Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes


Le refus des visas, cette nouvelle tendance frustrante

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique, Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La France avait annoncé une réduction de 50% des visas accordés aux Marocains et aux Algériens (30% aux tunisiens). Au Maroc, cette décision avait suscité l’indignation des citoyens et des responsables. Les restrictions touchent toutes les catégories de voyageurs, y compris les hommes d’affaires. Une décision qui ne semble pas au goût des chefs de l’entrepreneuriat en France.

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis quelques années, les politiques migratoires de l’Union européenne (UE) se sont durcies. Le nombre de refus injustifiés de demandes de visas Schengen au Maroc s’est multiplié. À la fin de 2021, la France avait pris la décision de réduire le nombre de visas délivrés aux Maghrébins. Cette mesure avait pour but d’obliger les gouvernements marocain, algérien et tunisien à récupérer leurs ressortissants expulsés du sol français. Une réduction qui a provoqué l’indignation et l’incompréhension chez les Marocains. Un peuple dont les relations avec l’Hexagone remontent à plusieurs décennies.

Concernant les frais des visas refusés, ils n’ont jamais été remboursés. Le président de la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC), Bouazza Kherrati, avait adressé une correspondance à Hélène le Gal, l’ambassadrice de France au Maroc, à ce propos. Il l’a appelée à restituer les frais des visas non délivrés aux citoyens marocains par les consulats français. En outre, le président regrette, dans sa lettre, le manque de transparence sur les nouvelles modalités de délivrance des visas. Ce qui relève du non-respect du droit à l’information.

Lire aussi : Forte baisse du nombre de visas Schengen délivrés aux Marocains

 

La France fait des exceptions pour les investisseurs marocains “seulement”

La restriction des visas pour les hommes d’affaires ne plait pas au marché entrepreneurial français. Fabrice Le Saché, vice-président et porte-parole du Mouvement des entreprises de France (Medef), a réagi à cette situation. Il a ainsi affirmé qu’il est «urgent de fluidifier les visas pour nos homologues d’affaires marocains».

Lors de la Rencontre des entrepreneurs de France (REF) 2022, tenue ces 29 et 30 août à Paris, Fabrice Le Saché a exprimé la détermination du Medef, avec le patronat marocain, à «avancer ensemble sur des sujets concrets : mobilité des personnes, nouveaux projets industriels au Maroc, investissements marocains en France».

Sur son compte Twitter, le président du Medef a remercié la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), en notant : «Déterminés à avancer conjointement sur des sujets concrets : mobilité des personnes, nouveaux projets industriels au #Maroc, investissements marocains en #France. Une relation dans les deux sens. Merci @CGEM_MA pour ce dynamisme ! @AljChakib». 

Fabrice Le Saché n’a pas manqué d’exprimer, sur son compte Twitter, sa volonté de réaliser plusieurs projets en collaboration avec le Maroc. «Le Maroc est un grand pays. Le dialogue entre nos secteurs privés est permanent. Il faut continuer de bâtir des projets communs», a-t-il noté, exprimant ainsi sa joie «qu’une délégation du patronat marocain soit présente à la REF 2022».

 

Le désespoir des uns fait le bonheur des escrocs

Le manque de transparence et d’information au sujet des procédures de demandes de visas est de plus en plus frustrant pour les Marocains qui veulent se rendre en Europe pour des raisons de santé, personnelles ou professionnelles. Chercher un rendez-vous sur les sites des sociétés sous-traitantes des consulats européens est aussi compliqué que chercher une aiguille dans une botte de foin. Profitant du désespoir de certains demandeurs de visas, des « smasrya » se présentent devant eux en bons samaritains et se proposent de les aider à trouver des rendez-vous.

Ces intermédiaires, entre le citoyen et les sociétés sous-traitantes, réclament ensuite une somme conséquente pour payer leurs services. Condamnant ces pratiques, le directeur du Centre monétique interbancaire (CMI), Ismaïl Bellali, a dénoncé, sur son compte LinkedIn : «Devant l’appétit des citoyens à obtenir des RDV pour les demandes de Visa Schengen auprès des centres BLS et TLS, des mercenaires se sont installés et prétendent vendre des RDV proches. Ils proposent leurs services sur les réseaux sociaux».

Mais pas que ! Six individus, dont deux femmes, ont été interpellés à Oujda pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans la falsification de documents officiels requis pour constituer les dossiers de visa Schengen.

Par ailleurs, l’Association marocaine des droits humains (AMDH) a adressé, ce mardi, une lettre à la présidence et à la chefferie du gouvernement français. Elle a appelé à «cesser d’insulter les citoyens marocains par les services consulaires de France au Maroc». L’ONG a souligné aussi qu’elle assure «le suivi des souffrances des citoyens marocains et des citoyens demandeurs de visa, notamment auprès des services consulaires des pays européens et l’État français en particulier». 

Enfin, les frictions entre Rabat et Paris sont loin d’être apaisées. Reste à savoir si le président français, Emmanuel Macron, qui, selon ses propres dires, va se rendre au Maroc fin octobre, va pouvoir aborder le sujet des visas avec les responsables marocains, pour résoudre au plus vite ce problème. À suivre…


Recommandé pour vous

Hassan Iquouissem : quel sort lui est réservé ?

Temps de lecture : 4 minutes

Visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française depuis le 1ᵉʳ septembre de…

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekj…

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Le CPS de l’UA sous présidence marocaine

Temps de lecture : 4 minutes

La présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) tombe…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…