Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Économie / Croissance au Maroc : les prévisions optimistes de la BERD

Croissance au Maroc : les prévisions optimistes de la BERD

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) vient de publier son rapport sur les perspectives économiques régionales. Le document offre une analyse détaillée des perspectives économiques dans ses régions d’intervention, et dresse les principaux facteurs ayant influencé la croissance économique en 2023, ainsi que les prévisions pour 2024. Les détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Le dernier rapport de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) décrit les dynamiques économiques des régions qu’elle soutient. Il met en lumière les défis actuels, comme les effets persistants de la guerre en Ukraine, les fluctuations des prix de l’énergie et les tensions géopolitiques.

Pour cette année, la BERD prévoit une reprise modérée, tout en signalant des risques et des obstacles possibles. Le rapport examine également des sujets clés comme l’inflation, les rendements obligataires et les investissements directs étrangers.

Lire aussi : Le FMI prévoit une croissance de 3,1% pour le Maroc

Maroc-BERD : une croissance à 3% en 2024

Selon la BERD, l’économie nationale devrait croître de 3% en 2024, puis atteindre 3,6% en 2025. Cette prévision repose sur une reprise de la demande extérieure et un regain de l’investissement public. La BERD note que, après un ralentissement en 2022, la croissance du PIB marocain s’est accélérée pour atteindre 3,2% en 2023, grâce à la reprise du secteur agricole, aux fortes recettes touristiques et à la croissance du secteur des transports.

L’institution basée à Londres souligne également la résilience de l’économie marocaine face au tremblement de terre de magnitude 6,8 qui a frappé la région d’Al Haouz en septembre 2023, causant des dégâts considérables. Malgré les dépenses supplémentaires liées aux efforts de reconstruction post-séisme et à l’augmentation des dépenses de protection sociale ciblées, la BERD affirme que le gouvernement continue d’avancer sur une trajectoire d’assainissement budgétaire progressif. Cette stratégie budgétaire repose sur une mobilisation efficace des ressources intérieures.

Par ailleurs, la croissance dans les régions de la BERD a ralenti, passant de 3,3% en 2022 à 2,5% en 2023, un chiffre inférieur à la moyenne mondiale de 2,7%. Cette baisse s’explique par la guerre en Ukraine, les prix de l’énergie encore élevés en Europe, et l’essoufflement de la reprise post-Covid dans le secteur des services. Cependant, la BERD prévoit une reprise de la croissance à 3% en 2024, bien que cette projection ait été révisée à la baisse de 0,2 point. Ceci en raison de la faiblesse de la croissance en Europe centrale et dans les États baltes, qui est en ligne avec la faible performance économique de l’Allemagne.

Lire aussi : Sécheresse et croissance : Nadia Fettah fait le point sur l’économie du Royaume

Perspectives régionales et inflation

Dans les régions méridionales et orientales de la Méditerranée (région SEMED), où la BERD investit depuis 2018 via un fonds fiduciaire, l’activité économique devrait être plus faible que prévu. Cela s’explique par les répercussions de la guerre à Gaza, les défis structurels et le lent progrès des réformes en Égypte. Par ailleurs, le commerce intermédiaire en Asie centrale semble avoir atteint un plateau et devrait contribuer modestement à la croissance par rapport aux deux dernières années.

En ce qui concerne l’inflation dans les régions de la BERD, elle a diminué, passant de 17,5% en octobre 2022 à 6,3% en mars 2024. Toutefois, elle reste deux points au-dessus de la moyenne pré-pandémique, un phénomène observé également dans les économies avancées. Dans certaines économies, la BERD indique que les augmentations de prix cumulées depuis février 2022 ont dépassé 30 %, avec une inflation plus élevée dans les pays ayant des politiques budgétaires plus expansives et des cadres macroéconomiques plus faibles.

Les rendements obligataires des gouvernements sur cinq ans dans les régions de la BERD ont augmenté de trois points entre février 2022 et avril 2024. Cela reflète le resserrement monétaire dans les économies avancées et une réévaluation des risques économiques et géopolitiques. Le vingtième anniversaire de l’adhésion à l’UE de huit économies de la BERD est marqué par une croissance rapide des revenus par habitant, grâce à une intégration profonde dans les chaînes d’approvisionnement européennes et mondiales.

Tensions géopolitiques et croissance future

La croissance en Europe centrale et dans les États baltes devrait passer de 0,1% en 2023 à 2,2% en 2024 et 3,1% en 2025, bien que certaines révisions à la baisse aient été faites. De même, le sud-est de l’UE bénéficie de politiques budgétaires accommodantes et d’une forte augmentation des salaires réels, avec une croissance prévue à 2,8% en 2024 et à 3,1% en 2025. Les Balkans occidentaux suivent une trajectoire similaire, avec une croissance prévue de 2,5% en 2023 à 3,3% en 2024, puis à 3,7% en 2025.

En Asie centrale, la croissance devrait ralentir de 5,7% en 2023 à 5,4% en 2024, avant de rebondir à 5,9% en 2025. Pour le Caucase, la croissance est projetée à 3,8% en 2023, à 4,1% en 2024, puis à se stabiliser autour de 3,5% en 2025. La Turquie, quant à elle, devrait voir sa croissance ralentir de 4,5% en 2023 à 2,7% en 2024, avant de remonter à 3% en 2025. Enfin, la région sud et est de la Méditerranée est prévue de croître à 3,4% en 2024 et à 3,9% en 2025.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Croissance BERD

Petits agriculteurs : quel avenir dans ce contexte hydrique ?

L'agriculture, locomotive de l'économie marocaine, occupe une place centrale dans les discours royaux. Face à la raréfaction de l'eau, l'Ins…
Croissance BERD

Culture agricole : rien ne va plus pour les melons et les pastèques

Ce n’est vraiment pas un temps à être agriculteur. Ces dernières années, ils ont été parmi les premières victimes des changements climatique…
Croissance BERD

Campagne agricole 2023/24 : quelles solutions en temps de crise?

Environ 1,1 million de quintaux de semences céréalières certifiées ont été distribués à des tarifs subventionnés pour cette année. Les prix …
Croissance BERD

Fraises marocaines : comment l’UE s’est prise à son propre jeu

Les fraises marocaines suscitent une méfiance chez les consommateurs espagnols, alimentée par la désinformation et les préoccupations sanita…
Croissance BERD

Tarification du carbone : clé de voûte de la lutte contre le changement climatique

Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, la corrélation entre les activités économiques et les émissions de gaz à effet de serre (GES…
Croissance BERD

L’entrepreneuriat vu par l’Observatoire marocain des très petites, petites et moyennes entreprises (OMTPME)

L’emploi des jeunes reste un défi majeur en Afrique et le Maroc ne fait pas exception à la règle. Face à la capacité limitée du marché de tr…
Croissance BERD

Baromètre des flottes et de la mobilité : quel est le moral des entreprises ?

Vous l’aurez compris, les gestionnaires de flottes marocains expriment un optimisme notable quant à l'avenir de leurs parcs automobiles. Sel…
Croissance BERD

Décompensation du gaz butane : le gouvernement passe à l’action

C'est décidé depuis plusieurs mois : le gouvernement Akhannouch a opté pour une suppression progressive des subventions des produits de prem…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire