Les principales conclusions du rapport annuel de l’OMP sur la situation des prisonniers en 2021 © DR

Temps de lecture : 5 minutes


OMP : zoom sur les dysfonctionnements des prisons marocaines

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La situation dans les prisons marocaines est toujours en dessous des attentes. Dans son rapport annuel 2021, l’Observatoire marocain des prisons affirme que les conditions générales de détentions laissent à désirer et ne répondent pas aux normes internationales. Détention préventive, surpopulation carcérale et grèves de la faim, telles sont les principales problématiques que connaissent les établissements pénitentiaires du Royaume et qui sont soulevées par l’Observatoire. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

L’Observatoire marocain des prisons (OMP) a présenté, jeudi 4 août à Rabat, les grandes lignes sur « la situation des prisons et des détenus au Maroc au titre de l’année 2021 ».

Dans son rapport, l’OMP dévoile les principales lacunes dont pâti les établissements pénitentiaires du Royaume. Il cite ainsi la surpopulation carcérale, la hausse des cas de détention préventive et l’augmentation des grèves de la faim. À noter que 77 % des détenus des prisons marocaines sont des jeunes entre 18 et 40 ans.

Lire aussi : Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

 

Augmentation de la population carcérale face à une diminution du nombre de prisons

Le Maroc comptait, à fin 2021, 75 prisons contre 78 un an auparavant, soit une diminution du nombre d’établissements pénitentiaires. Cette baisse s’accompagne en revanche d’une augmentation progressive du nombre de détenus.

S’agissant du nombre total de la population carcérale au Maroc, il était à 88.941 personnes à fin 2021. Toutefois, la capacité d’accueil de l’ensemble de ces 75 établissements pénitentiaires ne dépasse pas les 53.956 places, soit un taux de surpopulation de 156,17 %.

Ce dysfonctionnement touche plusieurs régions du Royaume. La région de Marrakech-Safi arrive en première place avec un taux de 154,31%, suivie par Rabat-Salé-Kénitra (146,33%), puis Casablanca-Settat (139,5%).

Quant aux régions qui affichent des taux de remplissage inférieurs à 100%, on trouve la région de Lâayoune-Sakia El Hamra (77,78%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (80,33%), l’Oriental (96,88%) et Drâa-Tafilalet (99,63%).

Ce phénomène ne fait que s’aggraver au fil des années, notamment en raison de la tendance haussière des détentions préventives, fait savoir l’OMP. Il déplore que la détérioration des conditions carcérales soit à l’origine de plusieurs actes de violences, d’automutilation ou d’agression.

Lire aussi : Surpopulation carcérale : de nouvelles mesures seront mises en place par le gouvernement

 

Recours excessif à la détention préventive

La détention préventive est une mesure d’incarcération, le plus souvent exceptionnelle, visant à emprisonner un accusé jusqu’à la fin de son procès, le temps de confirmer son innocence ou sa culpabilité.

Selon l’Organisation non gouvernementale (ONG) « Penal Reform International (PRI) », le recours à la détention provisoire n’est légitime que lorsqu’il que le détenu a commis de graves infractions et que seule une incarcération pourrait l’empêcher de récidiver. Le but est de prévenir de la fuite de l’individu en question, son implication dans un autre délit ou son ingérence dans le processus judiciaire en cour.

Au Maroc, les chiffres révèlent un recours excessif, parfois même abusif, à cette mesure. Les données de l’OMP sont révélatrices à ce sujet : 37.526 détenus prévenus dans les prisons marocaines, soit 42,19% de l’ensemble de la population carcérale.

Le taux des cas de détentions préventives a connu, au cours de la dernière décennie, une baisse significative, passant de près de 43% en 2014 à 39% en 2019. Néanmoins, la première année de la crise sanitaire a enregistré un record avec plus de 46%.

 

1.158 prisonniers ont entamé une grève de la faim en 2021

Selon les données du rapport de l’OMP, le nombre total de grèves de la faim observées par des prisonniers en 2021 s’est élevé à 1.158, contre 1.011 grèves en 2020.

Les grèves de la faim pour des raisons liées aux poursuites judiciaires ou aux jugements prononcés viennent en tête avec 911 cas, soit 79% des prisonniers grévistes. Elles sont suivies par des cas liés à la situation à l’intérieur de la prison avec 189 cas, soit 16%, puis les cas liés à la nature des poursuites judiciaires, aux jugements et aux conditions de détention, avec un total de 11 cas, soit 1%.

Enfin, les 47 cas liés à d’autres causes, représentant 4% du total de cette catégorie de prisonniers. Ces statistiques font ainsi état d’une croissance des cas de grèves de faim, les détenus y ont eu recours pour exiger certains droits ou de protester contre certaines conditions.

Lire aussi : DGAPR : une nouvelle stratégie d’humanisation des conditions de détention

 

Élaboré et présenté par l’Observatoire marocain des prisons, le rapport annuel sur la situation des établissements pénitentiaires et des prisonnières et prisonniers jette la lumière sur les conditions dans ces établissements et leur degré de respect des normes en vigueur. Cette enquête vise à trouver des solutions pour l’amélioration des infrastructures pénitentiaires du pays et leur réhabilitation afin de permettre et d’assurer la qualification et la réinsertion des détenus.


Recommandé pour vous

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas o…