Aller au contenu principal

Attaque au Mali : "100 personnes mortes" dans un village Dogon

Par Nora Jaafar, Publié le 10/06/2019 à 15:39, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Près de 100 personnes ont été tuées lors d'une attaque dans un village du centre du Mali habité par l'ethnie Dogon, selon les derniers rapports.

 

L'attaque a eu lieu à Sobane-Kou, près de la ville de Sanga, rapporte le journal télévisé francophone RFI.

 

Les corps des morts ont été brûlés, déclare un responsable local, et la recherche d'autres corps est en cours.

 

Il y a eu de nombreuses attaques au Mali ces derniers mois, certaines ethniques, d'autres menées par des groupes djihadistes.

 

Les affrontements entre chasseurs Dogon et éleveurs Peuls semi-nomades sont très fréquents.

 

Le maire de Bankass, Moulaye Guindo, a confié à l'agence de presse Reuters que des Fulanis de ce district avaient attaqué Sobane-Kou à la tombée de la nuit.

 

Un responsable local de la région de Koundou, où se trouve le village, a informé l'agence de l'AFP : "En ce moment, nous avons 95 civils morts. Les corps sont brûlés, nous continuons à en chercher d'autres."

 

Dans la même région, en mars dernier, plus de 130 villageois Peuls ont été tués par des hommes armés portant les vêtements traditionnels des chasseurs Dogon.

 

Les affrontements entre les deux groupes se sont intensifiés depuis un soulèvement islamiste militant dans le nord du Mali en 2012.

 

Le peuple Dogon a vécu dans le centre du Mali pendant des siècles, et mène un mode de vie largement traditionnel de fermiers sédentaires. Les Fulanis, par contre, sont des bergers semi-nomades qui se déplacent sur de grandes distances en Afrique de l'Ouest.

 

Les frictions entre les fermiers et les éleveurs itinérants au sujet des ressources durent depuis longtemps.

 

Les désaccords entre les Peuls et les Dogons avaient souvent été réglés par la négociation, mais le soulèvement - qui s'est déroulé au centre du Mali en 2015 - a fragilisé le contrôle gouvernemental et facilité l’accès aux armes.

 

Les deux parties s'accusent mutuellement de mener des attaques au milieu des agitations que connaît le pays.


Les Fulanis, un groupe ethnique majoritairement musulman, ont été soupçonnés d'avoir participé à l'insurrection islamiste. Mais pour leur part, les Peuls accusent une association d'autodéfense Dogon, Dan Na Ambassagou, d'attaquer leurs villages.

Liban : reprise des discussions incertaines avec le FMI

Le Liban va reprendre ses négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) afin d’obtenir le soutien financier dont il a besoin pour faire face à sa crise économique et financière. L’objectif ...

Le "métavers", le nouveau mégaprojet de Facebook

Facebook a annoncé son projet de créer le "métavers", un monde parallèle numérique qui abolit les frontières entre le réel et le virtuel. Pour ce faire, Mark Zuckerberg, le fondateur et patron du géan...

Vaccin pour les 5-11 ans : Pfizer/BioNTech lorgne l'Europe

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont soumis à l’Agence européenne des médicaments (EMA) les résultats des essais cliniques de leur vaccin chez les enfants de 5 à 11 ans. L’objectif de cette démarch...

Le gaz renouvelable expliqué

Le biogaz est une source d’énergie verte obtenue par la fermentation de la matière organique dans un environnement anoxique. Pour fabriquer le gaz renouvelable qui remplacera le gaz d'origine fossile ...

France : les écoles ont rendu hommage à Samuel Paty, un an après sa mort

Les élèves des écoles françaises ont rendu hommage ce vendredi à Samuel Paty, un an après que l’enseignant a été décapité par un extrémiste pour avoir montré à sa classe les caricatures de Charlie Heb...

Liban : vers une nouvelle guerre confessionnelle ?

Une nouvelle guérilla urbaine au Liban a fait six morts et une trentaine de blessés. Des échanges de tirs ont éclaté en marge d’une manifestation des mouvements chiites Amal et Hezbollah, venus protes...