Temps de lecture : 6 minutes


Skhirat abrite les travaux du colloque international sur la protection sociale

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

C’est sous le thème « Protection sociale : un chantier de règne » que se tiennent les travaux du colloque international de Skhirat les 26 et 27 juillet. Organisé à l’initiative de l’Association des membres de l’inspection générale des finances (AMIF) et du ministère de l’Économie et des Finances, ce rendez-vous se veut un espace de débats, de réflexion, d’échanges et de regards croisés visant à formuler des propositions pratiques pouvant contribuer à la réussite de la mise en œuvre de la réforme de la protection sociale au Maroc. Au menu : plusieurs panels dédiés à la réalisation de ce chantier au Maroc et dans le monde. Détails.

Temps de lecture : 6 minutes

Présidée par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, la cérémonie d’ouverture de ce colloque a eu lieu en présence de Fouzi Lekjaa, ministre délégué au budget et président de l’AMIF, de Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances, de Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé et de la Protection sociale, de Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, et de Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib.

 

Appel à la mobilisation générale

Selon Aziz Akhannouch, la réussite de ce projet important dépend de l’adhésion et la contribution de toutes les parties prenantes et nécessite ainsi une mobilisation globale, conformément aux Hautes orientations royales. Il a fait savoir que ce projet requiert l’implication des partenaires sociaux, du patronat, des chambres professionnelles ainsi que des collectivités territoriales. Le but est de garantir la mise en place de ce chantier royal et donner une impulsion à l’enregistrement des catégories concernées et élargir la base des adhérents aux travailleurs non-salariés. La transformation digitale et la qualité des ressources humaines dédiées constituent également des leviers qui conditionnent la viabilité et les performances de la protection sociale.

De son côté, Khalid Aït Taleb a réaffirmé que ce chantier vise la création d’une société forte, inclusive, égalitaire et solidaire. «Il ne constitue pas un défi technique seulement, mais requiert la création d’un environnement mobilisateur, un portage politique fort, une appropriation par tous les acteurs concernés, une ingénierie judicieuse, un processus juridique, institutionnel, technique et financier ainsi qu’une grande capacité de notre administration pour orchestrer la conduite du changement y afférent», a-t-il fait valoir.

Fouzi Lekjaa a qualifié le projet de protection sociale de «tournant historique et de révolution» sociale au Maroc, sans donner plus de détails sur le mode de financement. Celui qui occupe également le poste de président de l’Association des membres de l’inspection générale des finances (AMIF) a toutefois invité toutes les bonnes volontés à «travailler la main dans la main afin que personne ne reste en marge de cet important chantier».

Parallèlement, Abdellatif Jouahri a relevé que la généralisation de la protection sociale nécessitera une contribution «significative» de l’État, compte tenu de la faible capacité contributive d’une large part de la population. D’après lui, les défis consistent à mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires.

Pour Nadia Fettah Alaoui, ce chantier est un excellent levier pour réduire la taille du secteur informel. Mais, pour réussir ce projet, il faudrait, selon elle, faire preuve d’imagination et d’innovation pour développer de nouveaux mécanismes, tout en générant les sources de financement dont le système a besoin pour sa pérennité.

L’ambassadrice de France au Maroc a, pour sa part, souligné que la protection sociale était une grande réforme dans le domaine de la sécurité sociale qui engagera le Royaume dans de profondes mutations sociales et économiques. Elle a également rappelé que ce chantier répondait à l’appel du roi Mohammed VI à transformer le dispositif de protection sociale en garantissant la couverture sociale au profit de tous les Marocains.

Lire aussi: Protection sociale : beaucoup reste à faire

 

Lutter contre la déperdition scolaire

Intervenant à un panel ce mercredi, le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a souligné que les allocations familiales constituent un moyen important pour lutter contre la déperdition scolaire. Selon lui, la question de revenus des familles constitue le premier facteur derrière l’abandon des élèves de l’école.

Dans son intervention, il a assuré que le volet appui social aux élèves et parents contribue fortement au renforcement de l’équité et l’égalité de chances. Objectif : favoriser la scolarisation et réduire donc l’abandon, dont le taux reste assez élevé.

Benmoussa n’a pas manqué de rappeler que près de 330.000 élèves ont quitté les bancs de l’école l’an dernier dans les trois cycles du secteur public. Un phénomène qui représente un vrai défi pour le système éducatif à cause de son coût social et économique.

Lire aussi: Protection sociale : la Banque mondiale met en avant la «réponse efficace» du Maroc

 

Immatriculation de plus de deux millions de travailleurs non-salariés

À ce jour, plus de deux millions de travailleurs non-salariés ont été immatriculés à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS). Un chiffre révélé par le directeur général de l’organisme, Hassan Boubrik.

Dans le détail, 840.000 sont agriculteurs, 380.000 artisans, près de 300.000 autoentrepreneurs et 250.000 artisans et commerçants assujettis au régime de contribution professionnelle unique

Sur les deux millions, 330.000 personnes ont déjà commencé à déclarer leurs familles (conjoints et enfants) pour bénéficier effectivement de l’Assurance maladie obligatoire (AMO).

Le patron de la CNSS a également fait savoir que l’organisme traite quotidiennement 2.000 dossiers de l’AMO qui proviennent de ces travailleurs non-salariés.

Il est à rappeler que pour élargir son programme de protection sociale, le Maroc a récemment reçu un financement de 87 millions d’euros de la part de la Banque africaine de développement (BAD). Il a été précédé par un soutien de la Banque Mondiale (500 millions de dollars) et un autre de l’Agence française de développement (150 millions d’euros).

Le calendrier de déploiement de la réforme sociale, dont le coût global annuel s’élève à près de 51 milliards de DH, vise la généralisation de l’AMO en 2021-2022, la généralisation des allocations familiales en 2023-2024 et la généralisation de la retraite et de l’indemnité pour perte d’emploi à l’horizon 2025.


Recommandé pour vous

Stress hydrique : comment optimiser l’utilisation de l’eau ?

Temps de lecture : 6 minutes

Dans un village à 140 km de Casablanca, les habitants courent chaque matin vers la fontaine ou chez un voisin pour s’approvisionner en eau. «Ça…

Maroc : la jeunesse, moteur de l’économie nationale

Temps de lecture : 5 minutes

La pyramide démographique marocaine donne un aperçu sur le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans. Cette tranche d’âge est considérée comme la pl…

OMP : zoom sur les dysfonctionnements des prisons marocaines

Temps de lecture : 5 minutes

L’Observatoire marocain des prisons (OMP) a présenté, jeudi 4 août à Rabat, les grandes lignes sur « la situation des prisons et des détenus au…

Voyages à l’étranger : quelles sont les conditions en vigueur ?

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que l’été bat son plein, les Marocains sont en quête des destinations de vacances les plus intéressantes. Si certains préfèrent visiter d…

Pénurie de compétences : plusieurs pays assouplissent leurs lois sur la migration régulière

Temps de lecture : 5 minutes

C’est désormais une évidence, la crise sanitaire a bouleversé le monde du travail. Les pénuries de travailleurs atteignent des records. Une réa…

Crise hydrique : le Maroc a soif

Temps de lecture : 4 minutes

La situation hydrique du Maroc est de plus en plus critique. La sécheresse, la chute des taux de remplissage des barrages, la désertification a…

Intoxication alimentaire : un fléau qui s’aggrave en été  

Temps de lecture : 3 minutes

Une intoxication alimentaire survient après la digestion d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite ou d’un produit chimique toxique. Ce malaise…

Tout savoir sur l’affaire Sébastien Raoult

Temps de lecture : 5 minutes

Sous le coup d’une « notice rouge » Interpol (une demande internationale de localisation et d’arrestation en attendant une extradition, ou tout…

Variole du singe : une propagation mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

La Variole du singe continue de se propager partout dans le monde. Le nombre de cas ne cesse pas de croitre, ce qui inquiète de plus en plus le…

Baignade dans les barrages : une aventure à haut risque

Temps de lecture : 4 minutes

Pour affronter les épisodes de canicule, de nombreuses personnes se tournent vers la baignade pour se rafraichir. Qu’elle soit dans la mer, les…

Invasion de méduses : un phénomène annuel très gênant

Temps de lecture : 6 minutes

Chaque année, les plages du Nord du Royaume font de nouveau face à une invasion de méduses, l’animal marin le plus redouté par les nageurs.

Refonte du système sanitaire : l’union fait la force

Temps de lecture : 4 minutes

À travers le projet de loi-cadre n°06-22, relatif au système national de santé, la réforme du secteur portera sur la gouvernance, l’offre de sa…