La famille de la Sûreté nationale célèbre, ce lundi, le 66ème anniversaire de sa création ©DR

Temps de lecture : 5 minutes


DGSN : 66 ans de dévouement au service du citoyen et de la patrie

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

L’institution de la sûreté nationale célèbre, ce lundi, le 66ᵉ anniversaire de sa création. Une occasion pour revenir sur le travail des éléments de ce corps engagé au service de la patrie et des citoyens. Depuis sa création, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a inauguré plusieurs chantiers sécuritaires d’envergure. Il s’agit, entre autres, du nouveau laboratoire national de la police scientifique et technique et de la mise en place de nouveaux outils digitaux. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc célèbre ce lundi le 66e anniversaire de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Créée en 1956, cette institution adopte une stratégie d’action proactive pour faire face au crime sous toutes ses formes. La DGSN a ainsi œuvré à moderniser d’une manière constante les différentes structures de police. Elle a également œuvré à offrir le soutien logistique et technique à toutes ses unités et à investir dans le capital humain.

Lire aussi: Trafic de drogue et usage d’armes à feu : 9 interpellations à Al Hoceima (DGSN)

Plans d’action intégrés durant l’état d’urgence sanitaire liée à la Covid-19

La célébration du 66e anniversaire intervient dans un contexte d’assouplissement des mesures de prévention prises par les autorités sanitaires du Royaume. Durant cette période de lutte contre la pandémie de la Covid-19, la Direction a mobilisé tous ses moyens logistiques et toutes ses ressources humaines pour préserver la santé et la sécurité des citoyens. Elle a aussi contribué aux efforts publics pour atténuer les incidences de cette crise.

La DGSN a mis au point des plans d’action intégrés durant l’état d’urgence sanitaire. Il s’agit notamment de l’application des mesures du confinement, de la lutte contre la criminalité, de la préservation de la sûreté publique, du renforcement du sentiment de sécurité et de la lutte contre les fake news.

Ces dispositions ont aidé à surmonter les effets de la pandémie, et ce aux côtés de l’ensemble des intervenants en première ligne sur le front de la lutte anti-Covid.

Lire aussi: DGSN : saisie record de 31 tonnes de chira à Tanger

Consolidation de la présence digitale

Pour assurer une meilleure interaction avec les citoyens, la DGSN a lancé une plateforme électronique « covid.dgsn.gov.ma« . Cette dernière est un outil de communication qui permet aux citoyens de dénoncer les violations des dispositions de l’état d’urgence sanitaire.

La DGSN a consolidé sa présence sur les plateformes et réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook.

Lire aussi: ADD-DGSN : lancement du service de vérification des usagers des services numériques

Parallèlement à son rôle pendant la crise sanitaire, la DGSN s’est engagée dans plusieurs actions. Il s’agit entre autres du lancement de plusieurs chantiers sécuritaires structurés et de la formation du capital humain.  De plus, la DGSN a procédé à l’inauguration des nouveaux sièges du Laboratoire national de la police scientifique et technique, de la Brigade nationale de la police judiciaire, ainsi que du Club équestre de la DGSN.

 

Intérêt marqué aux chantiers de qualification des ressources humaines

Ces dernières années, la DGSN a porté un intérêt marqué aux chantiers de qualification des ressources humaines.

Il s’agit d’une réforme profonde et globale qui s’est étendue à tous les parcours professionnels des éléments de sûreté. Elle concerne aussi le processus de la consolidation de la bonne gouvernance relative aux différents mécanismes de travail techniques et logistiques des ressources humaines. Ces dernières ont été notamment renforcées par une forte présence de femmes.

 

Nouveau laboratoire national de la police scientifique et technique

Le nouveau laboratoire national de la police scientifique et technique est édifié sur une superficie d’environ 8600 m2. Il est composé de six étages, d’un sous-sol et de cinq plateformes techniques équipées pour accueillir plusieurs services. Il s’agit de :

  • Service de la biologie légale ;
  • Service de chimie ;
  • Service des drogues et de toxicologie ;
  • Service des preuves pénales ;
  • Service dédié à l’empreinte héréditaire ;
  • Service administratif et de gestion des affaires des fonctionnaires ;
  • Filières de la logistique, des saisies et preuves, de l’évaluation de la qualité et la sécurité et de la sécurité des systèmes d’information.

La DGSN a également procédé à l’équipement de la division chargée de l’ADN ou l’empreinte héréditaire par des mécanismes minutieux et très développés. Ces mécanismes constituent les premiers de leur genre à l’échelle africaine en matière d’extraction de l’ADN.

Ce laboratoire a été doté d’un mécanisme de nouvelle génération pour effectuer des expertises génétiques. Ces dernières permettent de traiter 20.000 unités d’ADN en une puce pour identifier l’appartenance géographique des personnes poursuivies dans des affaires pénales. Elles permettent de plus l’identification des victimes des catastrophes naturelles de différents types.

 

Nouveau siège de la Brigade nationale de la police judiciaire

Le nouveau siège de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) est édifié sur près de 16.000 m². Il est composé de huit étages, dont deux sous-sols. Il a été équipé pour abriter les bureaux spécialisés de la BNPJ dans les domaines de lutte contre : le crime terroriste, l’extrémisme violent, le crime transfrontalier, le trafic de drogues et de psychotropes, l’immigration illégale, le crime économique et financier, le blanchiment d’argent et les crimes liés aux nouvelles technologies.

La DGSN cherche, entre autres, à exécuter les commissions rogatoires et à développer les mécanismes de coopération internationale en matière sécuritaire. Elle a aussi pour objectif d’optimiser la performance en matière des enquêtes et investigations liées aux grands crimes menaçant la sécurité du Maroc et des Marocains.

 

Club équestre de la DGSN

Le club équestre de la DGSN s’étale sur une superficie de près de dix hectares. Il offre des formations policières dans les domaines de cavalerie, de distraction et de compétition en équitation.

 

Cette structure abrite une unité de formation offrant des formations spécialisées et continues au profit des éléments des brigades de cavalerie. Elle est dotée d’équipements et de dépendances pensés selon des techniques modernes en matière de formation théorique et appliquée, notamment en ce qui concerne l’élevage des chevaux et leur dressage. Objectif : mener à bien différentes missions à caractère sécuritaire.

En inaugurant ces projets sécuritaires d’envergure, la DGSN vise à hisser le système policier pour qu’il réponde aux aspirations des citoyens et pour relever les défis dictés par le crime dans sa dimension transfrontalière. Le but est de préserver la sécurité et l’ordre publics, de garantir les droits et les libertés des citoyens et de cimenter davantage la stature du Maroc aux niveaux régional et international aux plans de la stabilité et de la sécurité.


Recommandé pour vous

La variole du singe ou « Monkeypox » : faut-il s’inquiéter d’une nouvelle pandémie ?

Temps de lecture : 3 minutes

La variole du singe ou « Monkeypox » est une maladie qui a été détectée pour la première fois, chez l’être humain, en 1970. Depuis, son apparit…

ENCG Casablanca : la grogne des enseignants contre la direction

Temps de lecture : 4 minutes

Les professeurs de l’École nationale de commerce et de gestion de Casablanca (ENCGC) ont annoncé qu’un sit-in sera organisé devant la direction…

INDH : l’inclusion des jeunes est une priorité

Temps de lecture : 5 minutes

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) fête ce 18 mai son 17e anniversaire. Cette occasion est célébrée sous le thème « la …

Covid-19 : entre allègement des restrictions et hausse des cas

Temps de lecture : 3 minutes

Après plusieurs semaines d’accalmie, les indicateurs épidémiologiques ont repris une tendance ascendante ces derniers jours. Même après la levé…

Comment le Maroc est devenu une référence dans la lutte contre le terrorisme ?

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis les attentats terroristes de Casablanca du 16 mai 2003, le Maroc, conformément à la vision du roi Mohammed VI, a mis en place une straté…

Situation des droits de l’Homme au Maroc : ce qu’il faut retenir du rapport du CNDH

Temps de lecture : 3 minutes

Il s’agit d’un rapport d’environ 300 pages et dont les principaux points ont été présentés vendredi par la présidence du Conseil, Amina Bouayac…

Journée internationale des infirmiers : retour sur les difficultés de ce métier

Temps de lecture : 5 minutes

La pandémie de la Covid-19 a rappelé l’importance de toutes les composantes du système sanitaire. Médecins, infirmiers, techniciens et administ…

Santé : la jeunesse au cœur des politiques publiques

Temps de lecture : 3 minutes

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Aït Taleb, a indiqué que l’investissement dans la santé des jeunes et des moins jeu…

Les futurs médecins face à une situation sociale difficile

Temps de lecture : 3 minutes

La Commission nationale des étudiants en médecine, en médecine dentaire et en pharmacie du Maroc (CNEMEP) a livré les conclusions d’une enquête…

Gouvernement vs Contractuels : les solutions proposées par Chakib Benmoussa

Temps de lecture : 3 minutes

Pour cette année scolaire, les jours de grèves des enseignants contractuels ont dépassé les 50 jours. Au cours des derniers mois, des grèves ét…

Nouveau CHU Ibn Sina : une structure sanitaire de référence

Temps de lecture : 5 minutes

La réalisation du nouvel hôpital Ibn Sina de Rabat, dont les travaux de construction ont été lancés jeudi par le roi Mohammed VI, s’inscrit da…

Crise hydrique : exacerbation de la pénurie d’eau au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

54 est le nombre de villes et villages au Maroc touchés par les perturbations d’approvisionnement en eau potable. En mars, le ministre de l’Éq…