Temps de lecture : 4 minutes


Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Haut-Commissariat au Plan a rendu public sa note sur la situation du marché du travail au Maroc au 2ᵉ trimestre de 2022. À l’échelle nationale, le taux de chômage a baissé de 1,6, passant de 12,8% à 11,2%. L’économie marocaine a créé également 133.000 postes d’emploi par rapport à la même période en 2021. Les détails.

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce marché commence à peine à reprendre son souffle après la réouverture des frontières et la relance du secteur touristique. L’économie nationale a, de ce fait, créé 133.000 postes au deuxième trimestre (T2) de 2022, soit une hausse de 1%, qui s’est traduite par une baisse de 12,8% à 11,2% du taux de chômage. Cette moyenne est passée de 18,2% à 15,5% en milieu urbain et de 4,8% à 4,2% en milieu rural.

Cette baisse a concerné l’ensemble des catégories de la population marocaine, note le Haut-Commissariat au Plan (HCP). De facto, le taux a diminué de 2 points pour les hommes, passant de 11,9% à 9,9%, et de 0,8 point pour les femmes, allant de 15,9% à 15,1%. Il a également enregistré une diminution de 2,4 points parmi les diplômés, passant de 20,4% à 18%. Et pour les non-diplômés, le taux est passé de 5% à 3,6%.

Mohamed Rahj, professeur en économie, nous explique que «chaque année, des milliers de diplômés qui quittent l’université avec un diplôme, peu importe si c’est un DUT, une licence, un master ou un doctorat. Mais le nombre d’offres d’emplois créées n’est pas suffisant». Il ajoute : «Avant, les plus grands employeurs au Maroc étaient les banques et les assurances, mais aujourd’hui, on constate le contraire».

 

Lire aussi : Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Création de l’emploi et rémunération

Selon la note du HCP, 299.000 postes d’emplois rémunérés ont été créés. Il s’agit du résultat de création de 307.000 postes en milieu urbain et d’une perte de 8.000 en milieu rural. Quant à l’emploi non rémunéré, l’institution d’Ahmed Lahlimi a noté une baisse de 166.000 postes, résultant d’une perte de 144.000 en zones rurales et de 22.000 en zones urbaines.

Les secteurs d’emploi qui créent le plus de postes sont l’agriculture, pêche et forêt et les services. En effet, parmi les 11.025.000 actifs occupés au cours du T2 de 2022, le secteur des services emploie 46,8%, suivi de l’agriculture, forêt et pêche avec 30,8%.  Pour le secteur de l’industrie et des BTP, ils enregistrent, respectivement 11,7% et 10,7%.

En revanche, le taux d’emploi a stagné à 40,2% à l’échelle nationale. Il a augmenté de 0,8 point en milieu urbain, allant de 34,9% à 35,7% et a baissé de 1,7 point en milieu rural, passant de 50,4% à 48,7%. Ce taux a enregistré une hausse de 0,7 point parmi les hommes et une baisse de 0,9 point parmi les femmes.

Selon l’expert «on est devant une mauvaise année agricole, et par conséquent, l’économie nationale a enregistré plus de destruction des postes de travail». 

La répartition de l’emploi selon les régions

Représentant 72,6% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus, cette population se trouvent dans cinq régions. Casablanca-Settat vient en première position avec 22,2% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,8%), de Marrakech-Safi (13,3%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (12%) et de Fès-Meknès (11,3%).

En outre, les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés dans les régions du Sud (20,9%) et de l’Oriental (18,2%). En revanche, les régions de Marrakech-Safi, de Béni Mellal- Khénifra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma enregistrent les taux les plus bas, respectivement 6,5%, 8,7% et 8,7%.

La relance du secteur touristique a permis de créer des opportunités de travail. Mais, la crise économique au Maroc, causée par la guerre en Ukraine, peut engendrer des répercussions sur le marché du travail national. Selon Mohamed Rahj, «pour l’année 2022, le taux relatif à la création de l’emploi risquerait d’être catastrophique. Il faut, donc, réaliser et exécuter des opérations d’investissement». 

 


Recommandé pour vous

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage d’Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a …

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs exp…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandémi…

Maroc : la croissance prévue à 1,5% en 2022 et à 4,5% en 2023

Temps de lecture : 6 minutes

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, a présenté, mercredi 27 juillet, devant la Commission des finances et du développe…

L’essentiel de la note de conjoncture de la DEPF

Temps de lecture : 7 minutes

La croissance de l’économie mondiale devrait nettement ralentir en 2022. C’est ce qui ressort de la note de conjoncture du mois de juillet de l…

Maroc Telecom : un opérateur en perte de vitesse

Temps de lecture : 6 minutes

Les résultats de l’opérateur historique pour le premier semestre 2022 ont été dévoilés ce mardi 26 juillet au lendemain de la publication d’un …

BAM : ce qu’il faut retenir du 18e rapport annuel sur la supervision bancaire

Temps de lecture : 4 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) a présenté, lundi 25 juillet à Casablanca, la 18e édition de son rapport annuel sur la supervision bancaire au titre de l…

Emploi : l’ANAPEC adopte une nouvelle organisation

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri, a présidé, vendredi 22 juillet…