Temps de lecture : 1 minute


Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Temps de lecture : 1 minute

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 1 minute

La période post-Covid a été marquée par une redynamisation du marché de l’emploi au Maroc. La perception de l’activité professionnelle change graduellement chez les jeunes, qui recourent de plus en plus à l’entrepreneuriat. Selon le Haut-Commissariat au plan (HCP), au cours du premier trimestre de l’année 2022, le taux de chômage est passé de 12,5% à 12,1% au niveau national. Avec une baisse de 68.000 chômeurs, le volume du chômage au Maroc a atteint 1.466.000 personnes. Alors, quel est le lien entre la baisse du chômage et le recours à l’entrepreneuriat ?

Temps de lecture : 1 minute

Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au plan (HCP) relatives à l’emploi montrent une légère baisse du taux de chômage. Passée de 12,5% à 12,1%, au cours du premier trimestre de l’année 2022, cette légère baisse intervient en faveur de la dynamique observée depuis plus de neuf mois dans la majorité des secteurs productifs. Ainsi, plusieurs secteurs ont créé des emplois, notamment 85.000 postes au niveau des services, 29.000 pour le Bâtiment et travaux publics (BTP) et 13.000 pour l’industrie. Toutefois, le secteur de l’agriculture, forêt et pêche a perdu 183.000 emplois.

Aujourd’hui, l’accès au marché de l’emploi n’est plus limité aux secteurs public ou privé. Au Maroc, la stratégie gouvernementale pour booster l’écosystème de l’entrepreneuriat encourage les porteurs de projets à se lancer dans ce défi. La promotion de l’entrepreneuriat a été donc mise au cœur du Nouveau modèle de développement (NMD). Outre les nouvelles recommandations du NMD, plusieurs initiatives ont été prises pour soutenir l’entrepreneuriat dans le pays.

La facilitation des démarches administratives et l’accès au financement sont devenus un axe majeur du plan de relance de l’économie nationale. Que ce soit auprès des banques, via les programmes gouvernementaux ou des emprunts, les sources de financement ne représentent plus un blocage pour les personnes intéressées. Il faut rappeler également que la majorité des études montrent que les sociétés entrepreneuriales sont celles qui créent le plus de richesse et de valeur.

Entrepreneuriat : le refuge des idées innovantes

Pour appuyer les jeunes porteurs de projets et consolider l’économie nationale, le gouvernement a adopté plusieurs dispositifs pour encourager l’entrepreneuriat. Selon le rapport « Global entreprenership monitoring » de 2018, plus de 100.000 entreprises ont été créées entre 2017-2019, et plus de 58.000 en 2021. Soit un chiffre record ! Pour les programmes de financement, les facilités mises en place, attirent de plus en plus les porteurs d’idées.

À titre d’exemple, Intelaka est un programme qui offre une nouvelle génération de produits de garantie et de financement à destination des porteurs de projets, des autoentrepreneurs et des très petites entreprises (TPE). Il s’articule autour de trois axes majeurs, notamment le financement de l’entrepreneuriat, la coordination des actions d’appui et l’accompagnement. À l’instar d’Intilaka, le programme Forsa vise à réaliser 10.000 projets d’ici la fin de 2022. Doté d’un budget pour cette année de 1,25 milliard de DH (MMDH), ce programme offre un financement allant jusqu’à 100.000 DH, dont une subvention de 10.000 DH. De plus, ce dispositif d’accompagnement comprend une formation en e-learning pour l’ensemble des projets retenus, suivie d’une incubation de 2,5 mois au profit des projets les plus innovants.

Un autre programme de développement, de formation et d’accompagnement a été également lancé à cet égard. 1.000 Fikra vise à convertir 1.000 idées en 1.000 entreprises. L’accès est ouvert à tous les Marocains, sans conditions liées aux niveaux d’étude, expérience ou diplôme. Concernant le financement, le programme offre un budget qui s’élève à 200.000 DH, sous forme d’une subvention ou d’un prêt d’honneur.

Pour cette forte redynamisation du secteur de l’emploi, Tawhid Chtioui, président du groupe ISGA et expert dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la formation, nous explique que «les générations d’aujourd’hui, entrepreneurs de la technologie et du web, le modèle traditionnel du CDI, la relation de subordination avec un employeur, ne les attirent pas. Ils gagnent même plus en travaillant en freelance tout en continuant leur progression et leur apprentissage grâce à la diversité des missions et des contextes».

Selon l’enquête publiée par l’ISGA sur les offres de l’emploi au Maroc, les freelancers représentent plus de 30% de la main-d’œuvre mondiale en 2020. L’expert souligne que «ce mouvement est irréversible et devrait pousser les entreprises à repenser l’organisation du travail, les modes de management et les relations avec leurs salariés au risque de voir disparaitre complètement le statut de salarié… (Aux États-Unis, 99% des créations d’emploi de 2000 à 2011 ont été le résultat de la progression du travail indépendant, ce qui conduit certains éditorialistes américains à parler d’une « Freelance Nation »».


Recommandé pour vous

L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvelle…

Flambée des prix du carburant : la guerre en Ukraine, les solutions et les recommandations

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la tendance était plutôt à la baisse ces dernières semaines, voilà que les prix des carburants augmentent de nouveau. D’habitude, il …

EMEC Expo 2022 : comme si vous y étiez !

Temps de lecture : 3 minutes

Hier, jeudi 19 mai, s’est clos le salon EMEC Expo, qui a duré deux jours. Cette édition tant attendue fut l’occasion pour les participants de s…

CMC : une publication spéciale sur « l’instabilité des marchés »

Temps de lecture : 4 minutes

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n° 345). Il s’agit d’…

EMEC EXPO est de retour sous le thème «La transformation digitale de l’entreprise»

Temps de lecture : 2 minutes

La transformation digitale révolutionne l’ensemble des organisations. Aujourd’hui, les entreprises n’ont d’autres choix que d’embrasser ce chan…

Flambée des prix : les explications de Fouzi Lekjaa

Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, est revenu sur les c…

Blé : l’interdiction d’exportation de l’Inde secoue les marchés internationaux

Temps de lecture : 3 minutes

Les prix du blé ont augmenté de plus de 60% cette année, en raison des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À eux seuls, ces deux p…

Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées

Temps de lecture : 4 minutes

L’ouverture des frontières avec plusieurs pays, ainsi que celles avec l’Espagne, Sebta et Melilia, marque la relance officielle du secteur tour…

Location de voitures : difficile reprise pour les professionnels

Temps de lecture : 3 minutes

Si la réouverture des frontières, l’allègement de certaines restrictions sanitaires et le retour de l’opération Marhaba donnent de bonnes persp…

Saison estivale : 2022, l’année de la relance ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux saisons estivales, partiellement percutées par la crise sanitaire de la Covid-19, l’été 2022 s’annonce radieux. À fin 20…

Le climat des affaires « normal » pour 57% des patrons

Temps de lecture : 2 minutes

Les résultats de l’édition trimestrielle (T1-2022) de Bank Al-Maghrib sur le climat général des affaires révèlent une légère baisse par rap…

ISGA : enquête sur les offres d’emploi au Maroc en 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Le marché de l’emploi au Maroc est en constante mutation. Chaque année, de nouvelles tendances professionnelles sont créées pour répondre aux …