Temps de lecture : 7 minutes

Accueil / Monde / A l’approche de Ramadan, les Gazaouis sont dans l’impasse

A l’approche de Ramadan, les Gazaouis sont dans l’impasse

Temps de lecture : 7 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 7 minutes

L’envoyé américain auprès de l’ONU a utilisé, pour la troisième fois, son veto au Conseil de sécurité de l’ONU faisant échouer la résolution de cessez-le-feu proposée par l’Algérie. L’allié d’Israël affirme qu’elle nuirait aux négociations de trêve avec le Hamas. Le Programme alimentaire mondial a, lui, annoncé la suspension des livraisons d’aide au nord de Gaza, invoquant un «effondrement de l’ordre social» dans une zone du territoire où la faim extrême se propage au milieu d’un blocus israélien.

Temps de lecture : 7 minutes

Depuis le 7 octobre, au moins 29.313 personnes ont été tuées et 69.333 autres blessées lors des attaques israéliennes sur Gaza, a rapporté ce mercredi le ministère palestinien de la Santé. Les Nations unies ont de plus déclaré qu’un million de femmes et de filles sont déplacées à Gaza, dont la moitié à Rafah.

Lana Nusseibeh, ambassadrice des Émirats arabes unis auprès des Nations Unies, a déclaré aujourd’hui que «le niveau de souffrance humaine pour la population de Gaza est à un niveau rarement vu dans l’histoire de l’humanité. Israël a imposé une politique de punition collective au peuple palestinien».

Lire aussi : «Les portes de l’enfer se sont ouvertes» à Rafah la nuit dernière

Le chef du Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré qu’une famine pourrait survenir à Gaza si les choses ne changent pas. «Il n’est pas nécessaire qu’une famine survienne. Mais si les choses ne changent pas, cela changera», a déclaré Cindy McCain dans un article sur X.

Le Programme a, de plus, annoncé qu’il avait dû suspendre l’acheminement de l’aide dans le nord de Gaza en raison des conditions dangereuses, exposant ainsi les centaines de milliers de personnes à un risque accru de famine.

Pas de cessez-le-feu en vue

Mardi, les États-Unis ont de nouveau opposé leur veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU proposé par l’Algérie «pour mettre fin à l’agression brutale d’Israël dans la bande de Gaza», suscitant de nombreuses critiques. Cette décision était le troisième veto américain à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant un cessez-le-feu à Gaza.

«Le message donné aujourd’hui à Israël avec ce veto est qu’il peut continuer à commettre des meurtres en toute impunité», a déclaré l’envoyé palestinien à l’ONU. Le rejet d’une résolution de cessez-le-feu du Conseil de sécurité de l’ONU montre «l’approbation de la famine comme moyen de guerre», a déclaré l’ambassadeur de l’Algérie auprès de l’ONU.

L’Organisation de la coopération islamique (OCI), composée de 57 pays, faisant de l’organisation la deuxième plus grande organisation intergouvernementale après l’ONU, a déclaré dans un communiqué publié sur son site Internet qu’elle «regrettait profondément» le veto américain contre la résolution. «L’OCI renouvelle son appel à la communauté internationale, en particulier au Conseil de sécurité, pour qu’elle assume ses responsabilités et prenne des mesures urgentes pour mettre fin au génocide auquel est confronté le peuple palestinien dans la bande de Gaza», indique le communiqué.

L’administration Biden a, tout de même, proposé en alternative une résolution appelant à un cessez-le-feu temporaire et à ce qu’Israël ne poursuive pas son offensive prévue sur Rafah, dans le sud de Gaza. Le projet de texte marque la première fois que les États-Unis soutiennent explicitement un cessez-le-feu dans le conflit Israël-Hamas, tout en ajoutant que la trêve temporaire devrait être entamée «dès que possible», laissant une certaine marge de manœuvre à l’armée israélienne.

Selon un texte consulté par le média The Guardian, le projet de résolution américain indique que le Conseil de sécurité «détermine que dans les circonstances actuelles, une offensive terrestre majeure contre Rafah entraînerait des dommages supplémentaires aux civils et leur déplacement ultérieur, y compris potentiellement vers les pays voisins, ce qui aurait de graves conséquences pour la paix et la sécurité régionales, et souligne par conséquent qu’une offensive terrestre d’une telle ampleur ne devrait pas avoir lieu dans les circonstances actuelles».

Envahir Rafah dès Ramadan

Samedi, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que les Forces de défense israéliennes (FDI) entreraient dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, même si les négociateurs parvenaient à parvenir à un accord qui verrait le Hamas libérer tous les otages israéliens restants.

«Même si nous y parvenons, nous entrerons à Rafah», a déclaré Netanyahu dans un discours télévisé. «Nous allons le faire». Selon Israël, 130 otages sont toujours détenus par le Hamas.

Actuellement, 1,4 million de personnes sont entassées à Rafah. Beaucoup d’entre eux ont fui, parfois à plusieurs reprises, ailleurs dans la bande de Gaza pour trouver refuge contre les attaques israéliennes.

Lire aussi : Guerre au Proche-Orient : le «jour d’après» se dessine-t-il déjà ?

Le projet israélien d’attaquer Rafah a suscité des réactions d’inquiétude à travers le monde, même des alliés comme les États-Unis et l’Allemagne. Rejetant ces critiques, Israël affirme qu’attaquer Rafah est une étape nécessaire pour atteindre son objectif de détruire le Hamas. «Ceux qui veulent nous empêcher d’opérer à Rafah nous disent en gros : perdez la guerre», a déclaré Netanyahu samedi. «Il est vrai qu’il y a beaucoup d’opposition à l’étranger, mais c’est exactement le moment où nous devons dire que nous ne ferons pas la moitié ou le tiers du travail».

Dimanche, Benny Gantz, membre du cabinet israélien de guerre et ancien ministre de la Défense, a déclaré : «Le monde doit savoir, et les dirigeants du Hamas doivent le savoir : si d’ici le Ramadan nos otages ne sont pas chez eux, les combats continueront partout, y compris dans la région de Rafah».

Troisième jour des audiences à la Cour internationale de justice

Les auditions de la Cour internationale de justice (CIJ), à la demande de l’Assemblée générale des Nations unies, ont débuté, lundi, dans la ville de La Haye, aux Pays-Bas, pour fournir des avis consultatifs sur les répercussions juridiques découlant des politiques et des pratiques israéliennes dans les territoires palestiniens occupés. Plus de 50 pays feront des plaidoiries lors d’auditions qui devraient se poursuivre jusqu’au 26 février.

Gaza

Dans son plaidoyer devant le tribunal, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a déclaré qu’«Israël n’a laissé que trois options aux Palestiniens : le déplacement, l’arrestation ou la mort». «Les options se traduisent en nettoyage ethnique, en apartheid et en extermination», a-t-il ajouté.

Al-Maliki a souligné que «le moment est venu de mettre fin aux deux poids, deux mesures et d’appliquer les lois internationales à tous les pays sans exception».

Lire aussi : Proche-Orient : Houthis contre Américains, Israël en audience pour «intention génocidaire»

Ce mercredi, la diplomate cubaine Anayansi Rodríguez Camejo a déclaré à la Cour que «nous et vous portons la responsabilité morale de nous prononcer de manière claire et transparente sur la situation ignominieuse du peuple palestinien». L’occupation par Israël des territoires palestiniens est un «acte internationalement illicite», a-t-elle déclaré, «dont l’aggravation réitère la responsabilité de la puissance occupante et de la communauté internationale».

«Il avait été convenu par la résolution 242 que les forces armées israéliennes se retireraient des territoires de 1967, mais ce n’était pas le cas. Le peuple palestinien a le droit inaliénable de déterminer son propre destin politique, économique et social», a déclaré Rodríguez Camejo.

Lire aussi : CIJ : le Nicaragua accuse des pays occidentaux de complicité dans le génocide à Gaza

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 7 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Gaza

4 avril 1968 : assassinat de Martin Luther King Jr.

Né à Atlanta, le 15 janvier 1929, Martin Luther King Jr. grandira dans une Amérique ségrégationniste. Les citoyens n’étaient pas tous traité…
Gaza

Rapport mondial sur le bonheur : les Marocains moins heureux qu’avant

À l'occasion de la journée mondiale du bonheur, célébrée hier, l’Organisation des Nations Unies a dévoilé son rapport annuel sur les pays le…
Gaza

La neutralité sur le Sahara : la droite espagnole défie Sanchez

À l'Assemblée nationale espagnole, l'opposition intensifie son offensive politique contre le premier ministre, Pedro Sanchez. Celle-ci cherc…
Gaza

Gaza : le Maroc achemine 40 tonnes d’aide humanitaire via le territoire israélien

Traditionnellement, les secours destinés à Gaza transitaient par l'Égypte ou étaient parachutés. Cette dernière méthode comporte des risques…
Gaza

Gaza : les pourparlers de trêve entre le Hamas et Israël continuent au Caire

Après cinq mois d'affrontements intenses entre le Hamas et Israël, la perspective d'une trêve dans la bande de Gaza à l'approche du Ramadan …
Gaza

A quelques jours du Ramadan, la famine guette Gaza

La campagne de bombardements israéliens se poursuit à travers Gaza ainsi que des bombardements d'artillerie lourde sur la partie orientale d…
Gaza

France : un imam expulsé, Darmanin vante une «France plus forte»

Accusé en début de semaine d’avoir proféré, dans ses prêches, des appels à la haine visant les femmes, les Juifs ou encore ou une société fr…
Gaza

Posément, Rabat et Paris se retrouvent après «une longue traversée du désert»

Un mois après sa nomination aux Affaires étrangères françaises, Stéphane Séjourné l’avait annoncé. «Le président de la République m’a demand…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire