Temps de lecture : 4 minutes


Fiscalité : nouveau bras de fer entre le gouvernement et les avocats

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Les tensions entre les avocats et l’exécutif sur le nouveau régime fiscal s’enveniment. Les robes noires ont décrété une grève de quatre jours à partir de ce mardi. La raison ? Les nouvelles mesures fiscales introduites dans le projet de loi de Finances 2023. Outre les avocats, plusieurs autres professions libérales sont aussi concernées par la hausse de la TVA. Le point.

Temps de lecture : 4 minutes

C’est parti pour un nouveau bras de fer entre le gouvernement et les professions libérales. Réuni d’urgence dans la soirée du 31 octobre, le Conseil de l’Ordre des avocats au barreau de la capitale économique, a décrété une grève de quatre jours à partir de ce mardi, dans les différents tribunaux de Casablanca, Mohammedia et Benslimane. Une décision qui fait suite aux mesures fiscales prises dans le cadre du projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023).

Le PLF prévoit de soumettre les opérations effectuées par certaines professions libérales, telles que les avocats, les traducteurs, les notaires, les adouls, les auxiliaires de justice et les vétérinaires, à un taux de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 20%, au lieu de 10% appliqué actuellement. En effet, l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) a appelé, la semaine dernière, les robes noires à une grève générale, ainsi qu’à l’organisation de manifestations. Elle qualifie les mesures de l’exécutif de «surprenantes», dénonçant «la persistance d’Abdellatif Ouahbi à faire avorter la méthodologie participative établie depuis des décennies, entre le ministère de la Justice et l’ABAM». Même la réunion avec Fouzi Lekjaâ, ministre délégué du Budget, n’a pas abouti à une solution concrète.

Lire aussi : PLF 2023 : TVA, TIC, budgets… voici ce qu’il faut retenir

 

Ce que prévoit le PLF 2023

Les nouvelles mesures concernant l’Impôt sur le revenu (IR) des professions libérales ne sont pas passées inaperçues. Pour le moment, le gouvernement préconise une simple déclaration annuelle des revenus. En revanche, après l’adoption du PLF 2023, les avocats devront régler une avance sur l’IR pour chaque dossier traité et selon le degré de juridiction.

Pour chaque dossier porté devant les tribunaux de première instance, les avocats devraient payer 300 DH. S’agissant des dossiers portés devant les tribunaux de première instance et devant la Cour de cassation, ils devraient verser, respectivement, 400 et 500 DH. Le montant des avances sera déduit de l’IR dû en fin d’année lors de la déclaration des revenus imposables.

Lire aussi : Justice : les magistrats en colère contre Abdellatif Ouahbi

 

L’union fait la force !

En marge de la réunion des robes noires, les instances représentatives de différentes professions libérales ont décidé de joindre leurs efforts. Ainsi, elles comptent créer un collectif national pour revendiquer la suppression des dispositions du PLF 2023 qui risquent de les «pénaliser».

L’Organisation professionnelle des comptables agréés (OPCA) a souligné que suite aux concertations menées avec les instances représentatives des professions libérales, à savoir les Ordres des architectes, des notaires et des adouls, celles-ci «ont donné leur accord pour constituer un collectif national pour faire front commun contre les dispositions du PLF 2023».

Pour rappel, les adouls du Maroc ont programmé une première grève nationale du 27 au 29 octobre 2022. Aussi, ils prévoient une seconde grève nationale, du 2 au 5 novembre, pendant laquelle deux manifestations seront menées devant le ministère de l’Économie et des Finances et devant le Parlement.

Enfin, le collectif devrait mener au cours des prochains jours des protestations régionales devant les sièges des administrations relevant de la Direction générale des impôts (DGI) et un sit-in devant le Parlement.

Covid-19 : faut-il craindre le même scénario qu'en 2020 ?

Covid-19 : faut-il craindre le même scénario qu’en 2020 ?

Trois ans après l’apparition des premiers cas du nouveau coronavirus à Wuhan, la Chine a mis fin, le 7 décembre dernier, à sa draconienne politique dite du «zéro covid». Une mesure…
La DGSN mobilisée pour le Nouvel An

Nouvel An : des festivités sous haute sécurité

Dans le cadre de leur approche proactive, les services sécuritaires ont renforcé ces derniers jours leur présence aux entrées des grandes agglomérations. Ils ont aussi multiplié le…
Covid-19 : pourquoi décider de prolonger l’état d’urgence sanitaire ?

Covid-19 : pourquoi décider de prolonger l’état d’urgence sanitaire ?

Encore une fois, l’exécutif proroge l'état d'urgence sanitaire au Royaume. En effet, lors de sa réunion, ce jeudi 29 décembre, le Conseil de gouvernement a décidé la prolongation d…
Pharmacie au Maroc

Virus respiratoires : à quel traitement se vouer ?

Qui n'a pas dans son entourage ces derniers temps une personne malade, qu'elle soit mineure ou adulte ? Nez bouché, toux, courbatures, état grippal, céphalées accompagnées parfois …
Service militaire : une expérience bénéfique pour le citoyen

Service militaire : une expérience bénéfique pour le citoyen

L’opération de recensement relative au service militaire au titre de 2023 a été lancée, ce mercredi 28 décembre, pour prendre fin le 25 février prochain. Le ministre de l’Intérieur…
Les bonnes et mauvaises nouvelles qui ont marqué l’année 2022

Rétrospective : ces événements qui ont marqué l’année 2022

Entre les bonnes et les mauvaises nouvelles, de nombreux sujets de société ont marqué l'actualité en 2022, qui aura été une année de préoccupations pour nombre de Marocains, après …
Code de la famille, diffamation en ligne, juridictions spécialisées : Ouhabi fait le point

Ouahbi fait le point et répond aux interrogations des députés

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, est intervenu, lundi 26 décembre, à la Chambre des représentants. Il a été interpellé sur "un plan pour remédier aux dysfonctionnement…
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) © DR

2022 : bilan satisfaisant pour la DGSN

Le long rapport rendu public par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) permet aux différents services de la Sûreté nationale de présenter leur bilan annuel, tous doma…