Temps de lecture : 4 minutes


Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Haut-Commissariat au Plan a rendu public sa note sur la situation du marché du travail au Maroc au 2ᵉ trimestre de 2022. À l’échelle nationale, le taux de chômage a baissé de 1,6, passant de 12,8% à 11,2%. L’économie marocaine a créé également 133.000 postes d’emploi par rapport à la même période en 2021. Les détails.

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce marché commence à peine à reprendre son souffle après la réouverture des frontières et la relance du secteur touristique. L’économie nationale a, de ce fait, créé 133.000 postes au deuxième trimestre (T2) de 2022, soit une hausse de 1%, qui s’est traduite par une baisse de 12,8% à 11,2% du taux de chômage. Cette moyenne est passée de 18,2% à 15,5% en milieu urbain et de 4,8% à 4,2% en milieu rural.

Cette baisse a concerné l’ensemble des catégories de la population marocaine, note le Haut-Commissariat au Plan (HCP). De facto, le taux a diminué de 2 points pour les hommes, passant de 11,9% à 9,9%, et de 0,8 point pour les femmes, allant de 15,9% à 15,1%. Il a également enregistré une diminution de 2,4 points parmi les diplômés, passant de 20,4% à 18%. Et pour les non-diplômés, le taux est passé de 5% à 3,6%.

Mohamed Rahj, professeur en économie, nous explique que «chaque année, des milliers de diplômés qui quittent l’université avec un diplôme, peu importe si c’est un DUT, une licence, un master ou un doctorat. Mais le nombre d’offres d’emplois créées n’est pas suffisant». Il ajoute : «Avant, les plus grands employeurs au Maroc étaient les banques et les assurances, mais aujourd’hui, on constate le contraire».

 

Lire aussi : Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Création de l’emploi et rémunération

Selon la note du HCP, 299.000 postes d’emplois rémunérés ont été créés. Il s’agit du résultat de création de 307.000 postes en milieu urbain et d’une perte de 8.000 en milieu rural. Quant à l’emploi non rémunéré, l’institution d’Ahmed Lahlimi a noté une baisse de 166.000 postes, résultant d’une perte de 144.000 en zones rurales et de 22.000 en zones urbaines.

Les secteurs d’emploi qui créent le plus de postes sont l’agriculture, pêche et forêt et les services. En effet, parmi les 11.025.000 actifs occupés au cours du T2 de 2022, le secteur des services emploie 46,8%, suivi de l’agriculture, forêt et pêche avec 30,8%.  Pour le secteur de l’industrie et des BTP, ils enregistrent, respectivement 11,7% et 10,7%.

En revanche, le taux d’emploi a stagné à 40,2% à l’échelle nationale. Il a augmenté de 0,8 point en milieu urbain, allant de 34,9% à 35,7% et a baissé de 1,7 point en milieu rural, passant de 50,4% à 48,7%. Ce taux a enregistré une hausse de 0,7 point parmi les hommes et une baisse de 0,9 point parmi les femmes.

Selon l’expert «on est devant une mauvaise année agricole, et par conséquent, l’économie nationale a enregistré plus de destruction des postes de travail». 

La répartition de l’emploi selon les régions

Représentant 72,6% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus, cette population se trouvent dans cinq régions. Casablanca-Settat vient en première position avec 22,2% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,8%), de Marrakech-Safi (13,3%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (12%) et de Fès-Meknès (11,3%).

En outre, les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés dans les régions du Sud (20,9%) et de l’Oriental (18,2%). En revanche, les régions de Marrakech-Safi, de Béni Mellal- Khénifra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma enregistrent les taux les plus bas, respectivement 6,5%, 8,7% et 8,7%.

La relance du secteur touristique a permis de créer des opportunités de travail. Mais, la crise économique au Maroc, causée par la guerre en Ukraine, peut engendrer des répercussions sur le marché du travail national. Selon Mohamed Rahj, «pour l’année 2022, le taux relatif à la création de l’emploi risquerait d’être catastrophique. Il faut, donc, réaliser et exécuter des opérations d’investissement». 

 


Recommandé pour vous

PLF 2023 : la réforme fiscale dans le collimateur

Temps de lecture : 5 minutes La réforme fiscale inscrite dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) continue de susciter la colère des professionnels libéraux. Du côté des a…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…

PLF-2023 : Nadia Fettah présente les principales mesures fiscales

Temps de lecture : 5 minutes La ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a présenté, lundi 14 novembre, les principales mesures fiscales prévues dans le cadre d…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

Transparence fiscale : quels progrès réalisés par le Maroc ?

Temps de lecture : 5 minutes Un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), rendu public, ce mercredi 9 novembre, met en avant les progrè…

AFEM : la croissance durable au cœur de l’entrepreneuriat féminin

Temps de lecture : 5 minutes Le monde des entreprises et des affaires a connu plusieurs mutations ces dernières années. Prouver que ce secteur n’est pas l’apanage des hommes seulem…

Dégroupage : des experts évalueront le préjudice subi

Temps de lecture : 4 minutes C’est un feuilleton qui n’en finit pas. Après l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), c’est au tour…

Filière laitière : une baisse de la production de plus en plus préoccupante

Temps de lecture : 5 minutes Le lait se fait de plus en plus rare. Ces derniers mois, l’approvisionnement du marché national en lait a enregistré une baisse notable. Les collectes …

Choc inflationniste : les principales recommandations du CESE

Temps de lecture : 5 minutes À l’instar de tous les pays, le Maroc subit, depuis 2021 à ce jour, les répercussions d’une montée inflationniste incessante qui a occasionné des perte…

Elec expo discute la mobilité électrique

Temps de lecture : 5 minutes Azemmour abrite jusqu’au 5 novembre prochain l’événement qui réunit chaque année trois salons, «Elec expo», «Ener Event» et «Tronica expo». Portée par …