Temps de lecture : 3 minutes

Maroc : le krach obligataire, une nouvelle source de fragilités

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

Les hausses des taux d’intérêt, lorsqu’elles sont brutales, ne sont jamais une bonne nouvelle pour l’économie. Le krach obligataire pourrait porter un nouveau coup dur à l’activité économique en 2023. Cela constitue une menace pour l’investissement des entreprises et des ménages mais également pour l’emploi. L’augmentation des coûts pour les entreprises risque de réduire leurs bénéfices et leur capacité à embaucher.

Temps de lecture : 3 minutes

Après la crise sanitaire, les restrictions sur la mobilité, la guerre en Ukraine et les tensions inflationnistes qui ont paralysé l’économie entre 2020 et 2022, une autre menace plane en ce début d’année. La violente hausse des taux obligataires risque de porter un nouveau coup dur à l’activité économique en 2023. En l’espace de quelques jours, c’est pratiquement dix ans de baisse des taux souverains qui ont été effacés d’un trait. Sur le marché secondaire, les hausses des rendements varient de 96 points de base à 175 points de base avec un taux à 5 ans à 3,90% contre 2,94% fin 2022. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans et 15 ans ont bondi respectivement de 99 points de base et 104 points de base. Face à une situation inédite, Bank Al-Maghrib a procédé pour la première fois au rachat d’obligations pour un montant de 15 milliards de DH, avec l’espoir d’atténuer les tensions sur le marché. 

Lire aussi : Mobilité : encore du chemin pour la libre circulation des personnes en Afrique

Les taux obligataires déterminent le coût de l’emprunt pour les entreprises et les particuliers. Le mouvement actuel, s’il persiste, aura donc des conséquences importantes sur l’économie. Dans les prochaines semaines, il pourrait être plus difficile pour les entreprises et les particuliers de se financer. Cela peut entraîner une réduction des investissements et pénaliser une croissance économique déjà ralentie par le conflit russo-ukrainien et les tensions inflationnistes.

Les ménages ayant souscrit à des crédits immobiliers à un taux variable pourraient avoir des difficultés à rembourser leurs prêts. Toutefois, très peu de ménages sont dans ce cas. L’écrasante majorité des prêts immobiliers étant contractée à taux fixe. Mais, pour les nouvelles demandes de financement, la facture risque d’être élevée. 

Lire aussi : Économies africaines : les dossiers chauds en 2023

 

Des opportunités d’investissement à saisir ?

L’envolée des taux obligataires ne fait pas que des mécontents. Pour les épargnants, une hausse des taux d’intérêt signifie que les rendements des placements à revenu fixe augmentent. Le contexte peut donc inciter les épargnants à investir davantage dans les comptes sur carnet, les fonds obligataires ou encore dans l’assurance-vie. Avec la remontée des taux, l’investissement dans ces types de placement va redevenir plus attractif que dans les actions, ce qui peut avoir un impact négatif sur la performance des marchés financiers.

Recommandé pour vous


Cameroun : assassinat-choc du journaliste Martinez Zogo

Cameroun : assassinat choc du journaliste Martinez Zogo

Le corps mutilé du journaliste camerounais Martinez Zogo a été retrouvé dim…

Mauritanie : un procès exceptionnel contre l'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz

Mauritanie : un procès exceptionnel contre l’ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz

Le procès de l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz s'est o…

Ouganda : lancement du premier programme de forage pétrolier

Ouganda : lancement du premier programme de forage pétrolier

En présence de son président, Yoweri Museveni, l’Ouganda a lancé, mardi 24 …

Sommet de Dakar sur l'Agriculture : comment nourrir l'Afrique ?

Sommet de Dakar sur l’Agriculture : comment nourrir l’Afrique ?

À Dakar s'ouvre ce mercredi un sommet co-organisé par le Sénégal et la Banq…

Nigeria : le port en eau profonde de Lekki inauguré

Nigeria : le port en eau profonde de Lekki inauguré

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a inauguré, lundi 23 janvier, le p…

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

Dédollarisation des échanges commerciaux, nouvel objectif de la Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé que la…