Alerte sur la santé mentale des futurs médecins

Temps de lecture : 5 minutes


Alerte sur la santé mentale des futurs médecins

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Visiblement, nos futures « blouses blanches » ne vont pas bien. Le suicide d’un jeune doctorant en médecine met en lumière la situation des médecins interne au Maroc et les risques psychosociaux qu’ils affrontent. Il relance surtout le débat sur les conditions de formation, le manque d’encadrement et le rythme de travail acharné de ces jeunes. Si le système de santé est déjà en souffrance, il en ressort aujourd’hui que certains futurs soignants se trouvent face à une escalade mortifère. Le point sur ce mal-être réel.

Temps de lecture : 5 minutes

Le drame s’est produit il y a quelques jours. Yassine Rachid était un jeune médecin interne en urologie. Il était résident du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Ibn Rochd à Casablanca, avant de le quitter pour rentrer en France où il a été retrouvé mort dans sa chambre. Selon ses collègues, le défunt aurait subi des pressions et du harcèlement et aurait été privé de pratiquer la chirurgie pendant une longue durée, sur décision de ses supérieurs.

Suite à sa disparition, des étudiants en médecine, médecins internes et résidents du Maroc ont tenu un sit-in en hommage à leur confrère dans tous les hôpitaux universitaires du pays, en portant des brassards noirs. Un communiqué conjoint de la Commission nationale des médecins internes et résidents (CNIR) et de la Commission nationale des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie (CNEMEP) a été également publié pour exprimer l’indignation du secteur. Les deux organismes dénoncent surtout le silence des responsables et réclament la publication des résultats de l’enquête. De nombreux hommages ont été aussi rendus sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Les futurs médecins face à une situation sociale difficile

 

Injustice et humiliation

Le phénomène d’épuisement et parfois de harcèlement, dont les médecins internes sont victimes et qui pousse certains jusqu’au suicide, existe depuis toujours. D’ailleurs, La CNIR estime que Yassine Rachid a été victime, comme la plupart des médecins internes et résidents, d’intimidation systématique tout en étant soumis en permanence à une forte pression psychologique et émotionnelle négative.

«Nous exprimons notre profond regret pour ce qui nous a été dit de la situation difficile qu’il a vécue pendant sa formation, ainsi que les circonstances de son décès. Nous condamnons tous les actes et méthodes honteux qui entraînent une pression psychologique et une coercition physique pour les étudiants et les médecins pendant leur formation, ainsi que toutes les formes d’abus et d’extorsion à l’intérieur et à l’extérieur du lieu de travail», indique la CNEMEP. Selon ladite commission, ces pratiques entraînent des conséquences inimaginables, pouvant aller jusqu’au suicide.

La famille du défunt est aussi sortie de son silence, confirmant les pressions et les humiliations qu’a subies le jeune médecin, en plus des sanctions « non justifiées » dont il a fait l’objet au sein du CHU Ibn Rochd. Ses proches réclament aujourd’hui une enquête judiciaire. Selon eux, les responsables de sa mort ne doivent pas rester impunis. Et pour ce faire, des procédures sont déjà lancées pour que justice lui soit rendue.

Lire aussi : Les médecins du public en grogne contre Fouzi Lekjaa

 

Des données inquiétantes

Les études médicales sont connues pour être longues et pénibles, laissant peu de temps aux loisirs. Après avoir obtenu leurs diplômes, les médecins relèvent le défi d’internat et de résidanat. Une période qui s’avère être source de stress chronique élevée et de contraintes professionnelles susceptibles de dégrader l’état de santé́ psychique pouvant conduire à des burnouts, troubles anxieux et dépressifs.

Il est donc temps de briser le tabou sur ces jeunes et futurs médecins, qui se trouvent souvent en position de devoir compenser les failles du système. La médiatisation de ce phénomène semble aujourd’hui plus que nécessaire pour éveiller les consciences. Cependant, peu d’études ont été réalisées sur ce sujet.

La dernière en date remonte à 2020. Une enquête intitulée « Les idées et les tentatives de suicide chez les étudiants en médecine au Maroc » a révélé que les idées et les tentatives de suicide sont une problématique sérieuse chez les étudiants en médecine au Maroc et les constats sont particulièrement inquiétants.

Parmi 600 étudiants participant à l’enquête, répartis sur les sept facultés de médecine et de pharmacie au Maroc, 5% avaient fait au moins une tentative de suicide et 31% avaient eu des idées suicidaires. Ces idées étaient associées d’une façon statistiquement significative à la consommation de substances psychoactives et à la mauvaise santé psychique. Les auteurs de l’étude avaient d’ailleurs alerté sur l’urgence de prendre des mesures de prévention et de soutien afin de limiter ce phénomène.

Lire aussi : Réforme de la santé : une démarche historique, selon Aït Taleb

Enfin, les solutions doivent émerger d’un travail de réflexion, se basant sur les revendications syndicales du secteur. En l’état actuel, les mesures de changement nécessitent des expertises multiples et se doivent d’être au service des patients, des étudiants, futurs médecins et, in fine, de la société.


Recommandé pour vous

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas o…

Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes

Instauré principalement dans le but de réaliser des économies d’énergie, le changement d’heure …

Apprentissage et développement humain : les chiffres inquiètent

Temps de lecture : 5 minutes

Bien que l’apprentissage soit la clé du développement humain, le Maroc a encore du mal à s&rsqu…

Statut des enseignants-chercheurs : une réunion attendue avec le chef du gouvernement

Temps de lecture : 4 minutes

Les enseignants-chercheurs ne sont pas encore parvenus à un accord définitif sur la nouvelle ré…

Pénurie d’eau : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 4 minutes

Le stress hydrique touche plusieurs régions du monde, dont le Maroc. Cette crise est due à plus…

CCME : 95% des jeunes marocains résidant en Europe visitent le Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un sondage qui vient confirmer l’attachement inébranlable que vouent les jeunes ressortis…

Avortement : retour sur les détails du décès de Meriem à Midelt

Temps de lecture : 4 minutes

Le débat sur l’avortement revient une nouvelle fois sur la scène nationale. La commune de Boumi…