Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Économie / Standard & Poor’s maintient la note de la dette souveraine du Maroc à BB+/B

Standard & Poor’s maintient la note de la dette souveraine du Maroc à BB+/B

Temps de lecture : 5 minutes

En Bref

Temps de lecture : 5 minutes

La note de la dette souveraine du Maroc a été maintenue à BB+/B par l’agence de notation américaine Standard & Poor’s (S&P, ceci à la faveur de « l’amélioration des réformes socio-économiques et budgétaires ».

Les perspectives positives reflètent les attentes de ladite institution américaine, selon lesquelles le Maroc va s’appuyer sur ses récentes réalisations en matière de mise en œuvre de réformes socio-économique et budgétaires ouvrant la voie à une croissance plus forte et plus inclusive et à une réduction des déficits budgétaires

Elle a révélé que l’économie marocaine a fait preuve de « résilience » face aux multiples chocs lors des cinq dernières années et a maintenu son accès au financement intérieur et extérieur, tout en ajoutant que « la poursuite de la mise en œuvre des réformes socio-économiques et budgétaires contribuera à formaliser davantage l’économie et à la rendre plus inclusive et compétitive, stimulant ainsi la croissance du PIB et réduisant les déficits budgétaires, quoique progressivement ».

« Les déficits budgétaire et courant ont diminué plus que prévu en 2023, à 4,4% et 0,6% du PIB, respectivement, et nous nous attendons à ce que la consolidation budgétaire se poursuive », a affirmé l’agence américaine.

Lire aussi : Secteur privé, croissance inclusive et transition verte : la stratégie pays de la BERD pour le Maroc

S&P Global a indiqué que la note du Maroc pourrait croître dans les 12 à 18 prochains mois « si le gouvernement continue de mettre en œuvre des réformes structurelles, favorisant une croissance économique plus forte et un élargissement de l’assiette fiscale, tandis que les déficits budgétaires continuent de diminuer ».

« Nous pensons que le changement en cours, quoique progressif, dans la structure économique sous-jacente du Maroc bénéficiera aux perspectives de croissance, à la stabilité économique et à la trajectoire budgétaire », selon le communiqué.

L’agence de notation prévoit que la croissance du PIB du Maroc atteindra 3,4% en 2024, contre 3,1% en 2023. Cette évolution est soutenue par des performances robustes au niveau des secteurs du tourisme, de l’automobile et de l’aérospatiale, avant de grimper à 3,7% en 2025-2027. La croissance économique sera soutenue par une demande intérieure plus forte, aidée par une inflation en baisse et un investissement privé accru, qui bénéficiera des réformes économiques en cours et d’une croissance plus forte dans la zone euro, principal partenaire commercial du Maroc, a ajouté S&P Global.

L’économie du Royaume bénéficiera également progressivement du développement de projets d’envergure compte tenu de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations en 2025 et de la Coupe du monde de football en 2030, de la mise en œuvre de réformes socio-économiques et de l’expansion de la capacité d’exportation du Maroc, a affirmé la même source.

Une économie résiliente

L’agence de notation prévoit aussi que le déficit budgétaire diminue à 3% du PIB d’ici 2027.
L’économie marocaine a fait face à plusieurs vents contraires mondiaux, régionaux et locaux ces dernières années, a noté S&P Global, qui cite la flambée des prix de l’énergie et des produits alimentaires, les conséquences de la pandémie du COVID-19 ainsi que de multiples épisodes de sécheresse.

En 2023, le nombre d’arrivées touristiques était supérieur de 12,3% à celui du niveau de 2019 avant la pandémie, a relevé l’agence de notation, notant qu’il s’agit d’une performance « meilleure que la moyenne mondiale », malgré le séisme qui a frappé la région de Marrakech en septembre de l’année écoulée.

« Le déficit du compte courant s’est réduit à 0,6% du PIB en 2023, contre notre précédente estimation de 2,7%, reflétant en partie la poursuite de la diversification de l’économie », a noté S&P Global, citant au passage plusieurs mesures prises par le Maroc, comme la mise en place d’un registre unifié pour mieux cibler les ménages éligibles aux programmes d’aide sociale et la réforme de la charte d’investissement.

Lire aussi : Insider Monkey : le Maroc, 17e pays le plus endetté auprès du FMI

L’agence de notation américaine Standard & Poor’s (S&P) a affirmé que « la mise en œuvre de réformes structurelles et de programmes de soutien social limitera la baisse brutale des déficits budgétaires à court terme, mais soutiendra l’assainissement budgétaire à moyen et long terme ».

En termes de perspectives, l’agence s’attend à ce que les flux d’IDE augmentent progressivement dans les années à venir, à mesure que la mise en œuvre de réformes économiques structurelles rend le Maroc plus attractif pour les investisseurs tout en rappelant, dans ce cadre, la confiance de la communauté financière internationale dont jouit le Royaume qui s’est traduite récemment par le succès de l’émission obligataire réalisée en mars 2023.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Le Groupe Saham acquiert SGMB pour 745 millions d’euros

Le Groupe Saham a conclu un accord avec le Groupe Société Générale pour l'acquisition de 57,67% du capital social et des droits de vote de l…

Le CMC publie un spécial sur la “Façade Atlantique Africaine”

Le dernier numéro mensuel "Maroc Conjoncture" n°366, publié par le Centre Marocain de Conjoncture (CMC), souligne l'émergence de la côte atl…

Hydrogène Vert : Fortescue s’associe au groupe OCP

Le Groupe OCP, leader mondial dans le domaine de la nutrition des plantes et des engrais à base de phosphate, s'est allié avec Fortescue Ene…

Guelmim-Oued Noun : signature d’une convention pour l’essor des zones industrielles

Une convention de partenariat a été signée ce lundi à Rabat et elle marque un tournant majeur pour le développement économique de la région …

Casablanca : enquête sur du crypto-blanchiment

Une alerte de suspicion provenant d'un groupe bancaire de Casablanca a déclenché une enquête de l'Autorité Nationale des Renseignements Fina…

Abidjan : Forum africain sur l’investissement dans les chaînes de valeur agricole

Le Forum africain sur l'investissement dans les chaînes de valeur agricole à Abidjan, a récemment servi de cadre à des initiatives collabora…

Rabat : deuxième réunion de la Commission nationale de l’aérien

Mercredi à Rabat, la Commission nationale de l'aérien s'est retrouvée pour son deuxième conclave, présidé conjointement par Fatim-Zahra Ammo…

Secteur minier : feuille de route du ministère de la Transition énergétique

Le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable est sur le point de mettre en œuvre une ambitieuse stratégie visant à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire