Aller au contenu principal

Une fuite révèle les failles de l'enquête "Car Wash" au Brésil

Par Nora Jaafar, Publié le 11/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le ministre brésilien de la Justice, Sergio Moro, et les procureurs fédéraux se sont empressés de répondre hier aux informations publiées par le site d'information The Intercept, dont le contenu a été diffusé à la suite de la fuite des messages de son enquête sur une affaire de corruption.

 

The Intercept a déclaré qu'il commençait à peine à rendre compte d'une "énorme fuite" de messages entre Moro et les procureurs sur Telegram, une plate-forme de messagerie cryptée, qu'il avait reçue d'une source anonyme. Les messages soulèvent de sérieuses questions sur l'impartialité de Moro, un ancien juge qui a envoyé l'ex-Président Luiz Inacio Lula da Silva en prison.

 

Les extraits, publiés ce dimanche, comprenaient des échanges au cours desquels Moro a fait des suggestions aux procureurs sur l'orientation, le rythme et la progression de l'enquête.

 

Les avocats de Lula, une icône de gauche qui reste l'une des figures les plus influentes de l'opposition au Brésil, ont demandé sa libération à la Cour suprême et se sont emparés des rapports pour soutenir que sa sentence devrait être révoquée.

 

Moro, s'exprimant lors d'un événement qui s'est tenu hier à Brasilia, a fait valoir que les messages publiés jusqu'à présent ne montraient aucun comportement inapproprié de sa part.

 

L'équipe des procureurs fédéraux cités dans les messages a déclaré qu'ils avaient agi convenablement tout au long des cinq années de l'enquête connue sous le nom de "Car Wash", qui a révélé des milliards de dollars de corruption politique. Ils ont indiqué dans des dépositions écrites qu'ils avaient été pris pour cible par un pirate informatique, ajoutant qu'ils craignaient que les messages diffusés sont sortis hors contexte et peut-être même falsifiés.


Moro, qui a démissionné de son poste de juge principal de l'enquête du "Car Wash" pour devenir ministre de la Justice en janvier dernier, a également reproché à The Intercept de ne pas avoir dénoncé "la personne responsable de l'invasion criminelle du téléphone portable des procureurs".

 

"En ce qui concerne le contenu des messages qui me citent, rien ne révèle qu'il y a des irrégularités ou des actes dirigés de la part d'un magistrat, même s'ils sont pris hors contexte", a-t-il commenté dans un communiqué.

 

Andrew Fishman, rédacteur en chef de The Intercept Brasil, a déclaré à Reuters dans un communiqué que Moro et les procureurs avaient pendant des années nié qu'ils collaboraient ensemble, mais "les rapports montrent que leurs actions privées contredisent leurs déclarations publiques au moment de l'enquête".

Covid-19 : comme partout dans le monde, les soignants de France sont dépassés

Comme partout dans le monde, les personnels soignants, ces soldats mobilisés depuis plus d’un an pour conduire la guerre contre la Covid-19, commencent à atteindre leurs limites. France info s’es...

Renseignement américain : les menaces mondiales qui guettent les USA

Ce mercredi 14 avril, Avril Haines, la directrice du renseignement national américain, a avancé que l’Iran contribue à l’instabilité au Moyen-Orient, lors d’une audition publique du Congrès sur les «m...

Décès de Bernie Madoff, grand escroc américain

Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l’histoire, 65 milliards de dollars, est mort ce mercredi à l’âge de 82 ans dans la prison de la Caroline du Nord, où il purgeait une ...

Afghanistan : retrait des troupes américaines prévu d'ici au 11 septembre

Ce mardi 13 avril, le gouvernement de Joe Biden a annoncé que les troupes américaines quitteraient l’Afghanistan «sans conditions» d’ici le 11 septembre, jour du 20e anniversaire des attentats de 2011...

Caillots sanguins : doutes autour du vaccin de J&J

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi "une pause" dans l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 de Johnson & Johnson. L’Agence américaine des médicaments (FDA) «est e...

L'Iran suspend sa coopération avec l'UE

Ce lundi 12 avril, la République islamique d’Iran a annoncé rompre «tout dialogue sur les droits humains» avec les Vingt-Sept ainsi que la «coopération résultant de ce dialogue, en particulier (en mat...