Aller au contenu principal

Produits alimentaires : pas de soucis à se faire pour la période du ramadan

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a tenu ce mardi une réunion par visioconférence avec les ministres de l’Agriculture, du Commerce, de l’Énergie et le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur. L’objet de cette réunion est l’évaluation du marché national en termes de produits de base et de première nécessité à l’approche du mois de ramadan. Il en ressort que ce dernier connaît une offre abondante qui répond aux besoins de tous les citoyens marocains.

Par Mohamed Laabi, Publié le 24/03/2021 à 11:24, mis à jour le 24/03/2021 à 17:38          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Le ministère de l'Intérieur rassure les citoyens sur les produits alimentaires de base © DR

Comment se porte le marché national à l’approche du mois de ramadan ? La question était au centre du débat ce mardi lors d’une réunion tenue en visioconférence par le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit avec les ministres de l’Agriculture Aziz Akhannouch, du Commerce et de l’Industrie Moulay Hafid El Alamy, de l’Énergie Aziz Rabbah, et le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb.

Lors de son intervention, le ministre de l’Intérieur s’est montré rassurant pour les semaines et mois à venir avançant que «le marché national se caractérise par une offre abondante et diversifiée qui répond aux besoins des citoyens à travers tout le Royaume». Le ministère souligne que cette abondance en matières premières est le fruit de «la bonne préparation et des efforts consentis par les producteurs, fournisseurs, distributeurs et commerçants, et des mesures d’accompagnement adoptées par les autorités publiques à cet égard».

 

Quels sont les prix des produits en baisse et en hausse sur le marché ?

Mis à part les denrées dont les prix sont restés stables et inchangés pour la plupart, des variations ont été enregistrées au niveau de certains produits par rapport à la même période de l’an dernier. Ainsi, une hausse des prix a été constatée pour les huiles alimentaires, la viande blanche et les œufs (un produit très consommé durant le mois de Ramadan). Le dernier indice des prix à la consommation du Haut-Commissariat au plan (HCP) a enregistré des augmentations entre janvier et février 2021, particulièrement en ce qui concerne les huiles de table (+2,4%), les fruits (+1,6%) et les produits laitiers et les œufs (+0,3%).

Lire aussi : 39,5 milliards de dirhams d’exportations de produits alimentaires

De leur côté, les produits qui ont connu une baisse relative par rapport à la même période de l’année dernière sont les viandes rouges, les légumineuses et les fruits secs. Le ministère de l’Intérieur a donné ses instructions pour faire un suivi de près de la situation de l’offre et prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter tout défaut d’approvisionnement.

 

L’Intérieur insiste sur les mesures préventives

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur alerte contre les risques et les répercussions de la pandémie de la Covid-19. Pour le ministère, «il est impératif de veiller en toute fermeté au respect des mesures de distanciation préventive et sociale dans tous les espaces, les groupements commerciaux, les points de vente et magasins de services qui connaissent une très grande affluence, avant et pendant le mois de Ramadan».

Dans un passage sur l’émission "Maa Remdani", le professeur Azeddine Ibrahimi, membre du Comité national technique et scientifique de vaccination, a souligné (15e minute de la vidéo ci-dessous) que l’arrivée en masse au Maroc du nouveau variant est inévitable dans les mois à venir, précisant que le pays tente aujourd’hui de vacciner le maximum de personnes avant que cette nouvelle souche ne se propage.

Lire aussi : Livraisons des vaccins Covid-19 : le comité scientifique rassure

«Je pense que le Maroc a une grande opportunité à saisir. Si on réussit à être parmi les premiers pays à lever ses restrictions dans les mois à venir, cela permettrait au Royaume d’être compétitif sur le plan économique. Le pays peut même récupérer une bonne partie des pertes encaissées en 2020», souligne Ibrahimi, qui ajoute qu’il «faut prendre sur soi dans les prochains mois afin d’être soulagé durant l’été».

Les Marocains réussiront-ils donc cette fois à relever le défi pour éviter le même scénario que Aïd Al Adha ? Verdict dans deux mois.

Burn-out, et après ?

De plus en plus de personnes dans le monde professionnel souffrent d’épuisement. Le burn-out, en lien avec un stress chronique et parfois aigu, se traduit par une grande fatigue émotionnelle, un cynis...

Covid-19 : hausse constante du nombre de contaminations

Le Maroc a enregistré 9.428 cas de contamination à la Covid-19 ce mercredi 28 juillet. Une nette au...

Orangina lance sa nouvelle campagne, "Malin Sayf"

Alors que le monde fait face à la crise sanitaire, le besoin impérieux d’aller voir ailleurs après une année compliquée s’accentue. Dans ce sens, Orangina a lancé une nouvelle campagne. À l’heure où i...

Lutter contre les fake news, un défi mondial

La désinformation et les fake news sont devenus très tendance avec l’avènement des réseaux sociaux. Ces fausses informations servent à manipuler et à fausser les opinions des gens sur un sujet donné. ...

Grèce : arrestation d’un Marocain affilié à Daech

Ce mardi 27 juillet, les services sécuritaires compétents en Grèce ont procédé à l’arrestation d’un ressortissant marocain âgé de 28 ans. Arrêté sur la base de renseignements précis fournis par les se...

Faut t-il s'inquiéter du variant Delta ?

Telquel s’intéresse dans ce podcast à l’évolution de la Covid-19 au Royaume et à la 3e vague de cette pandémie. Le Maroc vit une situation inquiétante avec des cas de contaminations en nette augmentat...