Temps de lecture : 6 minutes


Skhirat abrite les travaux du colloque international sur la protection sociale

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

C’est sous le thème « Protection sociale : un chantier de règne » que se tiennent les travaux du colloque international de Skhirat les 26 et 27 juillet. Organisé à l’initiative de l’Association des membres de l’inspection générale des finances (AMIF) et du ministère de l’Économie et des Finances, ce rendez-vous se veut un espace de débats, de réflexion, d’échanges et de regards croisés visant à formuler des propositions pratiques pouvant contribuer à la réussite de la mise en œuvre de la réforme de la protection sociale au Maroc. Au menu : plusieurs panels dédiés à la réalisation de ce chantier au Maroc et dans le monde. Détails.

Temps de lecture : 6 minutes

Présidée par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, la cérémonie d’ouverture de ce colloque a eu lieu en présence de Fouzi Lekjaa, ministre délégué au budget et président de l’AMIF, de Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances, de Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé et de la Protection sociale, de Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, et de Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib.

 

Appel à la mobilisation générale

Selon Aziz Akhannouch, la réussite de ce projet important dépend de l’adhésion et la contribution de toutes les parties prenantes et nécessite ainsi une mobilisation globale, conformément aux Hautes orientations royales. Il a fait savoir que ce projet requiert l’implication des partenaires sociaux, du patronat, des chambres professionnelles ainsi que des collectivités territoriales. Le but est de garantir la mise en place de ce chantier royal et donner une impulsion à l’enregistrement des catégories concernées et élargir la base des adhérents aux travailleurs non-salariés. La transformation digitale et la qualité des ressources humaines dédiées constituent également des leviers qui conditionnent la viabilité et les performances de la protection sociale.

De son côté, Khalid Aït Taleb a réaffirmé que ce chantier vise la création d’une société forte, inclusive, égalitaire et solidaire. «Il ne constitue pas un défi technique seulement, mais requiert la création d’un environnement mobilisateur, un portage politique fort, une appropriation par tous les acteurs concernés, une ingénierie judicieuse, un processus juridique, institutionnel, technique et financier ainsi qu’une grande capacité de notre administration pour orchestrer la conduite du changement y afférent», a-t-il fait valoir.

Fouzi Lekjaa a qualifié le projet de protection sociale de «tournant historique et de révolution» sociale au Maroc, sans donner plus de détails sur le mode de financement. Celui qui occupe également le poste de président de l’Association des membres de l’inspection générale des finances (AMIF) a toutefois invité toutes les bonnes volontés à «travailler la main dans la main afin que personne ne reste en marge de cet important chantier».

Parallèlement, Abdellatif Jouahri a relevé que la généralisation de la protection sociale nécessitera une contribution «significative» de l’État, compte tenu de la faible capacité contributive d’une large part de la population. D’après lui, les défis consistent à mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires.

Pour Nadia Fettah Alaoui, ce chantier est un excellent levier pour réduire la taille du secteur informel. Mais, pour réussir ce projet, il faudrait, selon elle, faire preuve d’imagination et d’innovation pour développer de nouveaux mécanismes, tout en générant les sources de financement dont le système a besoin pour sa pérennité.

L’ambassadrice de France au Maroc a, pour sa part, souligné que la protection sociale était une grande réforme dans le domaine de la sécurité sociale qui engagera le Royaume dans de profondes mutations sociales et économiques. Elle a également rappelé que ce chantier répondait à l’appel du roi Mohammed VI à transformer le dispositif de protection sociale en garantissant la couverture sociale au profit de tous les Marocains.

Lire aussi: Protection sociale : beaucoup reste à faire

 

Lutter contre la déperdition scolaire

Intervenant à un panel ce mercredi, le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a souligné que les allocations familiales constituent un moyen important pour lutter contre la déperdition scolaire. Selon lui, la question de revenus des familles constitue le premier facteur derrière l’abandon des élèves de l’école.

Dans son intervention, il a assuré que le volet appui social aux élèves et parents contribue fortement au renforcement de l’équité et l’égalité de chances. Objectif : favoriser la scolarisation et réduire donc l’abandon, dont le taux reste assez élevé.

Benmoussa n’a pas manqué de rappeler que près de 330.000 élèves ont quitté les bancs de l’école l’an dernier dans les trois cycles du secteur public. Un phénomène qui représente un vrai défi pour le système éducatif à cause de son coût social et économique.

Lire aussi: Protection sociale : la Banque mondiale met en avant la «réponse efficace» du Maroc

 

Immatriculation de plus de deux millions de travailleurs non-salariés

À ce jour, plus de deux millions de travailleurs non-salariés ont été immatriculés à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS). Un chiffre révélé par le directeur général de l’organisme, Hassan Boubrik.

Dans le détail, 840.000 sont agriculteurs, 380.000 artisans, près de 300.000 autoentrepreneurs et 250.000 artisans et commerçants assujettis au régime de contribution professionnelle unique

Sur les deux millions, 330.000 personnes ont déjà commencé à déclarer leurs familles (conjoints et enfants) pour bénéficier effectivement de l’Assurance maladie obligatoire (AMO).

Le patron de la CNSS a également fait savoir que l’organisme traite quotidiennement 2.000 dossiers de l’AMO qui proviennent de ces travailleurs non-salariés.

Il est à rappeler que pour élargir son programme de protection sociale, le Maroc a récemment reçu un financement de 87 millions d’euros de la part de la Banque africaine de développement (BAD). Il a été précédé par un soutien de la Banque Mondiale (500 millions de dollars) et un autre de l’Agence française de développement (150 millions d’euros).

Le calendrier de déploiement de la réforme sociale, dont le coût global annuel s’élève à près de 51 milliards de DH, vise la généralisation de l’AMO en 2021-2022, la généralisation des allocations familiales en 2023-2024 et la généralisation de la retraite et de l’indemnité pour perte d’emploi à l’horizon 2025.


Recommandé pour vous

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…

Feuille de route 2022-2026 : pour une école publique de qualité

Temps de lecture : 6 minutes Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a souligné, mardi 15 novembre à Rabat, que sa feuille de route 20…

8 milliards sur terre : sommes-nous arrivés à la surpopulation ?

Temps de lecture : 4 minutes L’humanité a franchi un cap historique le 15 novembre. La population mondiale a atteint un nouveau record en franchissant le seuil des 8 milliards d’ha…

Éducation : ce qui attend Habib El Malki

Temps de lecture : 6 minutes Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et la recherche scientifique (CSEFRS) a un nouveau président en la personne du socialiste Ha…

La raréfaction de l’eau au Maroc s’accélère !

Temps de lecture : 5 minutes Le Royaume traverse sa période de sécheresse la plus intense depuis plus de trois décennies. Le dérèglement climatique a impacté l’économie nationale e…

Réforme de la Moudawana : à quoi faut-il s’attendre ?

Temps de lecture : 4 minutes Le dernier discours de la fête u Trône, prononcé par le roi Mohammed VI le 30 juillet dernier, a ouvert la voie à une nouvelle révision à la question d…

Transport routier : les professionnels se révoltent

Temps de lecture : 4 minutes Après les menaces des transporteurs routiers d’une grève générale à cause de la hausse des prix des carburants, le gouvernement a annoncé une septième …

Lutte contre la corruption : le Maroc continue de perdre des points

Temps de lecture : 6 minutes L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) a tenu, mardi 1ᵉʳ novembre à Rabat, la première réuni…