Temps de lecture : 6 minutes

Accueil / Politique / Bilan de mi-mandat : l’opposition dénonce, le gouvernement réplique

Bilan de mi-mandat : l’opposition dénonce, le gouvernement réplique

Temps de lecture : 6 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Face à une opposition unanime, le gouvernement est accusé d’échec dans sa politique socio-économique. Les partis USFP, MP, PPS et PJD critiquent vivement les réformes en déplorant des dysfonctionnements dans des secteurs clés comme la santé, la protection sociale et l’éducation. Malgré les annonces de revalorisation des salaires, ils estiment que beaucoup reste à faire. En réponse, Akhannouch a détaillé les réalisations et engagements de son gouvernement, mettant en avant le dialogue social et les mesures telles que la protection du pouvoir d’achat, l’augmentation du salaire minimum et les soutiens directs pour le logement.

Temps de lecture : 6 minutes

Les quatre partis d’opposition (USFP, MP, PPS, PJD) ont vivement critiqué la politique socio-économique de l’exécutif lors de leur intervention ce mercredi 8 mai, à la Chambre des représentants. Réagissant au bilan de mi-mandat présenté par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, les opposants ont unanimement qualifié ce bilan d’«échec», ébranlant ainsi la majorité parlementaire.

Lire aussi : Bilan à mi-mandat : les réalisations et défis du gouvernement d’Aziz Akhannouch

Malgré les louanges pour la rare présence d’Akhannouch au parlement, l’opposition a sévèrement critiqué son bilan. Les partis de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), du Mouvement populaire (MP), du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et du Parti justice et développement (PJD) ont dénoncé des «dysfonctionnements divers» dans les réformes de la santé, de la protection sociale, de l’éducation, et dans les aides directes aux plus démunis. Bien qu’ils aient reconnu les « réformes administratives » entreprises, ils insistent sur le fait que « beaucoup reste à faire sur le terrain ».

Les leaders Abderrahim Chahid (USFP), Driss Sentissi (MP), Rachid Hamouni (PPS) et Abdellah Bouanou (PJD) ont chacun attaqué les réalisations revendiquées par le gouvernement, rejetant le terme de «l’État social» utilisé par l’exécutif. Rachid Hamouni du PPS a vivement critiqué la réforme de la protection sociale, affirmant que le système AMO Tadamoun ne couvrait que 4 millions de bénéficiaires, laissant 8 millions de personnes sans couverture. «Vos réformes sont des déclarations d’intention qui restent à prouver sur le terrain», a-t-il déclaré.

L’opposition critique les politiques économiques

Rachid Hamouni a également fustigé l’aide directe aux démunis, qu’il a qualifiée de fiasco, accusant le gouvernement d’avoir exclu des familles sélectionnées initialement pour des raisons telles que la possession d’un poste de télévision ou d’un téléphone portable. Il a également dénoncé la réduction des montants perçus, précisant que les bénéficiaires de l’aide de 500 DH ont vu cette somme réduite de 120 DH pour couvrir la cotisation à l’AMO.

L’opposition a également critiqué la récente augmentation du SMIG et des salaires des fonctionnaires, la jugeant «insuffisante face à l’inflation et à la flambée des prix, notamment des hydrocarbures». «Les réformes entreprises nécessitent une économie solide, ce qui n’est pas le cas actuellement», a ajouté le député du Parti du Progrès et du Socialisme.

Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du PJD, a critiqué l’incapacité du chef du gouvernement à atteindre les objectifs de son programme. «Le taux de croissance n’a pas dépassé 2,8%, tandis que près de 14.000 entreprises ont fait faillite, ce qui a contribué à un taux de chômage de 13,7% », a-t-il affirmé.

Lire aussi : Bilan de mi-mandat : tous les signaux sont au vert pour Aziz Akhannouch

Aziz Akhannouch contre-attaque

En réaction aux critiques, Aziz Akhannouch a surpris l’assistance en présentant des pancartes détaillant les réalisations et les budgets alloués. «Quand on s’engage, on exécute», a-t-il affirmé, précisant que l’exécutif s’est engagé sur «40 objectifs» dont la majorité a été accomplie, mentionnant notamment l’accord sur le dialogue social signé à la veille du 1er mai.

Le chef du gouvernement a mis en avant les avancées sociales, notamment la protection du pouvoir d’achat par la revalorisation des salaires dans les secteurs public et privé, une augmentation de 20% du salaire minimum pour les activités non agricoles et de 25% pour les activités agricoles, ainsi que des soutiens directs pour le logement et la stabilisation des prix de l’électricité et des transports.

Il a souligné que des efforts sont en cours pour garantir la viabilité financière des divers programmes sociaux, incluant l’assurance maladie obligatoire, l’aide sociale directe et l’aide au logement, tous initiés en début de mandat, conformément à la vision stratégique ambitieuse du roi Mohammed VI.

Le chef du gouvernement prévoit une stabilité des dépenses sociales

Aziz Akhannouch a souligné la croissance des ressources du fonds d’appui à la cohésion sociale et a annoncé que les dépenses d’aide directe se stabiliseront à 38 milliards DH (MMDH) d’ici 2026. Il a précisé que l’augmentation des ressources budgétaires permettra de soutenir les dépenses liées au dialogue social, qui dépasseront les 44 MMDH d’ici 2026.

Il a expliqué que la durabilité des programmes sociaux repose sur l’amélioration des ressources financières de l’État par une gestion rigoureuse des finances publiques et la mise en œuvre de la loi-cadre de réforme fiscale. Il a noté que les recettes fiscales ont atteint près de 325 MMDH en 2023, enregistrant une hausse d’environ 100 MMDH par rapport à 2020.

Le chef du gouvernement a affirmé que 70% des familles marocaines ont bénéficié des mesures du programme gouvernemental, soulignant que les récentes initiatives, notamment l’accord social, ont eu un impact concret sur la vie quotidienne de la majorité des familles.

Lire aussi : Bilan à mi-mandat : Aziz Akhannouch face aux médias

Akhannouch met en avant les succès économiques

Aziz Akhannouch a mis en avant le succès du gouvernement dans la maîtrise de l’inflation, qui est passée de 9,1% au premier trimestre 2023 à 1,2% en 2024. Il a attribué cette baisse aux programmes gouvernementaux dans les secteurs de l’agriculture et des transports.

Le chef du gouvernement a également insisté sur l’importance de créer des emplois déclarés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), assurant ainsi aux salariés et à leurs familles tous leurs droits sociaux. Il a annoncé la création de plus de 621.000 emplois au cours des deux dernières années.

Concernant la promotion de l’investissement, Akhannouch a souligné les signes positifs observés au début de 2024, grâce à la reprise de l’économie nationale et à l’amélioration de l’attractivité du climat des affaires. Les investissements directs étrangers ont connu une augmentation notable de 25% par rapport à la même période de l’année précédente.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 6 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Bilan de mi-mandat

Au carrefour des crises : la métamorphose du partenariat Maroc-UE

Lancée en 2004, la Politique européenne de voisinage (PEV) s'est imposée comme le cadre régissant les interactions de l'Union européenne ave…
Bilan de mi-mandat

Parlement : la charte d’éthique est-t-elle la solution miracle ?

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, la Cour constitutionnelle a démis plusieurs parlementaires de leurs fonctions. Pour certaine…
Bilan de mi-mandat

Quand l’Algérie défie toute logique !

Quelle mouche a encore piqué l'Algérie ? Cette question, résonnant avec un mélange d'incompréhension et de consternation, émerge au cœur d'u…
Bilan de mi-mandat

Bilan à mi-mandat : Aziz Akhannouch face aux médias

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a récemment été interviewé par, conjointement, les deux chaînes nationales, Al Oula et 2M. Cet ent…
Bilan de mi-mandat

Bilan à mi-mandat : les réalisations et défis du gouvernement d’Aziz Akhannouch

Dès l'ouverture de son discours, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a célébré les réussites diplomatiques du Royaume, soulignant les …
Bilan de mi-mandat

18e Congrès de l’Istiqlal : vers une nouvelle dynamique politique et idéologique

La commission préparatoire du 18e congrès du Parti de l'Istiqlal est en pleine effervescence avec la réception de 107 demandes de candidatur…
Bilan de mi-mandat

Rapport SIPRI : le Maroc réduit ses dépenses militaires

Le très attendu rapport de l'nstitut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) vient d'être publié. L'institut spécialise …
Bilan de mi-mandat

Sahara : le blocage politique et l’implication algérienne discutés au Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni mardi à huis clos pour examiner les derniers développements dans le dossier du Sahara. La réunio…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire