiers, mais qui ne concernera pas quelque 3.847 IDE avec deux ans de formation. Une source proche du dossier a expliqué à H24Info que «75% de ce budget sera versé à ceux qui sont hors échelle, en excluant tous ceux encore à l’échelle 9, 10 ou 11, qui n’en percevront qu’une maigre partie, et 910 des bénéficiaires ne percevront aucun centime de ce budget jusqu’en 2029».

Déterminés à ne pas baisser les bras en dépit de l’annulation de leurs sit-in, les syndicats du secteur ont entamé des discussions avec la tutelle le vendredi 2 avril.

 

Les restrictions, une simple «excuse» pour interdire les manifestations

Selon certains contractuels et infirmiers, interdire leurs manifestations en raison de l’état d’urgence sanitaire et des restrictions en vigueur pour endiguer la Covid-19 ne sont que des excuses. Pour Latifa El Makhloufi, «l’état d’urgence sanitaire est devenu un prétexte juridique et politique qui s’écarte de ses objectifs initiaux en ouvrant la porte à une intensification du système de répression et de limitation des luttes des différents groupes».

D’ailleurs, contrairement aux demandes de manifestation des contractuels et des IDE de deux ans de formation, celle des supporters du Raja a bien été acceptée. Ces derniers se sont d’ailleurs rassemblés par milliers le 28 mars dernier devant le siège de leur club, au quartier Oasis à Casablanca, et leur marche a été encadrée et surveillée de très près par les forces de l’ordre. Cette manifestation a suscité l’ire de plusieurs personnes, qui ont dénoncé sur les réseaux sociaux une grave violation des mesures sanitaires mise en place par le pays.

 

Cela fait un an que le Maroc vit sous le régime exceptionnel de l'état d'urgence sanitaire avec des restrictions et une mise en veilleuse de certaines libertés individuelles et collectives. L'état d'urgence sanitaire est utilisée comme "échappatoire" par les autorités pour faire taire toute protestation.

Le roi Mohammed VI ordonne la mise en place d'un dispositif spécial pour l'accompagnement des MRE

Dans un communiqué du cabinet royal publié ce dimanche, le Roi Mohammed VI a demandé la contribution de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour organiser et accompagner de la meilleure des faç...

Les voyageurs issus de la liste B n'ont plus besoin d'une autorisation exceptionnelle pour entrer au Maroc

L'annonce a été faite ce dimanche par le ministère de la Santé. Les conditions d’accès au territoire national pour les citoyens marocains résidant dans les pays de la liste B ont connu une modificatio...

Le ministère de la Santé appelle les citoyens au respect des mesures de précaution

Le ministère de la Santé a appelé, samedi, les citoyennes et les citoyens au respect strict des mesures de précaution et préventives anti-Covid-19. À l’approche des vacances d’été et de la fin de l...

Officiel: pas de pèlerinage pour les Marocains cette année

C'est officiel, les Marocains sont privés de pèlerinage cette année. En effet, le pèlerinage de cette année sera limité aux Saoudiens et aux résidents du même pays. L'Arabie saoudite va autoriser 60.0...

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...