Aller au contenu principal

Attaque au Mali : "100 personnes mortes" dans un village Dogon

Par H.L.B, Publié le 10/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Près de 100 personnes ont été tuées lors d'une attaque dans un village du centre du Mali habité par l'ethnie Dogon, selon les derniers rapports.

 

L'attaque a eu lieu à Sobane-Kou, près de la ville de Sanga, rapporte le journal télévisé francophone RFI.

 

Les corps des morts ont été brûlés, déclare un responsable local, et la recherche d'autres corps est en cours.

 

Il y a eu de nombreuses attaques au Mali ces derniers mois, certaines ethniques, d'autres menées par des groupes djihadistes.

 

Les affrontements entre chasseurs Dogon et éleveurs Peuls semi-nomades sont très fréquents.

 

Le maire de Bankass, Moulaye Guindo, a confié à l'agence de presse Reuters que des Fulanis de ce district avaient attaqué Sobane-Kou à la tombée de la nuit.

 

Un responsable local de la région de Koundou, où se trouve le village, a informé l'agence de l'AFP : "En ce moment, nous avons 95 civils morts. Les corps sont brûlés, nous continuons à en chercher d'autres."

 

Dans la même région, en mars dernier, plus de 130 villageois Peuls ont été tués par des hommes armés portant les vêtements traditionnels des chasseurs Dogon.

 

Les affrontements entre les deux groupes se sont intensifiés depuis un soulèvement islamiste militant dans le nord du Mali en 2012.

 

Le peuple Dogon a vécu dans le centre du Mali pendant des siècles, et mène un mode de vie largement traditionnel de fermiers sédentaires. Les Fulanis, par contre, sont des bergers semi-nomades qui se déplacent sur de grandes distances en Afrique de l'Ouest.

 

Les frictions entre les fermiers et les éleveurs itinérants au sujet des ressources durent depuis longtemps.

 

Les désaccords entre les Peuls et les Dogons avaient souvent été réglés par la négociation, mais le soulèvement - qui s'est déroulé au centre du Mali en 2015 - a fragilisé le contrôle gouvernemental et facilité l’accès aux armes.

 

Les deux parties s'accusent mutuellement de mener des attaques au milieu des agitations que connaît le pays.


Les Fulanis, un groupe ethnique majoritairement musulman, ont été soupçonnés d'avoir participé à l'insurrection islamiste. Mais pour leur part, les Peuls accusent une association d'autodéfense Dogon, Dan Na Ambassagou, d'attaquer leurs villages.


  • Partagez

Navalny aurait été empoisonné dans sa chambre d’hôtel

Ce jeudi 17 septembre, les proches de l’opposant russe Alexeï Navalny ont affirmé que ce dernier avait été empoisonné à l’aide d’une bouteille d’eau minérale qui se trouvait dans sa chambre d’hôtel de...

Niger : l’État islamique revendique l’attentat qui a fait huit morts

Ce jeudi 17 septembre, l’État islamique (EI) a revendiqué l’assassinat de huit personnes, dont six humanitaires français et deux Nigériens, qui a eu lieu le 9 août au Niger. Dans sa revue de propagand...

Le chef du gouvernement libyen prêt à démissionner d’ici fin octobre

Ce mercredi 16 septembre, Fayez Al-Sarraj, le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen, a annoncé son intention de quitter ses fonctions avant fin octobre. «J’annonce à tous mon souhait sin...

Green Deal : Ursula von der Leyen veut augmenter l’objectif de réduction des émissions

Ce mercredi 16 septembre, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a prononcé un long discours devant le Parlement européen, son premier sur l’état de l’Union européenne. Élue ...

Sous l’égide de Trump, Israël, les EAU et le Bahreïn signent des accords historiques

Ce mardi 15 septembre à Washington, le Bahreïn et les Émirats arabes unis (EAU) ont officiellement signé des accords pour normaliser les relations avec Israël, baptisés accords d’Abraham. En présence ...

Guerre commerciale Chine-USA : l’OMC tranche en faveur de Pékin

Ce mardi 15 septembre, le groupe d’experts de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a publié un rapport visant à trancher dans l’affaire des taxes douanières imposées par Washington à la Chine, à ...